Home Interviews Catalogne : « nous réclamons le droit de décider » – Entretien avec Lucía Martín

Catalogne : « nous réclamons le droit de décider » – Entretien avec Lucía Martín

Catalogne : « nous réclamons le droit de décider » – Entretien avec Lucía Martín
2

Lucía Martín est l’une des principales figures de Catalunya En Comú (Catalogne En Commun), le parti politique catalan lancé fin 2016 sous l’impulsion de Xavier Domènech et de la maire de Barcelone, Ada Colau. Elle est élue au Congrès des députés depuis 2015 et siège dans le groupe En Comú-Podem, une coalition regroupant la branche régionale de Podemos et diverses forces de gauche catalanes. Co-fondatrice de la PAH, la Plateforme des Victimes du Crédit Hypothécaire, sa trajectoire est emblématique de ces militants associatifs désormais engagés dans le champ politique. Dans cet entretien réalisé au cours de l’été  dernier, nous revenons avec elle sur son parcours, les ambitions de Catalogne En Commun, les enjeux posés par l’indépendantisme catalan et le référendum du 1er octobre. 

 

LVSL : Vous êtes une des fondatrices de la PAH, qui a joué un rôle remarqué dans la vague de mouvements sociaux née dans le sillage de la crise de 2008. Pourriez-vous nous expliquer un peu en quoi il consiste et l’influence qu’il a eu sur les mobilisations sociales en Espagne et en Catalogne ?

La PAH a été fondée en février 2009, suite à la crise déclenchée par la bulle immobilière, dont les répercussions ont été plus importantes en Espagne que dans d’autres pays européens. C’est notamment parce qu’ici, en Espagne, on a encouragé pendant très longtemps l’achat de logements, de telle sorte que près de 90% des gens étaient propriétaires.

La PAH est née dans un contexte où les gens commençaient à perdre leur travail, et à se rendre compte qu’ils ne pouvaient pas payer leur hypothèque. Selon la loi espagnole, ils pouvaient non seulement perdre leur maison, mais aussi être contraints de continuer à payer leurs dettes une fois à la rue.

Nous avons travaillé avec des associations de protection des droits sociaux et d’aide sociale, qui existaient déjà avant 2009, notamment avec le mouvement pour un logement digne qui a essaimé en Espagne à partir de 2007, autour du slogan « Tu n’auras pas de maison dans ta putain de vie ». Ce mouvement a mobilisé beaucoup de jeunes, et de là est née l’idée de monter une plateforme : la PAH, qui a été selon moi l’un des plus grands mouvements sociaux de ces dernières années en Espagne.

LVSL : Par la suite, quel fut votre rapport à la plateforme municipaliste de « Barcelone en commun », qui a permis à Ada Colau, elle-même activiste emblématique de la PAH, de remporter la mairie de Barcelone  ?

Je n’y ai pas participé directement. Je suis restée davantage impliquée dans la PAH. Au coeur de la crise, aux côtés d’autres syndicats et d’associations, la PAH a présenté une initiative législative populaire  au Congrès des députés afin de modifier la législation en matière de logement. L’initiative législative populaire (ILP) en Espagne, c’est la seule manière dont disposent les citoyens pour essayer de proposer une loi. Il faut pour cela récolter un demi-million de signatures, et les présenter au Parlement. En neuf mois, nous avons récolté un million et demi de signatures, mais c’était le Parti Populaire qui avait la majorité absolue, et elle a été rejetée.

« Au coeur de la crise, la PAH a présenté une initiative législative populaire afin de modifier la législation en matière de logement (…) mais c’était le Parti Populaire qui avait la majorité absolue, et elle a été rejetée. »

Nous nous sommes donc dit qu’il n’était pas suffisant de rester en dehors des institutions, et que notre mouvement devait changer les choses d’une autre façon. C’est à la suite de cette réflexion qu’Ada [Colau], Adrià [Alemany] et Gala [Pin] ont présenté une candidature municipale, à Barcelone, avec d’autres membres du mouvement qui étaient jusqu’alors assez peu politisés.

LVSL : Maintenant que vous êtes députée au Congrès, que vous inspire justement le fait d’intégrer les institutions après tant d’années de lutte dans les mouvements sociaux ?

Je ne sais pas, il y a beaucoup de sensations différentes. Cela dépend aussi beaucoup de mes collègues, l’ambiance est particulière. Nous sommes à Madrid, la capitale de l’État central, et le Congrès ressemble à une forteresse ; nous n’y voyons pas le soleil, et je pense que c’est un lieu qui vous isole de dehors. Disons que les politiques n’évoluent pas au contact de la réalité, tout simplement car dans ces conditions, ce n’est pas possible. Je me retrouve moi-même dans un lieu qui n’a rien à voir avec mon quartier, avec la vie de tous les jours. C’est un lieu particulier, totalement différent.

Nous sommes pris dans une véritable bureaucratie, tout est très hiérarchisé. Les hommes sont bien habillés, très formels, et c’est quelque chose qu’il est très difficile de changer. Quand on arrive là sans expérience institutionnelle, il y a beaucoup de pression, dans un environnement plutôt hostile qui plus est. Mais en même temps, cela donne une grande visibilité à notre lutte, car il y a beaucoup de monde, même au Congrès des députés, qui en savent peu sur les problèmes de logement. On découvre aussi comment la politique institutionnelle fonctionne de l’intérieur, notamment à travers le veto du gouvernement face à l’opposition.

LVSL : Vous avez aussi participé à la création de « Catalogne En Commun ». Quels sont les principaux axes politiques de ce nouveau mouvement. Quelles sont vos ambitions?

Catalunya en Comú, dont le congrès fondateur s’est tenu en avril 2017, fut créé sur le même modèle que Podem [la branche régionale de Podemos]. Il s’agit d’une coalition de partis, une conjonction de forces auparavant éparses, et en même temps un espace nouveau. Se présenter aux élections générales nous paraissait indispensable. Barcelona en Comú est la candidature municipale, quand Catalunya en Comú est nationale, pour porter notre voix jusqu’au Congrès.

Il y a bien sûr le thème central de la question catalane, et notre position va dépendre des conditions du vote du 1er Octobre (1-O). D’autant plus qu’il y a des partis indépendantistes au Congrès, ERC [Gauche républicaine de Catalogne] notamment, qui font aussi partie du gouvernement catalan. De fait, on avait une candidature au Congrès des députés, à travers la coalition En Comú-Podem, mais il manquait une organisation unique et structurée derrière. Catalunya en Comú est apparu assez naturellement, pour créer un groupe catalan au Congrès.

« Notre ligne de conduite vis à répondre à trois problèmes : la crise économique et sociale, en particulier en matière de santé et de logement ; la crise démocratique, avec le problème de la corruption et l’absence de transparence ; la crise territoriale, et notamment la question catalane. »

Nous voulons représenter avant tout un nouvel espace politique. C’est un idéal politique : il n’y avait pas de programme initialement, mais à partir d’une groupe moteur auquel se sont agrégées des personnes très différentes les unes des autres, sont apparues des discussions autour de plusieurs sujets : la démocratie, la droits sociaux, la souveraineté. A partir de cette diversité, une ligne de conduite a été adoptée lors de l’assemblée d’avril 2017 mais aussi grâce aux contributions sur la page web. Notre ligne de conduite vise à répondre à trois problèmes : la crise économique et sociale, en particulier en matière de santé et de logement ; la crise démocratique, avec le problème de la corruption et l’absence de transparence ; la crise territoriale, et notamment la question catalane.

LVSL : Comme vous l’avez évoqué, le Président de la Généralité de Catalogne, Carles Puigdemont, a annoncé un référendum pour le 1-O. Quelle est votre position concernant cette échéance ?

À vrai dire, nous ne savons pas très bien en quoi consistera ce vote. Nous avons toujours défendu la tenue d’un référendum. Nous pensons que c’est une chose positive, car 80% des citoyens catalans le réclament. Le référendum que nous défendons doit être effectif et applicable : c’est ce que beaucoup de gens demandent, des deux côtés, qu’ils soient favorables ou non à l’indépendance. Nous voulons donc qu’il soit reconnu internationalement et qu’il ait des applications juridiques directes.

Mais  le référendum qui a été annoncé ne correspond pas à ces attentes. Et la réaction du gouvernement du Parti Populaire n’est pas favorable : c’est un gouvernement complètement immobiliste, qui refuse catégoriquement le dialogue. Cela dit, pour le moment, le référendum est unilatéral, et le gouvernement catalan l’instrumentalise aussi, d’une certaine façon. Des gens veulent voter, tout en sachant que ce vote n’aura pas les effets attendus.

Une chose est sûre, nous soutiendrons toute mobilisation pour réclamer le droit de décider, pour un référendum qui ne soit pas seulement une simple consultation. Mais nous affirmons aussi que le jour suivant le 1er octobre, nous continuerons de travailler, pour la réalisation du référendum que tout le monde exige. La position du gouvernement est un peu complexe, dans ce contexte.

Au sein de notre mouvement, il y a des indépendantistes, des fédéralistes, et d’autres pour qui cela importe peu. En réalité, c’est un espace pluriel, et nous défendons cette pluralité car nous vivons dans un pays qui est fait comme cela. Nous le revendiquons comme une force et comme une forme de cohérence, parce que cela apporte de la nuance, et cela implique de comprendre toutes les idées, de les accepter.

Meeting de En Comú-Podem le 11 juin 2016, avec Lucía Martín Ada Colau, Pablo Iglesias, Monica Oltra, Alberto Garzón, Xavier Domènech et Íñigo Errejón. Crédit photo : Marc Lozano / ECP

LVSL : Esquerra Republicana Catalana, la Gauche républicaine de Catalogne, soutient le référendum. En quoi vous distinguez-vous de ce parti traditionnel de l’indépendantisme catalan ?

ERC fait partie du gouvernement. Ils agissent à la manière d’un caméléon : au Congrès, ils agissent comme un parti de gauche, qui s’intéresse aux questions sociales, à l’indépendance. Mais à la Généralité de Catalogne,  ils gouvernent avec le PDeCAT [Parti démocrate européen catalan] qui n’est autre que l’ancienne CDC [Convergence démocratique de Catalogne], un parti qui est au pouvoir depuis vingt ans, corrompu jusqu’à la moelle.

Dans le gouvernement actuel ils ont mené des politiques qui ne sont en rien des améliorations sociales. À propos de l’éducation, de l’économie, ce n’est pas un gouvernement progressiste. Ils jouent donc une  partition dualiste. Au Congrès, ils sont de gauche, mais à la Généralité, ils sont libéraux. Nous leur posons donc la question : avec qui voulez-vous gouverner ? Avec la droite catalane de toujours, ou avec d’autres forces progressistes ?

LVSL : La principale différence serait donc qu’ils privilégient à tel point l’indépendance qu’ils s’unissent à la droite, alors que vous privilégiez davantage la question sociale ?

Non, car pour nous, la question sociale ne devance pas celle du référendum… Pour nous, les deux sont très liées. Nous pensons que la réalisation du référendum est quelque chose de simple, mais certains doutent encore beaucoup, craignent le lendemain.

De plus, je ne suis pas sûre que la Gauche républicaine catalane  privilégie l’indépendance, en tout cas je ne sais pas s’ils le font efficacement. Surtout en soutenant le PDeCAT, ce parti corrompu, qui représente la continuité de la droite catalane et qui parle aujourd’hui du référendum pour éviter d’aborder les autres sujets. Dans ce même parti, il y a des membres qui ne croient pas au référendum, qui ne veulent pas l’indépendance, et qui veulent représenter le parti de l’ordre. De ce fait, avec un tel panorama, je ne suis pas sûre que ERC privilégie véritablement l’indépendance.

LVSL : Depuis Podemos, l’idée de plurinationalité s’est répandue. Ils défendent en ce sens le droit de décider, mais affirment que si un référendum était organisé demain, ils défendraient le « Non »…

C’est très bien. Imaginez-vous qu’on a depuis des années un gouvernement du PP qui nous répète « on ne peut pas discuter », « consulter le peuple catalan n’a aucun sens, car c’est le peuple espagnol qui détient la souveraineté ». Le Tribunal constitutionnel a rejeté en 2010 la proposition d’un nouveau statut d’autonomie pour la Catalogne, qui avait été votée par référendum. Cela a provoqué une rupture, un sursaut favorable à l’indépendantisme.

« La position de Podemos a été très bien reçue. C’est une force importante pour promouvoir le référendum. Il était impossible d’imaginer, il y a trois ans, qu’il y ait un tiers du Congrès des députés à Madrid en faveur du droit de décider. »

Et maintenant, nous avons un parti avec des ambitions nationales, qui défend le droit à décider ici en Catalogne, ou encore en Andalousie. Je pense donc que la position de Podemos a été très bien reçue. C’est une force très importante pour promouvoir le référendum. Il était impossible d’imaginer, il y a trois ans, qu’il y ait un tiers du Congrès des députés à Madrid en faveur du droit de décider. Avoir un parti avec des ambitions étatiques qui défende le référendum était impensable. Et jusqu’à 50% de la population espagnole est d’accord avec cette position.

LVSL : Au sein de Catalunya en Comú, seriez-vous plutôt favorables à un État fédéral dans lequel la Catalogne pourrait avoir une autonomie plus importante, ou bien davantage portés sur l’indépendance?

Je ne peux pas me positionner là-dessus, car nous ne l’avons pas encore suffisamment discuté entre nous. Nous n’avons pas encore fait de consultation sur ce point précis. Nous avons déjà discuté ensemble de la plurinationalité et du droit de décider car c’est un thème indispensable, mais il faut désormais interroger les citoyens pour savoir ce qu’ils veulent. C’est l’étape suivante, un travail que nous devons mener sérieusement. Il y aura des discussions, des débats, et nous consulterons bien évidemment notre base, probablement par internet.

Entretien réalisé par Léo Rosell et Vincent Dain. Traduit de l’espagnol par Alexandra Pichard et Léo Rosell. 

 

 

Crédit photos : 

http://www.elnacional.cat/es/politica/lista-26j-en-comu-podem-marta-sibina-lucia-martin_103586_102.html

Comment(2)

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Your SEO optimized title