Home Médias Système médiatique et lutte des classes

Système médiatique et lutte des classes

Système médiatique et lutte des classes
0

Un mouvement agite de nombreux milieux militants, souvent très à gauche ou très à droite, qui vise à s’emparer de divers canaux de diffusion – au milieu desquels trônent les réseaux sociaux – et créer des médias autonomes pour contrecarrer une information dominante perçue comme trompeuse, voire manipulatrice.


A droite, on appelle ça volontiers de la « réinformation ». Sans être dupe quant à la haine historique d’une certaine droite et de l’extrême-droite vis-à-vis de la pluralité de la presse, il convient de s’interroger sur les causes profondes de ce malaise qui traverse toutes les couches d’une société de plus en plus polarisée. Les sondages divers le montrent bien : la confiance en la parole officielle s’érode, l’indépendance des médias est a priori remise en cause par des gens de bonne foi, qui se demandent avec impuissance : à qui accorder sa confiance ?

Le règne de l’extrême-centre

Il est devenu banal de renvoyer les divers mouvements de contestation dos à dos sur le mode d’une prétendue « union des extrêmes ». Extrême-droite et extrême-gauche (souvent mal définie, au demeurant) sont les lieux communs d’un discours dominant bienséant, bien-pensant même, puisque fixant lui-même les limites de ce qui est « bien » et ce qui ne l’est plus. C’est le fameux « cercle de la raison » théorisé par Alain Minc, qui rassemble, à des degrés variés, tous les tenants du néolibéralisme. Divisés durant de nombreuses années entre le PS et son rival de droite au nom fluctuant – RPR, UMP, Les Républicains–, élus et militants se refilaient le pouvoir au gré des alternances et approfondissaient leurs réformes respectives (de Rocard à Juppé, de DSK à Fillon, de Moscovici à Bruno Le Maire). Le triomphe d’Emmanuel Macron, en faisant tomber les frontières artificielles qui séparaient, pour le spectacle, cette caste de gens d’accord sur (à peu près) tout, a ainsi consacré un état de fait central de la vie politique française : la toute-puissance d’un extrême-centre qui gouverne, peu ou prou, depuis que la contre-révolution néolibérale est entamée.

Au pouvoir autour d’Emmanuel Macron, et pesant de tout son poids dans les médias principaux et les chaînes du service public de l’information, le « cercle de la raison » gouverne et communique, plus qu’il n’informe, sans partage, dans une haine viscérale de la démocratie et la crainte d’un réveil du peuple qui s’exprimèrent, notamment, lors du référendum de 2005 ou vers la fin de l’élection présidentielle de 2017, quand Jean-Luc Mélenchon risquait de se qualifier pour le second tour et qu’on usa pour le désigner de toutes sortes de sobriquets renvoyant, tour à tour, aux têtes tranchées de la Révolution de 1789, à l’URSS ou aux gauches sud-américaines – inlassablement présentées sous un jour chaotique, voire dictatorial. Chaque mouvement social, en outre, suscite les commentaires acerbes de ces éditorialistes cramponnés-à-leurs-sièges qui exècrent toute expression discordante qui viendrait ralentir la grande marche du monde vers toujours moins d’État, de protections, de solidarité – de verrous, diraient-ils…

« Dans tout le monde capitaliste industriel, les groupes dirigeants ont besoin d’un système de croyances qui justifie leur domination. »

Toute pensée politique un tant soit peu différente est dorénavant affublée du qualificatif de « populiste », un concept qui servait jadis à caractériser une idéologie précise mais n’est plus de nos jours qu’un paresseux paravent permettant de clore tout débat de fond avant même de l’avoir commencé. Les militants les plus récalcitrants, qui ne se satisfont pas d’une seule vision de l’économie, des institutions, de la démocratie, et revendiquent le droit à une information pluraliste, eux, s’exposent à l’accusation infamante, mais si tendance, de « complotisme ». À noter que « le cercle de la raison » ne connaît pas de frontières, et utilise partout dans le monde des procédés voisins : si vous êtes français ou espagnol et que vous appartenez à la gauche radicale, c’est le Venezuela qui servira à vous décrédibiliser ; si vous êtes anglais et que vous soutenez Corbyn, on vous traitera soit d’antisémite, soit d’agent de Poutine ; si vous êtes italien et que vous vomissez l’union-zombie qui se profile entre Renzi et Berlusconi, l’on vous accusera de faire le jeu des extrêmes et d’être anti-européen. Comme l’explique Chomsky, « dans tout le monde capitaliste industriel, les groupes dirigeants ont besoin d’un système de croyances qui justifie leur domination. »[1] Lorsque des décennies de politiques antisociales, sur fond d’inconséquence écologique, d’orgie financière et de corruption généralisée, ont jeté les peuples dans la misère et la colère, la seule solution pour continuer de les dresser en masse contre leurs intérêts objectifs est de décrédibiliser vigoureusement et violemment tout ce qui pourrait prendre la forme d’une alternative, jusqu’à ce que l’alternance s’impose d’elle-même, souvent dans le fracas, comme l’élection italienne récente l’a démontré, après le Brexit et le resurgissement, partout en Europe, des extrême-droites les plus féroces.

L’information barricadée

Le risque est qu’à force de se calfeutrer bien à l’abri de leur « cercle », – comme ces ultrariches qui vivent enfermés dans des ghettos dorés –, depuis lequel ils nous décochent hargneusement leurs flèches empoisonnées, les encastés qui font l’opinion à coups de sondages précommandés et de bourrage de crâne ininterrompu (la dette ! la dette ! la dette !), finissent par se couper totalement de la population. En soi, cela ne me poserait pas de problème ; j’aurais même tendance à m’exclamer : bon débarras ! Mais, nous l’avons dit, face à leurs tricheries et cette façon somme toute assez martiale qu’ils ont de nous appeler aux urnes pour nous obliger, nous, à faire leur sale boulot, et maintenir en place l’édifice qu’ils n’ont de cesse de démolir le reste du temps, de plus en plus de militants s’enferment dans des médias dits « de niche » ou dans des cercles hermétiquement fermés, où se mijote le pire comme le meilleur. Le corps social de la nation se délite et le sentiment d’appartenir à une communauté qui partage les mêmes intérêts, dans laquelle peuvent s’exercer la solidarité et le partage, se rabougrit.

« Il est tout de même problématique qu’on ne puisse plus allumer sa télévision et se poser devant le journal ou une émission qui traite de l’actualité en toute confiance, dans l’idée d’entendre et de voir des choses qui nourriront notre réflexion plutôt que de l’ankyloser. »

Que ces niches existent est heureux, et ce foisonnement de sites, de chaînes YouTube, de bons vieux journaux papiers qu’on se refile durant les manifs, témoignent d’un appétit certain et d’une vie démocratique encore vigoureuse, mais qui s’est déplacée et peut-être même retranchée. Chacun s’enferme dans son couloir et devient sourd à une partie du reste du monde, ce que les algorithmes de réseaux comme Facebook viennent aggraver en nous noyant sous des publications conçues pour aller dans notre sens, pour notre confort intellectuel. Comment organiser un débat collectif et citoyen sur les grands enjeux qui nous font face si nous n’avons plus de terrain commun ? J’aurais du mal à faire lire Fakir à mon pote un peu facho, comme il aura du mal à me convaincre de m’infliger la dernière chronique de Goldnadel sur La France Libre. Surtout, il est tout de même problématique qu’on ne puisse plus allumer sa télévision et se poser devant le journal ou une émission qui traite de l’actualité en toute confiance, dans l’idée d’entendre et de voir des choses qui nourriront notre réflexion plutôt que de l’ankyloser. Pour cela, il faudrait que les émissions tous publics, diffusées aux heures de grande écoute, nous proposent des interlocuteurs de bonne foi et loyaux, et non plus tous ces petits lobbyistes qui cirent les pompes de leurs commanditaires tout en nous déniant la possibilité même d’appréhender la complexité des sujets qu’ils prétendent traiter – laissez-nous entre grandes personnes, on s’occupe de tout !

Ce constat ne signifie évidemment pas qu’il y aurait un « complot » des journalistes visant à s’octroyer et se répartir le pouvoir entre gens de bonne compagnie, mais est révélateur d’un fait social majeur qui détermine les options choisies par les différentes écuries médiatiques : de par leur niveau de vie très élevé (trop élevé), les présentateurs vedettes, les éditorialistes migrateurs qui vont de chaîne publique en radio privée, les économistes en chef et autres responsables de services politiques, sortent de leur rôle de passeurs d’idées et de vérificateurs de faits pour se poser avant tout dans la défense acharnée de leurs intérêts de classe. C’est une évidence ! Il n’y a pas de complot, mais bien des stratégies communes mises en place qui sont dues, non pas à une concertation préalable, mais à une uniformité des conceptions du monde qui découlent d’intérêts particuliers. Qu’on révèle le salaire[2] d’un Christophe Barbier, d’un Patrick Cohen, d’une Nathalie Saint-Cricq, d’un Dominique Seux, d’un David Pujadas, d’une Ruth Elkrief, d’un Laurent Joffrin, d’une Léa Salamé, d’un Franz-Olivier Gisbert, d’un Jean-Michel Aphatie, d’un Yves Calvi ou d’un Nicolas Demorand, et voyons si l’on peut en tirer quelques enseignements. On me traitera de populiste (soit), de démago (ça reste à prouver) ou de complotiste (puisque c’est la mode) ; mais la vérité est là : le journalisme dominant – l’éditocratie – est gouverné par une petite bourgeoisie qui défend son bout de gras avec âpreté.

Une critique politique du système médiatique

La question des salaires, révélatrice mais pas centrale, devient cependant réellement significative lorsqu’on met en regard les rémunérations du gratin médiacratique avec les salaires de ceux qui font réellement vivre les rédactions – journalistes, reporters, pigistes, documentaristes – et qui sont si nombreux à redouter les fins de mois. Mais, fondamentalement, cette bourgeoisie se repaît plus de pouvoir, de prestige et d’influence que d’argent. Disons que c’est la cerise sur un gâteau déjà bien garni. Ainsi, il est crucial de ne pas se tromper de cible lorsque l’on prétend formuler une critique politique du système médiatique : en occulter les phénomènes de reproduction et de domination sociales pour ne pointer que les symptômes les plus criants de cette défaite collective qu’est notre presse, tels que les comportements individuels de certains parvenus, ne nous mènerait qu’à un placebo d’analyse. L’hégémonie culturelle, exercée par cette caste dominante et arrogante qui tient l’argent et l’information, est un enjeu fondamental de la lutte de classe, comme l’a analysé Gramsci, et c’est bien la bataille à laquelle nous devons nous employer.

« Que des états généraux du journalisme se tiennent, inspirés, par exemple, des travaux d’Acrimed. »

C’est pour cela que si je partage et soutiens la contestation militante du système médiatique, ce n’est pas par vengeance, ou pour inviter mes amis ou mes lecteurs à rejoindre les médias de ma niche ; c’est pour inviter la profession à un électrochoc salutaire. Que des états généraux du journalisme se tiennent, inspirés, par exemple, des travaux d’Acrimed, que l’on reparte sur des bases saines en traitant frontalement les grandes problématiques : la façon dont on enseigne le journalisme, les nominations dans le service public et au CSA, le financement des médias, l’influence des actionnaires sur les rédactions, la course au clic vulgaire et malsaine, les manquements à la déontologie que jamais rien ne sanctionne, l’indigence des micros-trottoirs qui tiennent lieu pour certains de travail d’enquête, les experts qui camouflent leurs activités privées pour mieux asséner leur catéchisme antisocial, l’uniformité des chefferies et de leurs options politiques…

Il est absolument urgent de ressusciter une véritable culture démocratique, riche et pluraliste, dans nos médias vampirisés par cette ribambelle de milliardaires aux intentions limpides (influence politique, marketing) qui peuvent compter sur leur armée de chefs de services politiques, de présentateurs vedettes, d’experts en café du commerçologie aux discrètes activités privées, de décodeurs drapés dans la croyance un rien arrogante et corporatiste – qui exècre toute forme de critique, fût-elle énoncée par des pairs – de toujours appartenir à un contre-pouvoir, ces chiens de garde du système qui s’emploient à faire taire, en les ridiculisant, les bestialisant, les traitant sous l’angle people et psychologique, ou tout simplement en les ignorant, les voix dérangeantes, et dominent de leur aigre superbe la grande masse des journalistes, sérieux, appliqués à la tâche, conscients de l’importance majeure de leur travail et pour qui la déontologie n’est pas qu’un concept mou dénué de sens.

A l’heure où la France et l’Europe sont traversées par tant d’ébullitions sociales et citoyennes, il est grand temps que notre système médiatique réapprenne à se faire l’écho, sereinement et respectueusement, des aspirations des peuples, dans toute leur diversité.


[1] N. Chomsky, « La restructuration idéologique aux Etats-Unis », Le Monde Diplomatique, mars 1979.

[2] À titre d’exemple, le salaire de N. Polony, du temps où elle travaillait pour la matinale d’Europe 1, avait fuité : 27 000€ par mois. Cela donne donc une petite idée du niveau de vie et des préoccupations de ceux qui « font » l’opinion.

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Your SEO optimized title