Home Culture Une petite histoire de l’anti-impérialisme dans Star Wars
2

Une petite histoire de l’anti-impérialisme dans Star Wars

Une petite histoire de l’anti-impérialisme dans Star Wars
2

Avec la sortie en salles de Rogue One (depuis le 14 décembre), premier film dérivé hors-trilogies, la saga Star Wars, au succès d’ores et déjà intergalactique, s’étend encore et un peu plus. Symbole de la toute-puissance de la machine hollywoodienne et de la logique commerciale des blockbusters, et témoin indiscutable d’une certaine hégémonie culturelle américaine, la saga Star Wars n’avait paradoxalement jamais paru aussi anti-impérialiste qu’avec Rogue One. Décryptage, à travers un retour sur près de 40 ans de critique de l’Empire, quelque soit la forme qu’il prend.

Attention, il y aura moult divulgâcheurs, comme disent nos amis québécois.

Plan iconique de l'épisode 7 de Star Wars
Saurez-vous trouver l’inspiration historique qui s’est subtilement glissée dans ce plan de l’épisode 7 ?

« Nazis… I hate these guys »

George Lucas, le père de La Guerre des Étoiles qu’on ne présente plus, ne s’en est jamais caché : c’est un passionné d’histoire contemporaine. Né en 1944, ayant traversé l’adolescence dans le contexte de la Guerre du Vietnam, alors que la guerre occupe tous les esprits et les consciences d’une Amérique bientôt traumatisée, Lucas imagine un univers où la guerre a pris des proportions gigantesques, à l’échelle d’une Galaxie entière. Fasciné autant qu’effrayé par les temps sombres de l’Europe de la Seconde Guerre Mondiale, il crée un grand méchant : l’Empire, entité politique totalitaire et expansionniste assujettissant des mondes entiers. Le parallèle avec l’Allemagne nazie est évident, et pour cause l’inspiration est tout sauf cachée : des uniformes des officiers impériaux au casque iconique de Dark Vador – inspiré d’un modèle allemand – l’Empire galactique se pare sans complexe des oripeaux du Troisième Reich. Lucas inaugure là la figure du nazi comme méchant ultime du cinéma de divertissement, qu’il reprendra dans Indiana Jones. Mais pas seulement.

Car si l’Empire est un calque de l’Allemagne nazie, expansionniste et impérialiste, le public a également su y trouver une métaphore de l’URSS, le grand Empire ennemi de l’époque. En effet, dans le contexte très manichéen de l’ère « bipolaire », l’Amérique a un ennemi bien défini. Et il est facile alors pour le public états-unien, comme pour le public occidental plus généralement d’ailleurs, de reconnaître en l’Empire de Star Wars l’ogre soviétique, son système répressif, son ombre menaçante… Et à l’inverse, il est agréable de s’identifier à l’Alliance Rebelle, union hétéroclite de races et de peuples, unis dans l’idéal de liberté. Champions du « monde libre », les Américains se voient du côté lumineux de la Force, face aux seigneurs Siths de Moscou.

Star Wars est donc avant tout une question d’interprétation, au-delà du propos de George Lucas (pacifiste, au demeurant, et opposé à tout interventionnisme américain). La saga épouse donc les aspirations et craintes du monde dans laquelle elle est produite et regardée.

Bush Vador : l’Amérique du Côté Obscur

Entre 1999 et 2005, Star Wars revient, avec une prélogie. Ici, plus d’Empire, ou presque, puisqu’il s’agit de trois films préquels, qui cherchent à montrer comment l’Empire a été créé justement. Sauf que le monde a changé. La Guerre Froide est terminée, l’URSS de l’histoire ancienne. S’il demeure un Empire en ce monde, ce sont les États-Unis eux-mêmes. Et pas n’importe lesquels : c’est l’Amérique de George W. Bush, du 11 septembre 2001 et de la Guerre d’Irak.

Meme de Bush grimé en officier impérial de Star Wars
Bush et Star Wars : une histoire d’amour

La prélogie raconte la chute d’une démocratie, d’une République galactique fédérale, et sa perversion vers un système totalitaire impérial. Elle raconte, en d’autres mots, la chute des États-Unis démocratiques, corrompus par la guerre, et leur mutation en Empire. Plus d’Allemagne, plus de Russie, ici c’est l’Amérique qui est visée. Une Amérique dont George Lucas a peur, qui lui rappelle ses traumatismes d’enfance.

Difficile, par exemple, de rester aveugle aux critiques envers l’administration Bush qui parcourent la prélogie. De la guerre civile provoquée et pilotée par un Chancelier qui maîtrise les deux camps (signifiant que la guerre d’Irak est un excellent prétexte pour asseoir son pouvoir : Bush promulguera le Patriot Act, Palpatine se voit attribuer les pleins pouvoirs pour lutter contre le séparatisme), à la phrase lourde de sens d’Anakin dans l’épisode III ( »si tu n’es pas avec moi, tu es contre moi ») quasiment identique à celle de Bush après le 11 septembre, les allusions sont partout. Bush Vador conduit l’Amérique vers l’Empire, lentement et sûrement. Guerre des clones, Guerre d’Irak : même combat, même conséquences, ou presque !

Rogue One : Empire américain et guérilla rebelle

Puis vient le rachat de Lucasfilms par Disney, en 2012. Lucas, usé par les critiques des fans et des professionnels, vend son bébé pour une coquette enveloppe de 4 milliards de dollars. Dorénavant entre les mains de la « souris aux grandes oreilles », orpheline de son créateur, Star Wars aurait pu perdre tout propos politique, tant la machine Disney pousse au conformisme de ses blockbusters.

Rogue One : A Star Wars Story
Rogue One : A Star Wars Story

Rogue One pourtant surprend par ce qu’il montre. Se situant aux origines de l’épisode 4, sorti en 1977, il aurait pu facilement retomber dans la facilité, avec un Empire pastichant une fois de plus le nazisme – ce que faisait d’ailleurs Le Réveil de la Force un an plus tôt avec son « Premier Ordre ». Pourtant, il se situe dans la continuité logique de la prélogie, dans sa conception de l’Amérique impérialiste et de ses dérives. Voyons plutôt. Sur Jedha, planète évoquant de manière évidente le Moyen-Orient, l’Empire se retrouve empêtré dans un conflit urbain proche de la guérilla avec des Rebelles, dont les méthodes – grenades, attentats, embuscades – ne sont pas sans rappeler celles employées contre l’armée américaine en Afghanistan ou en Irak. Des scènes d’action non sans intérêt, questionnant la frontière floue entre rébellion et terrorisme. Pour une fois, les terroristes sont les « gentils » (ou du moins pensent-ils agir pour le bien, ce qui justifie leur méthode à leurs yeux), puisqu’il s’agit de nos héros rebelles.

Le temps où l’Amérique pouvait s’identifier en la Rébellion est révolu, le parallèle avec l’Empire est trop évident : plus tard dans le film, l’Empire teste son arme ultime, l’Étoile Noire, et sème une destruction dont l’imagerie est directement empruntée aux bombes d’Hiroshima et de Nagazaki. Bombes américaines, donc. De plus, si l’Empire est sur Jedha, c’est pour y voler des Cristaux Kyber, artefacts Jedi qui servent à la création des légendaires sabres-laser. Si l’Empire en a besoin, c’est pour alimenter son arme de destruction massive : il pille le patrimoine d’une autre culture, pour alimenter ses besoins industriels et militaires. On y lira sans mal une métaphore certes un peu poussée de la récupération culturelle américaine : l’Amérique pille le patrimoine des uns, pour en faire une arme, l’hégémonie culturelle. Hégémonie qui est, inutile de le préciser, une composante de l’impérialisme.

Star Wars n’a donc pas fini d’être politique. Au moment où Trump accède bientôt au pouvoir, il sera intéressant de voir si la saga s’en trouvera inspirée. Difficile, en tout cas, de ne pas imaginer l’homme qui a promis de « laminer l’État islamique », confortablement installé dans l’Étoile Noire, rayer des villes de la carte, d’une simple pression de bouton…

Crédit photo :

http://www.starwars.com/news/harrison-ford-and-omaze-announce-a-chance-to-meet-the-cast-and-attend-the-premiere-of-star-wars-the-force-awakens

http://bush.motifake.com/tags/bush

https://twitter.com/SW_EpisodeVIII/status/799008365720588289/photo/1

 

Comment(2)

  1. Bien mais à quand un calcul pour prouver que Mélenchon est aussi un leurre promu médiatiquement ?
    La seule solution pour battre l’ERPS m’apparait de plus en plus être un candidat hors clivage, quelqu’un qui laisserait volontairement de côté les sujets clivants pour rassembler sur un objectif commun et prioritaire (le refus d’une politique atlantiste et ultra-libérale ? Le désir d’être enfin écouté et de reprendre en main son destin national ?…).

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Your SEO optimized title