Home Politique Podemos : la fin de « l’hypothèse populiste » ?
2

Podemos : la fin de « l’hypothèse populiste » ?

Podemos : la fin de « l’hypothèse populiste » ?
2

[Long format] La mise à l’écart d’Íñigo Errejón par Pablo Iglesias suite au dernier congrès de Podemos signe-t-elle la fin de « l’hypothèse populiste » originelle du parti ? Ce changement d’équipe annonce-t-il ce que nombre de commentateurs ont désigné comme un « virage à gauche » dans la stratégie discursive et politique de Podemos ? Nous publions ici un article écrit sur la base d’entretiens effectués avec des acteurs et des sympathisants du mouvement ; un article dont le format long permet de comprendre en profondeur les changements à l’oeuvre au sein de Podemos et les dissensions théoriques qui le déchirent mais qui se veut également être un parti pris face à l’actuelle ligne suivie par le parti et émet des doutes concernant les récents choix pris par Pablo Iglesias.

« Podemos choisit la radicalité ». C’est par ces mots que le quotidien espagnol El País a résumé les résultats du deuxième congrès de Podemos qui se tenait les 11 et 12 février derniers à Madrid, au Palacio Vistalegre1. Il y a encore quelques mois, il semblait clair que le parti politique Podemos était né avec l’ambition de créer un populisme. Populisme que ses fondateurs définissaient comme une logique politique refusant l‘axe droite-gauche, privilégiant la transversalité et abandonnant les vieux symboles de la gauche critique traditionnelle pour réussir à construire une nouvelle majorité sociale2. Cependant, depuis quelques semaines la presse, espagnole comme internationale, souligne la victoire de Pablo Iglesias et de sa « gauche de combat »3. Que s’est-il réellement joué lors de ce congrès? La victoire de la liste de Pablo Iglesias a-t-elle marqué la fin de « l’hypothèse populiste » initiale de Podemos?

Lorsqu’ils ont créé le parti, en janvier 2014, ses fondateurs ont voulu donner un nouveau souffle à la gauche espagnole en s’appuyant sur une hypothèse populiste. Une hypothèse car ils ont construit le raisonnement les menant à leur stratégie politique à partir d’une intuition : adopter une démarche populiste était le seul moyen pour une réelle force de gauche d’arriver au pouvoir en Espagne. Depuis sa création, l’hypothèse Podemos a dû muter, se transformer et réussir à allier ses identités plurielles (les différents courants qui coexistent au sein du parti). En octobre 2014, lors du premier congrès du parti, connu sous le nom de « Vistalegre I », les membres de Podemos avaient massivement voté en faveur de la liste défendant cette stratégie populiste initiale et avaient ainsi donné leur légitimité à la construction d’une machine de guerre électorale dans l’optique de remporter les élections générales de décembre 2015. Le deuxième congrès du parti réunissait pour la seconde fois, depuis sa création, les membres de Podemos pour décider du futur du parti.

Plutôt qu’un véritable congrès au cours duquel auraient dû être débattus les principaux défis auxquels Podemos est aujourd’hui confronté – stratégiques et organisationnels – le rassemblement s’est transformé en une arène de boxe dans laquelle s’est finalement jouée une lutte de pouvoir entre les deux principaux courants du parti, le courant « pabliste » contre le courant « errejóniste » ; représentés respectivement par la liste soutenue par le secrétaire général du parti, Pablo Iglesias et celle de l’ancien secrétaire politique, Íñigo Errejón. Le choix d’adopter, lors de ce congrès, une logique plébiscitaire, où se sont enchaînés de simples meetings politiques déguisés, n’a pas laissé de place aux débats de fond.

En plus de la déception de voir, de fait, ce congrès se transformer en un simple spectacle politique – pour lequel 9000 personnes se sont déplacées – les résultats qui en sont sortis signent, pour certains militants interrogés, la fin du Podemos originel. La victoire de la liste de Pablo Iglesias, majoritairement constituée d’anciens d’Izquierda Unida (IU), une coalition de gauche critique formée en 1986, représente pour une partie des membres du parti un revirement dans la logique podemiste, le retour d’une « vieille » gauche usée par ses symboles. Suite à ce congrès, Íñigo Errejón – « numéro deux » de Podemos jusqu’à peu – longtemps considéré comme le « cerveau » du parti et le stratège de Podemos, défenseur de l’importance de la transversalité et de la nécessité d’occuper la centralité de l’échiquier politique, a perdu ses postes de secrétaire politique et de porte-parole du groupe Unidos Podemos au Parlement, remplacé pour ce dernier par Irene Montero, ancienne cheffe de cabinet de Pablo Iglesias et figure « pabliste » de plus en plus mise en avant dans le parti.

Sur quels enjeux et questions les deux courants s’opposent-ils ? Ces différences ne correspondent-elles pas à de simples et classiques enjeux de pouvoir propres aux logiques partisanes ?

I. Bref retour sur les divisions entre « pablistes » et « errejónistes » : la question des alliances.

En octobre 2014, à l’occasion du premier congrès de Podemos, les commentateurs se sont employés à désigner deux courants coexistants au sein du parti, qui présentaient deux projets distincts : l’équipe des Anticapitalistes, supposément plus portée à gauche et l’équipe de Pablo Iglesias, plus populiste et « pragmatique ». La réalité est plus complexe et au sein même du pôle entourant Pablo Iglesias, cette tension entre deux âmes était déjà perceptible. Ainsi, on peut depuis longtemps dessiner autour de Pablo Iglesias deux courants. Un premier, notamment autour d’Irene Montero et Rafael Mayoral, héritiers d’une forte tradition de gauche, ayant longuement milité au Parti communiste d’Espagne, qui se révèle favorable à une union globale de la gauche, s’inspirant d’exemples étrangers : Le Front de gauche français, le Bloco de Esquerda portugais ou encore Syriza en Grèce. Face à eux, se trouve le secteur plus populiste, qui défend avant tout la transversalité et qui s’est structuré autour de la figure d’Íñigo Errejón et s’est ainsi vu qualifié de courant « errejóniste ».

Ces divisions ont longtemps été étouffées par la cohésion existant derrière la personne de Pablo Iglesias, ce dernier faisant figure de synthèse entre ces courants. En décembre 2015, Podemos obtient 20,7% des voix aux élections générales, seulement 300 000 voix de moins que le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), l’homologue espagnol du PS. Ces résultats mènent à une situation inédite en Espagne : l’incapacité des différentes forces politiques à former un gouvernement. À l’aube des élections provoquées en juin 2016, face à l’absence de majorité au Congrès, se pose la question d’une possible alliance avec la gauche critique traditionnelle, Izquierda Unida. Ces débats viennent élargir les plaies ouvertes entre les deux courants et briser l’apparent consensus autour de Pablo Iglesias.

Ces distances politiques vont d’abord surgir après les élections de décembre où Podemos, fort d’un succès électoral et d’une entrée massive au Parlement, se voit néanmoins dans l’obligation de former des alliances avec le PSOE et d’autres partis pour construire une majorité alternative à Mariano Rajoy, candidat du parti conservateur de droite, le Parti populaire (PP). Pablo Iglesias choisit d’entamer les négociations de manière jugée abrupte par certains, proposant de soutenir le candidat socialiste à la présidence du gouvernement en se proposant comme vice-président du gouvernement et en demandant une répartition proportionnelle des ministères entre les formations. Le PSOE refuse et propose une alliance avec le parti centriste Ciudadanos, que Podemos rejette. S’il est difficile de connaître les réalités de ces négociations, le récit porté sur celles-ci constitue un des premiers enjeux entre les deux groupes. Ainsi on verra, dans les affrontements les plus récents, les « pablistes » accuser les « errejónistes » d’avoir voulu gouverner avec le PSOE coûte que coûte, quand ceux-ci s’en défendent mais estiment que les négociations menées par Pablo Iglesias ont participé à ancrer Podemos dans une certaine radicalité. À ce titre, Ángela Rodríguez, députée Podemos galicienne, nous confie à l’été 2016 : « Je pense que ne pas avoir réussi à se débarrasser de Rajoy nous a beaucoup coûté, que les Espagnols n’ont pas compris cette décision, n’ont pas compris pourquoi nous n’avons pas voulu gouverner avec le PSOE »4.

Izquierda-Unida-Garzon

Íñigo Errejón, Pablo Iglesias et Alberto Garzón (leader d’Izquierda Unida). Crédit photo : EFE (www.elespanol.com)

Entre décembre 2015 et juin 2016, les alliances internes commencent à se recomposer, le secrétaire à l’organisation Sergio Pascual, étiqueté « errejóniste », est démis de ses fonctions par Pablo Iglesias auquel il substitue Pablo Echenique, son ancien opposant lors du premier congrès. Cette mutation dans l’organisation facilitera un accord avec Izquierda Unida en vue des élections de juin 2016. Est notable sur cette période la restructuration des « camps » et l’étiquetage de ces camps comme un enjeu – enjeu d’identification, permettant l’inclusion ou l’exclusion par les acteurs politiques eux-mêmes dans l’un des deux camps. Dans un article récent, Luis Alegre, longtemps fidèle d’Iglesias et membre fondateur du parti critiquera d’ailleurs cette logique: « La stratégie qu’ils ont suivi est aussi simple qu’efficace : en premier lieu, accuser “d’errejóniste” n’importe quelle personne qui ne fait pas partie de son cercle fermé de confiance [de Pablo Iglesias], en deuxième lieu, défendre le fait que tous les Errejónistes doivent être en dehors de Podemos » 5.

Comment expliquer les choix pris par Pablo Iglesias? Alberto Amo, co-auteur de Podemos, la politique en mouvement et membre du Cercle Podemos Paris, explique que le contexte politique ayant changé depuis la création de Podemos, l’hypothèse populiste devait à nouveau muter et un rapprochement avec Izquierda Unida paraissait alors être une décision raisonnée en raison de ces récentes transformations : « Le résultat de ces élections [les élections de décembre 2015] a montré que Podemos avait un soutien électoral presque identique à celui du PSOE. À ce moment-là, Podemos a pu commencer à disputer à ce parti l’hégémonie de la gauche en Espagne, ce que des dirigeants comme Pablo Iglesias ont commencé à faire dès le lendemain des élections de décembre 2015 »6.

Julio Anguita

Pablo Iglesias et Julio Anguita (secrétaire général du PCE de 1988 à 1998). Crédit photo : Jairo Vargas (www.publico.es)

« Podemos a pu commencer à disputer l’hégémonie de la gauche en Espagne, ce que des dirigeants comme Pablo Iglesias ont commencé à faire dès le lendemain des élections de décembre 2015 »

Entre les deux élections et la constitution de ces deux courants, les militants et les électeurs commencent eux-mêmes à se positionner. Les enquêtés inscrits dans cette « logique de gauche », plus ancrée dans les identités politiques traditionnelles (des anciens d’IU, des militants de longue date souvent originaires de familles politisées), se révèlent, en mai 2016, enthousiastes à l’idée de voir enfin « toute la gauche » réunie pour la première fois en Espagne. Dans une conversation informelle précédant un entretien, l’un des enquêtés raconte l’émotion qu’il a ressenti en voyant les larmes de Pablo Iglesias le 13 mai 2016 qui rencontrait, lors d’un meeting de pré-campagne, Julio Anguita, secrétaire général du Parti communiste d’Espagne de 1988 à 1998, considéré comme une figure incontournable de la gauche critique7. Deux semaines avant cette rencontre, Pablo Iglesias rappelait, via Facebook, son engagement de toujours avec IU : « Ma “première” campagne était en 86, avec mon père candidat IU pour Soria. Félicitations avec tout mon respect #30AnsAvecIU »8. Au contraire, Iago, militant Podemos de 18 ans, étudiant en science politique, interrogé quelques jours avant l’annonce de l’alliance mise en place avec IU, se désole d’une telle possibilité et explique que cette alliance pourrait casser la stratégie de transversalité de Podemos, en remettant le vieil axe droite-gauche au cœur des discours et en s’éloignant ainsi de ce qui a constitué la base théorique de la création de Podemos9.

II. Des différences théoriques et pratiques : « unir ceux qui pensent la même chose » ou « construire un peuple » ?

L’origine de la scission entre ces deux courants se trouve donc dans des questions principalement stratégiques : l’alliance avec IU et la question de pacte avec le PSOE. Le débat peut facilement tourner à la caricature : d’un côté, nous aurions un courant « radical », la « pureté idéologique », le retour aux rues, la lutte sociale; de l’autre, un courant « modéré » et réformiste. Cette caricature entre supposées radicalité « pabliste » et modération « errejóniste » est reprise par nombre de médias. Pourtant, dans la logique « errejóniste », la radicalité d’un projet ne se mesure pas au ton adopté dans les discours mais dans la transformation du réel. Pablo Bustinduy, député Podemos et chargé des relations internationales du parti, expliquait ainsi lors d’un entretien réalisé par Mediapart : « Dans l’hypothèse Podemos, depuis le départ, figure un élément fondamental : les idées se mesurent dans la réalité. Tenir un discours très radical, mais sans effet pour changer le réel, cela ne me paraît pas radical. C’est une radicalité avec laquelle cohabitent très bien les pouvoirs établis. Elle ne suppose aucune menace ».

Mais quelles sont réellement les différences théoriques qui séparent ces deux courants?

« Tenir un discours très radical, mais sans effet pour changer le réel, cela ne me paraît pas radical. C’est une radicalité avec laquelle cohabitent très bien les pouvoirs établis »

Des différences d’analyse : intérêts matériels contre performativité du discours?

En juin 2015, dans son article « Les faiblesses de l’hypothèse populiste et la construction d’un peuple en marche », Juan-Carlos Monedero, co-fondateur du parti et ancien secrétaire d’organisation, reproche à l’hypothèse « errejóniste » du populisme l’accent trop important porté sur la performativité du discours au détriment de l’analyse des conditions matérielles et reproche de fait à Podemos (dont la logique « errejóniste » est alors encore dominante au sein du parti) d’avoir délaissé les questions liées au travail et à la classe ouvrière, pourtant nécessaires pour récupérer une « unité populaire ». Pour Monedero, si la stratégie discursive défendue par Errejón est bel et bien nécessaire dans un premier temps, elle n’est qu’une phase. Il écrit ainsi : « baser la politique sur des théories éloignées du réel vide les contextes, construit des sectes de croyance qui ne prient que leurs commandants, comme des armées de soldats qui ne voient plus ou ne sentent plus rien mais évaluent seulement si tu as “compris ou non leurs théories et si, du coup, tu es “des nôtres. Et toutes les luttes qu’anticipaient notre rage disparaissent »10.

Vistalegre II

Juan-Carlos Monedero, Pablo Iglesias et Íñigo Errejón (Vistalegre I). Crédit photo : http://www.elconfidencialdigital.com.

Pourtant, la logique populiste, post-marxiste et post-essentialiste, qui est associée à Errejón, ne contredit pas l’existence « d’intérêts concrets » mais assure que « ces nécessités n’ont jamais de reflet direct et “naturel en politique »11. Errejón, s’appuyant sur les écrits d’Ernesto Laclau et de Chantal Mouffe, explique que la logique populiste qu’il défend ne considère pas le peuple comme une classe sociale mais comme un sujet qu’il s’agit de construire à travers le discours. Le discours est donc primordial puisqu’il ne commente pas la réalité : il crée lui-même la réalité et agit directement sur le réel. La politique est ainsi conçue comme un différend sur le sens des mots car, pour Errejón, « les mots sont des collines dans le champ de bataille de la politique » et « qui les domine a gagné la moitié de la guerre »12. Le terme de « discours » ne se réfère pas seulement au langage « mais aussi à l’ensemble des pratiques sociales qui donnent sens à notre monde dans un processus intrinsèquement ouvert et conflictuel »13. Pour être en mesure de conquérir le pouvoir, il ne s’agit pas de se constituer comme un simple sujet d’opposition, rejetant radicalement le sens commun de l’époque mais au contraire de se nourrir de ce dernier: de ce qui va de soi, des habitudes, des signifiants qui le composent, pour créer une nouvelle identité politique à laquelle une majorité puisse s’identifier. Autrement dit, ne pas s’enfermer dans des identités collectives de gauche critique qui se « socialisent dans la défaite »14.

Conflits autour du « sujet politique » à construire : à qui s’adresse-t-on?

Ce conflit théorique se matérialise notamment lorsqu’il s’agit de définir le sujet politique du changement (comprendre quel électorat viser). Le courant de Pablo Iglesias, auquel Monedero est associé, adopte dans ses discours un ton plus offensif. Ses interventions, se terminant par exemple toujours le poing levé, sont clairement associées dans l’imaginaire collectif à des discours de la gauche historique. Iglesias expliquait par exemple regretter son choix de s’être « déguisé » en « leader tranquille » pour la campagne de juin 201615. Pour les « errejónistes », ce type de discours, privilégiant l’offensivité, s’adresse à un électorat de gauche déjà acquis par Podemos. Il est contre-productif dans la mesure où il enferme le parti dans une identité contestataire et agressive prenant ainsi le risque d’effrayer une partie de l’électorat qui pourrait largement être séduit par le programme de Podemos mais ne votera pas pour le parti en raison du ton adopté.

Ce conflit théorique se matérialise notamment lorsqu’il s’agit de définir le sujet politique du changement. Les interventions de Pablo Iglesias sont clairement associées dans l’imaginaire collectif à des discours de la gauche historique. Le courant d’Íñigo Errejón préconise, au contraire, l’adoption d’un discours s’adressant au peuple dans son ensemble.

Au contraire, le courant « errejóniste » préconise l’adoption d’un discours s’adressant au peuple dans son ensemble (peuple qu’il s’agit justement de construire à travers ce discours). Jorge Lago, membre du Conseil citoyen de Podemos, nous expliquait ainsi lors d’un entretien effectué en avril 2016, à la Morada, siège social et culturel de Podemos: « Je suis de gauche au sens idéologique, c’est-à-dire ne pas croire au capitalisme, croire à l’égalité, ne pas croire en la propriété, ni à l’individualisme. Si on définit la gauche de cette façon, je suis de gauche. Le problème c’est que ce qui compte ce n’est pas ce que dit la science politique parce que la population ne lit habituellement pas la science politique. Ce qui compte, c’est comment tu réussis à faire en sorte que les gens croient à un projet politique et, à mon avis, ce n’est pas la peine d’utiliser ces mots clés de “gauche” et “droite”, ni de garder son identité de gauche »16.

Entre les élections générales de décembre 2015, auxquelles Podemos s’était présenté seul et celles de juin 2016, auxquelles Podemos et IU se sont présentés conjointement au sein de la coalition Unidos Podemos, le parti a perdu 1,1 million de voix. Les enquêtes post-électorales ont montré que les électeurs qui se considéraient plus modérés politiquement n’avaient pas accordé leurs votes à Podemos une deuxième fois. Les données du CIS (Centre de recherches sociologiques) montrent ainsi que Podemos a perdu des voix de la part de l’électorat qui se considère, sur un axe droite-gauche allant de 1 (le plus à gauche) à 10 (le plus à droite), proche de 4 mais qui considère que Podemos est plus radical, le positionnant environ à 2,5. Au contraire, les électeurs ayant voté à nouveau pour Podemos se considèrent plus à gauche (2,5) et place Podemos sur le même point de l’axe17.

Íñigo Errejón

Íñigo Errejón. Crédit photo : www.elconfidencialdigital.com.

En voulant séduire des électeurs plus « modérés » – ou plutôt en se tournant vers la centralité de l’échiquier politique – le courant « errejóniste » s’est attiré les critiques du courant « pabliste » qui considérait qu’Íñigo Errejón voulait transformer Podemos en un « PSOE 2.0 ». À ces critiques, Errejón répond de la manière suivante : « Je recommande aux personnes remplies de phraséologie révolutionnaire d’étudier tous les processus qui ont rendu une révolution victorieuse […] Ce ne sont pas des discours qui en appellent à une partie du peuple mais qui appelle au peuple entier […] La PAH [Plateforme des victimes du crédit hypothécaire] ne demandait pas aux gens s’ils étaient de droite ou de gauche, ils demandaient : “est-ce que ça te paraît juste qu’ils expulsent les gens de leur maison?” […] Je crois que c’est la seule ligne possible pour un Podemos capable de gagner, capable de construire une majorité ample, capable de récupérer les institutions pour les gens et cela n’est pas plus modéré, cela est beaucoup radical. Construire un peuple est beaucoup plus radical qu’unir ceux qui pensent la même chose »18.

« Construire un peuple est beaucoup plus radical qu’unir ceux qui pensent la même chose »

Dans un article paru en janvier 2017, Iolanda Mármol résume ces différences de la manière suivante : alors que les « pablistes » veulent avant tout « politiser la douleur » et « exprimer la rage du mal-être des classes les plus défavorisées », les « errejónistes » considèrent au contraire que l’espoir est la « véritable âme de Podemos », qu’il est contre-productif de « mystifier une rancoeur qui est légitime mais incapable de changer quoi que ce soit »19, mystifier cette rage condamne les organisations partisanes à la nostalgie et à une posture contestataire, les empêchant ainsi d’accéder au pouvoir et d’agir sur le réel.

III. Des logiques irréconciliables ?

Dans les faits, la plupart des électeurs et des militants, bien que se positionnant dans l’un des deux courants, reconnaissent que cette distinction entre « pablistes » et « errejónistes » est artificielle, que la caricature est facile et que les deux courants pourraient cohabiter au sein du parti (comme ce fut longtemps le cas). Pour la plupart des enquêtés ces deux logiques se complètent. Par exemple, concernant la position à adopter par Podemos qui est aujourd’hui une force d’opposition siégeant dans les institutions, les médias aiment caricaturer la chose de la sorte : Pablo Iglesias ne jurerait que par les mobilisations « de la rue », ne reconnaissant aucun pouvoir à l’opposition parlementaire, au contraire d’Íñigo Errejón qui mépriserait ces mouvements spontanés au profit du travail parlementaire, seule force capable de transformer le réel. La réalité est plus complexe et les deux logiques sont loin d’être incompatibles. Il existe bien un débat pour savoir où l’accent doit être prioritairement mis mais pour les deux leaders du parti, comme pour la plupart des enquêtés, il s’agirait d’avoir un « pied dans la rue » en s’appuyant sur les mouvements sociaux, tout en ayant un « pied dans les institutions » pour lutter contre les politiques conservatrices et néo-libérales du Parti populaire, actuellement au pouvoir.

La réalité est plus complexe et les deux logiques ne sont pas incompatibles. Pour les deux leaders du parti, il s’agirait d’avoir « un pied dans la rue » et « un pied dans les institutions ».

Les documents présentés à l’occasion de Vistalegre II par les différents courants révèlent précisément que les différences restent extrêmement modérées. Le programme, les objectifs, les prochaines étapes politiques et stratégiques coïncident : pour toutes les listes en compétition l’objectif est de redonner le pouvoir à « ceux du bas » en gagnant les élections générales en 2020 et d’avancer préalablement dans les communautés autonomes en 2019. Bien sûr, des points de divergence existent notamment sur l’analyse de l’électorat à séduire: alors que les documents de la liste d’Iglesias s’adressent aux « secteurs populaires et classes moyennes », la liste d’Errejón vise les « gens ordinaires » qu’elle oppose à la « caste privilégiée »20. Comme l’explique Julio Martínez-Cava, dans son article « La question des classes à Podemos. L’origine faussée d’un débat nécessaire », toutes les listes s’accordent in fine sur la nécessité « d’articuler les intérêts de ceux du bas” ». Il ajoute qu’un terrain d’entente aurait ainsi pu être trouvé sur le thème de la « composition du sujet du changement » si « il y avait eu les conditions d’un véritable débat et pas une simple instrumentalisation pour des primaires »21. Il pointe ainsi l’un des principaux problèmes du congrès. En transformant ce vote en plébiscite, les cadres de Podemos ont dépossédé les membres du parti du peu de voix qu’ils avaient – sans même d’ailleurs aborder sérieusement la question de l’avenir des Cercles, ces espaces citoyens créés à la naissance de Podemos, supposés gagner du pouvoir une fois la « machine de guerre » démantelée après les élections.

Dans ce contexte d’opposition, de plébiscite et d’absence de débats, permis par la structure même de l’organisation du congrès, les discours les plus récompensés en applaudissements ont été, sans surprise, les plus conformes aux marqueurs culturels du militantisme de gauche – Podemos semblant avoir consolidé un groupe d’activistes rassemblant des personnes à la fois ayant un passé militant mais aussi des nouveaux entrants en politique fédérés autour de la figure du secrétaire général. Cet enjeu d’identification au parti avait tenté d’être récupéré par le courant « errejóniste » qui a lancé, pendant la campagne, le slogan « Recuperar el morado » (« Récupérer le violet ») en référence à la couleur symbole et référent identitaire du parti. Mais le groupe militant est en majorité resté fidèle à Pablo Iglesias en lui offrant une majorité absolue au sein des organes du parti et en appuyant tous ses documents, lui offrant ainsi l’opportunité de choisir l’avenir qu’il comptait donner au parti.

Dans ce contexte d’opposition, de plébiscite et d’absence de débats, permis par la structure même de l’organisation du congrès, les discours les plus récompensés en applaudissements ont été, sans surprise, les plus conformes aux marqueurs culturels du militantisme de gauche.

Quatre semaines se sont écoulées depuis Vistalegre II et le changement d’équipe a été acté. Le nouvel exécutif « pabliste » réserve aux autres courants des postes d’influence extrêmement limités. Le plupart des intellectuels et promoteurs de la ligne initiale du parti ont été demis de leurs fonctions et Pablo Iglesias et ses équipes ont repris la main sur les secteurs stratégiques du parti. Dernièrement, Jorge Lago, jusque-là à la tête de l’Instituto 25M, « think tank » s’occupant des activités de formation du parti, a été délogé au profit d’un membre de la liste d’Iglesias. Moins visible mais plus éclairant encore, les équipes s’occupant de la ligne et du discours du parti ont été entièrement renouvelées : Jorge Moruno, fidèle d’Errejón et jusque-là responsable argumentaire et discours, considéré comme le père de la ligne transversale de Podemos, a été remplacé par Pedro Honrubia, fidèle d’Iglesias. Les équipes responsables du discours sont désormais largement composées d’anciens membres d’Izquierda Unida. Enfin, l’acte le plus marquant a été la destitution d’Iñigo Errejón de son poste de porte-parole au Congrès des députés et la proposition faite à ce dernier d’être le candidat du parti en 2019 dans la Communauté de Madrid, ce qui semble être pour les « pablistes » un moyen d’offrir à Errejón des perspectives tout en l’éloignant des enjeux nationaux.


Irene-MonteroÍñigo Errejón, Irene Montero et Pablo Iglesias
(Vistalegre 2). Crédit photo : www.irispress.es.

D’une part, les choix de Pablo Iglesias valident les camps constitués au cours de l’année (consolidés par Vistalegre II) et signent le refus de faire fonctionner le parti de manière plus démocratique et plurielle. D’autre part, ces choix ont placé la production de la ligne politique et discursive aux mains de personnes socialisées au sein d’IU, ayant prouvé par le passé maîtriser la production d’un discours de gauche classique contestataire, que certains ont par exemple employé lors de la campagne d’IU en décembre 2015 (lorsque la coalition de gauche n’avait pas encore effectué d’alliance avec Podemos) qui s’est soldée, rappelons-le, par un échec pour la formation. Ces personnes font désormais partie des cercles de pouvoir au sein de Podemos et semblent disposées à reproduire ce type de discours au sein du parti.

« La politique n’a rien à voir avec le fait d’avoir raison. Vous pouvez porter un tee-shirt avec la faucille et le marteau, tout ça pendant que l’ennemi se rit de vous. Parce que le peuple, les travailleurs, préfèrent l’ennemi. Ils croient à ce qu’il dit. Ils le comprennent quand il parle. Vous pouvez demander à vos enfants d’écrire ça sur votre tombe : “il a toujours eu raison – mais personne ne le sut jamais »

En choisissant d’écarter les principales figures du courant « errejóniste » des organes de direction, au lieu de respecter une représentation proportionnelle des résultats (51% pour la liste d’Iglesias, 33% pour la liste d’Errejón, 13% pour la troisième liste Anticapitaliste), Pablo Iglesias a confirmé, au nom de « l’unité » de Podemos, ne vouloir laisser aucune place à la pluralité au sein du parti. Ces choix peuvent surprendre de la part d’un Pablo Iglesias qui déclarait lui-même, il y a quelques années de ça : « La politique n’a rien à voir avec le fait d’avoir raison […] Vous pouvez porter un tee-shirt avec la faucille et le marteau. Vous pouvez même porter un très très grand drapeau puis rentrer chez vous avec le drapeau, tout ça pendant que l’ennemi se rit de vous. Parce que le peuple, les travailleurs, préfèrent l’ennemi. Ils croient à ce qu’il dit. Ils le comprennent quand il parle […] Vous pouvez demander à vos enfants d’écrire ça sur votre tombe : “il a toujours eu raison – mais personne ne le sut jamais” »22. Iglesias a su convaincre 51% des membres de Podemos sur les 155 000 militants qui ont voté. Reste maintenant à savoir si ses récents choix confirmant ce que les médias désignent comme un « virage à gauche » ou la victoire de la « ligne dure » du parti conviendront aux 5 millions d’électeurs qui ont voté pour Podemos aux dernières élections générales et permettront d’en séduire de nouveaux pour atteindre l’objectif présenté à Vistalegre II : le « Plan 2020 », c’est-à-dire : « Vaincre le PP et gouverner l’Espagne ».

Laura Chazel et Théo Saint-Jalm

À propos des auteurs : Respectivement doctorante et étudiant en master en science politique, ayant étudié à l’Université Autonoma de Madrid et de l’Université Complutense de Madrid au cours de l’année 2015-2016, nous réalisons actuellement des travaux de recherche sur Podemos. Ces travaux sont basés sur des enquêtes de terrain, sur de nombreux entretiens et sur la participation à différentes campagnes électorales – à Madrid, à Barcelone et en Galice. Si la rédaction de cet article est liée à ces activités de recherche, il s’agit également d’un parti pris face à l’actuelle ligne suivie par le parti. Les lectures faites des fondements théoriques ayant permis l’ascension de Podemos nous amènent à penser que la ligne suivie par Pablo Iglesias et l’exclusion d’Íñigo Errejón du centre du parti mettent l’organisation dans une position de faiblesse. Cette approche sur les fondements théoriques nous a conduit à mettre de côté, dans cet article, le troisième courant de Podemos (anticapitaliste). Bien qu’il fédère toujours une petite portion des bases du parti, son apport théorique très classique n’a eu, en effet, qu’une influence marginale au sein de Podemos.

Notes :

1NC, “Espagne. Podemos choisit la radicalité”, El País traduit dans Courrier International, février 2017.

2Le terme « populisme » doit être utilisé avec précaution car il renvoie à plusieurs réalités. Dans cet article, lorsque nous nous référons au « populisme » nous le comprenons dans ces termes là : ils correspondent à la définition employée par Podemos à son origine.

3NC, “Espagne : en congrès, les militants de Podemos confortent Pablo Iglesias et sa gauche de combat”, France 24, février 2017.

4Entretien avec Ángela Rodríguez, députée Unidos Podemos, Pontevedra, 15 juillet 2016.

5Alegre Luis, “¿Qué está pasando en Podemos?”, www.eldiario.es, février 2017.

6Entretien avec Alberto Amo, co-auteur de Podemos, la politique en mouvement, Paris, 22 avril 2016. En partie disponible en ligne sur le site www.plateformecommune.org, novembre 2016.

7Meeting d’Unidos Podemos, Cordoue, 13 mai 2016. Disponible disponible en ligne: https://www.youtube.com/watch?v=LmQ_3WODKOU.

8Statut Facebook de Pablo Iglesias du 28 avril 2016.

9Entretien avec Iago, étudiant en science politique, militant Podemos, Madrid, 26 avril 2014.

10Monedero Juan-Carlos, “Las debilidades de la hipotesis populista y la construcción de un pueblo en marcha”, Público, mai 2016.

11Errejón Íñigo, “Podemos a mitad de camino”, www.ctxt.es, 23 avril 2016 traduit de l’espagnol au français pour le site Ballast par Pablo Castaño Tierno, Luis Dapelo, Walden Dostoievski et Alexis Gales.

12Errejón Íñigo cité dans Torreblanca José Ignacio, Asaltar los cielos, Podemos o la politíca después de la crisis, Barcelone, Debate, 2015.

13Martínez-Cava Julio, “La cuestión de clase en Podemos. El origen viciado de un necesario debate”, www.sinpermiso.info, février 2017.

14Entretien avec Jorge Lago, Conseil citoyen de Podemos, Madrid, 27 avril 2016.

15Mármol Iolanda, “Iglesias y Errejón, las diez diferencias”, www.elperiodico.com, janvier 2017.

16Entretien avec Jorge Lago, Conseil citoyen de Podemos, Madrid, 27 avril 2016.

17Centre de recherches sociologiques (Centro de Investigaciones Sociologicas) : www.cis.es.

18Vidéo posté par Íñigo Errejón sur Facebook le 16 janvier 2017.

19Mármol Iolanda, “Iglesias y Errejón, las diez diferencias”, www.elperiodico.com, janvier 2017.

20Martínez-Cava Julio, “La cuestión de clase en Podemos. El origen viciado de un necesario debate”, www.sinpermiso.info, février 2017.

21Ibid.

22Pablo Iglesias traduit par Tatania Ventôse. Disponible en ligne: https://www.youtube.com/watch?v=wVj4Avs5EUY.

Crédit photo de couverture : EFE (www.ara.cat)

Your SEO optimized title