Home Interviews Veillée d’armes au Royaume-Uni : Entretien avec Olivier Tonneau

Veillée d’armes au Royaume-Uni : Entretien avec Olivier Tonneau

Veillée d’armes au Royaume-Uni : Entretien avec Olivier Tonneau
0

Le 19 avril 2017, Theresa May, Première Ministre conservatrice du Royaume-Uni a convoqué une élection anticipée du Parlement britannique pour le 8 juin dans l’espoir de profiter des faiblesses du Labour pour renforcer sa majorité post-Brexit. Cependant, d’après les derniers sondages, Jeremy Corbyn, le leader du Labour, aurait réussi à réduire son écart avec les conservateurs de 19 à 3% en moins d’un mois. Alors que la situation britannique est incertaine, LVSL a rencontré Olivier Tonneau, maître de conférence à l’université de Cambrige et candidat de La France Insoumise dans la 3ème circonscription (Europe du Nord) des Français Etablis Hors de France. Dans cet entretien, il revient sur la situation politique britannique depuis le Brexit et donne son analyse de la campagne électorale en cours.

 

LVSL : Pour commencer, Olivier Tonneau, que pensez-vous du bilan de Theresa May et de sa gestion du Brexit depuis son arrivée au pouvoir en juillet 2016 ?   

Olivier Tonneau : C’est chaotique. J’ai l’impression que personne ne comprend vraiment ce qui se passe autour du Brexit, à commencer par les gouvernants eux-mêmes qui se trouvent plongés dans l’écheveau des négociations européennes sans savoir ni où elles commencent ni où elles s’arrêtent. Pour moi l’analyse est difficile. Si on lit le mémorandum des négociations de l’UE, c’est-à-dire le contenu du mandat donné par l’UE à Michel Barnier pour conduire les négociations autour du Brexit, on ne comprend ni les tenants ni les aboutissants. C’est la même chose du côté de Theresa May dont l’objectif, hormis celui de payer moins d’argent, reste vague.

Le problème c’est que le Brexit est en train de devenir un enjeu central de la campagne des législatives britanniques alors que personne ne contrôle vraiment ce qui se passe. C’est un faux-enjeu sur lequel tout le monde fait des grandes déclarations dépourvues de sens. C’est également un problème que nous —les candidats de la 3ème circonscription des Français Etablis Hors de France—  avons lorsque nous tendons à approcher la question du Brexit comme relevant de notre domaine de compétence alors qu’en réalité tout se joue au niveau européen.

Theresa May promet de conclure les négociations post-Brexit pour « un avenir plus clair ».

Peut-on dire que le Brexit, en tant que rupture avec le modèle néolibéral européen, a conduit le parti de Theresa May à rompre avec certains éléments libre-échangistes et dérégulationnistes de son héritage Thatchérien ?

La thèse que j’ai soutenue, avant même la tenue du référendum, c’est que le Brexit est l’aboutissement de la logique libre-échangiste de l’UE. En entrant dans l’UE les pays sont poussés à se battre les uns contre les autres en allant vers le moins disant fiscal et le moins de régulation possible. En sortant de l’UE, Theresa May n’a aucune envie d’en finir avec cela. Au contraire les conservateurs voient dans le Brexit la possibilité d’en finir avec les quelques régulations qui pesaient encore sur l’Angleterre. La sortie de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, la fin de toute réglementation pesant sur la City et la minimisation des taxes constituent l’agenda post-Brexit des Conservateurs.  Theresa May est donc encore tout à fait dans une approche libre-échangiste.

« Le Brexit est l’aboutissement de la logique libre-échangiste de l’UE »

Le seul aspect où elle semble se démarquer du libre-échangisme c’est sur l’immigration —étant donné que le libre-échange de la main œuvre est aussi un aspect essentiel du libre-échangisme. Mais là encore j’ai du mal à y croire. On voit déjà de nombreuses poussées de la part des entreprises anglaises —notamment dans la restauration—qui menacent de ne plus pouvoir s’en sortir si elles ne peuvent plus exploiter une main d’œuvre bon marché issue de l’immigration. Ça m’étonnerait beaucoup que May aille plus loin dans ce domaine.

De son côté Jeremy Corbyn a entériné, il y a quelques mois, la décision du peuple britannique concernant la sortie de l’Union Européenne. Cette décision, qui a été critiquée au sein du Labour, porte-elle ses fruits aujourd’hui, une semaine avant le vote ?

J’ai peur que non. Le problème du Labour c’est que sa position a été trop ambiguë. Corbyn a hésité entre plusieurs positions. Je connais beaucoup de gens en Angleterre qui étaient pour un « lexit »  [ndlr : un Left-exit, autrement dit un Brexit de gauche] et je pense qu’à cause de la couverture médiatique du Brexit, le « lexit » est passé complètement inaperçu. Pourtant,  il y a beaucoup de gens qui ont voté pour sortir de l’UE sur une base de gauche. Pour ces gens-là, Corbyn était secrètement pour le « lexit », mais ne pouvait pas le dire car il était pieds et poings liés par son appareil. D’ailleurs, c’est aussi ce que pense la droite du Labour qui a reproché à Corbyn de ne pas avoir assez lutté contre le Brexit. Cependant, d’autres défendent que Corbyn était sincèrement pour rester dans l’UE. C’est assez flou. Au final, la justification que le leader travailliste donne désormais pour entériner le Brexit s’appuie sur le « respect de la démocratie ». C’est une justification  fragile parce que  le respect des résultats du vote n’empêche pas de critiquer les conditions dans lesquelles le vote s’est déroulé.  Cela le conduit à occuper une position très faible et mal assumée alors que la campagne actuelle mériterait d’être menée dans la carté.

« Il fallait empêcher l’extrême-droite de récupérer le Brexit […] si Corbyn avait été plus clair sur la question […] aujourd’hui ça porterait ses fruits. »

L’année dernière on parlait beaucoup du Brexit avec des amis de gauche. Beaucoup prônaient le maintien dans l’UE à cause des retombées positives que le « Brexit » aurait pour l’extrême-droite.  Au contraire, pour moi,  le Brexit était une certitude compte tenu des échecs répétés de l’UE lors des consultations populaires qui avaient précédés en Europe. Ce qui importait donc, c’était d’empêcher l’extrême-droite de récupérer le Brexit. Pour cela, il fallait que Corbyn défendent un « lexit ». En fait, il fallait que la situation ressemble à ce qui s’était passé en France après le référendum de 2005 où le « non » progressiste avait permis la recomposition de la gauche. Si Corbyn avait été plus clair sur cette question, il aurait eu beaucoup de mal à l’assumer sur le moment, mais aujourd’hui ça porterait ses fruits. En plus ça aurait permis de précipiter la scission dont le Labour a absolument besoin.

Corbyn en campagne « pour le grand nombre, et non pas quelques-uns ».

Justement, alors que les derniers sondages montrent que la victoire des travaillistes entre dans le domaine du possible, quelle est la position de Corbyn au sein du Labour et vis-à-vis du vieil establishment blairiste ? Si jamais il l’emportait serait-il en mesure d’imposer son programme à la droite du parti ?

Voilà, c’est toute la question. C’est drôle, durant la campagne de l’élection française tout le monde poussait la candidature de Benoit Hamon ou de Gérard Filoche en disant « c’est le Corbyn Français ». Pour moi c’était justement la raison pour ne pas les soutenir. Mais du coup pour Corbyn, si les intentions de votes continuent de se rapprocher, il va subir une offensive absolument ignoble de la part de son propre parti. Ça risque de lui coûter la victoire. Malgré tout, si jamais il gagne, à mon avis il ne pourra pas gouverner. Les quelques fois où Corbyn a pris des positions audacieuses au Parlement (par exemple contre le programme nucléaire Trident) certains membres de son parti n’ont eu aucune difficulté à rompre les rangs. Une fois au pouvoir, ils n’auront aucun problème à recommencer.

« Corbyn va subir une offensive ignoble de la part de son propre parti. » 

C’est très difficile, bien sûr, ce que Corbyn essaie de faire. Je ne veux pas l’accabler.  Mais à un moment, après la tentative de putsch absolument grotesque qui avait été menée contre lui [ndlr : en juin 2016 la majorité des députés Labour avaient voté une motion de défiance contre Corbyn], il avait été question de profiter de la reconfiguration des circonscriptions électorales pour changer le rapport de force au sein du Labour et mettre les Corbyniens à la place des Blairistes. A mon avis, il aurait fallu faire ça. Il fallait transformer le Labour Party de l’intérieur. Certes, je ne suis pas un politicien travailliste, et peut-être que les choses ne sont pas aussi simples que ça. Enfin tout cela prouve que pour changer les choses en profondeur, il faut faire comme Mélenchon a fait pendant huit ans, c’est-à-dire y passer du temps.

Oui, d’ailleurs, la campagne actuelle de Jeremy Corbyn est-elle influencée par la campagne menée par Jean-Luc Mélenchon lors de l’élection présidentielle ? 

On vient déjà d’en voir un signe évident puisqu’ils viennent de sortir un jeux-vidéo, Corbyn Run, qui est un décalque de Fiscal Combat [ndlr: le jeu vidéo de la campagne de Mélenchon]. De même, en lisant le programme du Labour pour les élections, il me semble qu’il y a des idées nouvelles, proches du programme de Mélenchon, et que l’on ne trouvait pas auparavant, comme par exemple, la question de l’échelle des salaires dans les entreprises.

« C’est très bien que Corbyn s’inspire de Mélenchon, mais malheureusement il y a beaucoup de choses qu’il ne peut pas faire en deux temps trois mouvements. Il reste très fragile à plusieurs égards. […] On avait une force de frappe que Corbyn n’a pas. »

C’est très bien que Corbyn s’inspire de Mélenchon, mais malheureusement il y a beaucoup de choses qu’il ne peut pas faire en deux temps trois mouvements. Il reste très fragile à plusieurs égards. Il n’a pas la masse de matériel incroyable que la campagne de Mélenchon a su produire. Il se fait épingler à la télé sur des choses de base, comme le chiffrage de ses mesures, car il lui manque les cinq heures de chiffrages que nous avons eues. Ensuite, quand bien même son programme serait chiffré, il aurait été encore plus important de construire des canaux alternatifs de communication, comme nous avec la chaîne Youtube qui nous a permis de répondre aux attaques de la presse traditionnelle. On avait une force de frappe que Corbyn n’a pas. Sa technique et sa communication ont évolué, mais cela ne suffit pas à emporter une campagne. Prisonnier de son appareil, Corbyn n’a simplement pas eu les moyens de mettre tout ça en place et n’a pas assez travaillé sur le fond. Lors de son élection à la tête du Labour, il y  deux ans, on a parlé de « Corbynomics », d’un renouveau de la pensée économique du Labour : aujourd’hui je me demande ce qu’ils ont fait. Je connais plein d’économistes en Angleterre qui auraient pu contribuer à ce programme. Cela dit, bien sûr, il faut reconnaître que l’élection anticipée ne lui a pas laissé le temps de mettre grand-chose en place.

Sur un plan plus large, comment voyez-vous l’évolution de la situation écossaise et de la situation irlandaise dans les années à venir. L’implosion du Royaume-Uni n’est-elle plus qu’une question de temps ? La victoire du Labour ou des Conservateurs y changerait-il quelque chose ?

Oui ça changerait quelque chose. Je ne sais pas si c’est une question de temps. Quand j’étais en Ecosse il y a quelques jours, j’ai senti une certaine appréhension à gauche. C’est-à-dire qu’ils ne sont pas fous, ils hésitent entre l’isolation au sein du Royaume-Uni et le massacre au sein de l’UE. Ils ont quand même tous suivis la crise grecque et ils savent que ce n’est pas une perspective réjouissante pour un petit pays de se retrouver seul face à l’UE. Pour nous, c’est des questions qui sont très intéressantes. Si je me base sur ce que disait le SNP au moment du référendum sur l’Indépendance (en Septembre 2014), quand ils imaginaient ce que serait leur stratégie indépendante dans l’UE, ils comptaient s’appuyer sur la rente pétrolière et baisser l’impôt sur les sociétés à 12%. Nous on n’a aucune envie d’avoir encore un paradis fiscal au cœur de l’Europe. Par contre, quand j’étais à Glasgow, il y avait tout un courant à gauche qui justement est critique envers la rente pétrolière et défend le développement des énergies renouvelables. Ces gens-là nous intéresseraient beaucoup plus comme partenaires dans l’UE. Je ne pense pas que l’on puisse savoir aujourd’hui quelles seront les décisions prises en Ecosse et en Irlande. Ils sont pris entre le marteau et l’enclume. Mais, au fond, l’échelle ça ne m’intéresse pas. Que ce soit l’Ecosse, le Royaume-Uni, l’Europe, ça importe peu, la seule chose qui compte c’est si on mène une politique de droite ou une politique de gauche.

Enfin, quels sont, selon vous, les leçons à tirer en France et en Europe de la situation britannique ?

C’est assez évident : il faut se rappeler que quand Mélenchon a quitté le PS en 2009, c’était parce qu’il refusait les traités européens qui mènent l’Europe à l’implosion. Le Brexit c’est l’étape numéro 1 de cette dislocation, que l’on voit s’annoncer avec la montée des extrêmes-droites partout en Europe. Par ailleurs, l’ambiguïté qui plâne autour du Brexit est intéressante.  Beaucoup de gens pensent que la xénophobie est la principale cause du Brexit et que le rejet du néolibéralisme n’a rien eu à voir avec le vote britannique. Même si c’est vrai que ce n’est pas l’Europe qui a imposé le néo-libéralisme en Angleterre puisque les Conservateurs s’en sont très bien chargés tout seuls, ça reste complètement idiot de réduire le Brexit à la xénophobie. Non seulement le dissolvant social qu’est le néolibéralisme débouche facilement sur des politiques xénophobes, mais, en outre, pour que le Royaume-Uni reste dans l’UE encore eût-il fallu que la gauche puisse défendre l’UE. C’était impossible car cette Europe néolibérale est indéfendable. Au bout du compte, la seule base sur laquelle on puisse redonner envie d’une Union en Europe c’est une base de gauche : c’est la gauche qui peut redonner envie d’Europe, mais ça ne sera pas possible si l’Europe ne change pas.

« Il existe une gauche britannique et il y aura de quoi faire avec elle pour rebâtir une Europe intéressante » 

Il y a une gauche au Royaume-Uni. Mon premier engagement de terrain ça a été dans la People’s Assembly Against Austerity, montée en 2013 par Ken Loach et Owen Jones. Ça a été un puissant mouvement de fond, que l’on retrouve aujourd’hui dans Momentum, le réseau militant de Corbyn au sein du Labour. Quoiqu’il arrive à Corbyn et quoiqu’il arrive à l’avenir, il existe une gauche britannique, et il y aura de quoi faire avec elle pour rebâtir une Europe intéressante.

Entretien réalisé par Paul Malgrati pour LVSL. 

Crédit photo : 

http://www.express.co.uk/news/politics/811552/theresa-may-brexit-opportunities-general-election-2017

https://www.rt.com/uk/

Sur le même sujet : 

Royaume-Uni : Corbyn joue quitte ou double le 8 juin. 

L’Ecosse, l’Europe, l’indépendance : ou comment jouer à cache-cache avec l’histoire.

 

 

Paul Malgrati

Paul Malgrati habite à St Andrews, en Ecosse, où il prépare un doctorat sur l’héritage et les usages politiques de Robert Burns, le poète national écossais, au XXème siècle. En 2016, il a obtenu le diplôme du Master d’Histoire de Sciences Po Paris, après un mémoire composé sur le sujet : « Virilités et radicalités en France dans l’entre-deux-guerres. Les cas du Parti communiste et du Parti populaire français. »

En Ecosse, il est un membre (critique) du SNP et milite pour l’indépendance du pays.

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Your SEO optimized title