Home Écologie Notre-Dame-des-Landes : le bocage prêt à résister
0

Notre-Dame-des-Landes : le bocage prêt à résister

Notre-Dame-des-Landes : le bocage prêt à résister
0

 Lutte locale symbole d’une lutte globale, la ZAD de Notre-Dame-des-Landes est une de ces utopies concrètes qui réinventent le monde de demain, une zone où les idées se confrontent et passent à l’action loin d’un système libéral moribond. 

 Le chant de nos bâtons, 8 octobre
Le chant de nos bâtons, 8 octobre

26 juin 2016, sans surprise le verdict de la consultation sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes tombe, le « oui » l’emporte. A la Vache Rit, QG des opposants, l’ambiance est pourtant à la détermination quand apparaît le résultat de Nantes, 100 voix séparent le « non » du « oui », une douche froide pour les partisans du projet d’aéroport qui comptaient sur le ras-le-bol massif des Nantais quant au passage des avions. Puis vient le tour de Manuel Valls qui entre en scène pour annoncer que le gouvernement prendra toutes les dispositions afin d’évacuer la ZAD (Zone à Défendre) et lancer le début de travaux à l’automne, « au nom de la démocratie ». Rendez-vous est donc pris.

 

Mobilisations et démonstrations de force

Hangar, ferme de Bellevue

Malgré cette consultation bidonnée dès le départ, la lutte contre le projet d’aéroport s’enracine. 9 et 10 juillet, le 16ème rassemblement estival des opposants rassemble 25 000 personnes autour de conférences, concerts, et animations. Les formations Prêts-es pour défendre la ZAD ouvrent les hostilités dès la rentrée. Véritables succès, chaque week-end des dizaines de militants apprennent à faire face à la répression et à s’organiser sur le terrain pour résister et se sentir en confiance. Pendant ce temps, des assemblées débutées dès le mois d’août ont continué à esquisser la grande mobilisation de l’automne pour affirmer la volonté collective de défendre la ZAD et ses habitants, quoi qu’il arrive. Le 8 octobre, ce sont finalement 40 000 manifestants qui arpentent les chemins en faisant résonner le chant des bâtons, référence à la marche des paysans du Larzac jusqu’à Paris. Non loin, des milliers bâtons plantés dans le sol en signe de résistance, et prêts à être récupérés pour défendre le bocage, un grand hangar en bois est dressé pour servir de point d’appui en cas de tentative d’expulsion.

 

Ferme de Bellevue, 2 décembre

 

Tracteurs Vigilants, rester « ferme »

Opération Tracteurs Vigilants, 10 novembre

A leur tour, les paysans et les paysannes ont démontré leur détermination à continuer la lutte. Alors que les habitants historiques sont désormais expulsables à tout moment, en novembre, le collectif COPAIN mobilise 150 tracteurs qui viennent encercler la ferme du Gaëc. Fraîche et brumeuse matinée de décembre, les tracteurs se mobilisent de nouveau à la ferme de Bellevue, cette fois-ci pour la construction éclair d’une barricade. Cultiver les terres, occuper les fermes et préserver les lieux de vie, autant de moyens pour entraver l’avancée morbide du BTP et de leurs alliés qui siègent successivement dans les institutions de l’État et les multinationales.
Peut-on vivre sans un aéroport idéal ? Oui. Peut-on vivre sans eau ? Non. Malgré des arguments forts et étayés par la rapporteur public, le 14 novembre la Cour d’appel de Nantes s’est obstinée à autoriser, en dépit du bon sens, les arrêtés préfectoraux sur la loi sur l’eau et la destruction des espèces protégées. Faillite de la justice devant les intérêts politiques, alors que la question du réaménagement de l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique reste toujours ignorée par l’État. Les recours en justice ne sont malgré tout pas épuisés, la France doit toujours fournir à la Commission européenne une étude globale des impacts du projet d’aéroport sur la biodiversité. La lutte sur le terrain juridique se poursuit.

Manifestation du 8 octobre 


Défendre la ZAD, c’est vital

Manifestation 8 ocotobre
Manifestation 8 ocotobre

Plus que jamais, il est nécessaire d’arracher l’abandon de ce projet nuisible et inutile. Lutte locale symbole d’une lutte globale, la ZAD de Notre-Dame-des-Landes est une de ces utopies concrètes qui réinventent le monde de demain, une zone où les idées se confrontent et passent à l’action loin d’un système libéral moribond. Ne rien lâcher pour cette enclave bocagère de 1700 hectares, c’est relever la tête et résister face à la destruction grandissante du monde dans lequel nous vivons, c’est porter à bout de bras l’espoir des alternatives.

 

Chat-Teigne, été 2016

Pour aller plus loin :

• Le site de la ZAD

• Le site de l’ACIPA

• Les naturalistes en lutte

• L’Atelier citoyen, pour optimiser l’aéroport actuel de Nantes-Atlantique

• L’intégralité du livre de Françoise Verchère, Notre-Dame-des-Landes: la fabrication d’un mensonge d’Etat 

• L’ensemble de comités de soutien à la lutte

• Un dossier de Reporterre sur les GPII, grands projets inutiles et imposés

Photos, Creative Commons

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Your SEO optimized title