Julia Cagé : « Les médias ne sont pas des entreprises comme les autres »

Franck Riester, ministre de la Culture - Inauguration Les 7 lieux à Bayeux
L’économiste spécialiste des médias français Julia Cagé s’inquiète des possibles conséquences austéritaires de la future réforme de l’audiovisuel public portée par Franck Riester. ©ActuaLitté

Nous avons interrogé Julia Cagé, spécialiste de la situation économique de la presse française et partisane du statut “d’entreprise de presse à but non lucratif”. Nous l’avons questionnée sur les transformations juridiques récentes des grandes rédactions telles que Le Monde et Mediapart, ainsi que sur la réforme de l’audiovisuel public portée par le ministre de la culture et de la communication, Franck Riester, qui lui fait craindre une nouvelle politique d’austérité dans ce secteur. Propos recueillis par Simon Woillet et Arthur Cebal.

LVSL : Pensez-vous que le droit d’agrément récemment obtenu par le “pôle d’indépendance” des personnels du Monde aura une réelle efficacité étant donné la clause concédée par M. Pigasse à M. Kretinsky de l’option d’achat sur ses parts restantes ?

Julia Cagé : Ce droit d’agrément est un vrai progrès, une avancée unique au monde pour l’indépendance des journalistes, et il ne faut pas le sous-estimer. Si Daniel Kretinsky souhaite devenir actionnaire contrôlant du Monde, il devra passer par la procédure d’agrément. Maintenant, il est vrai que l’on peut regretter le peu de transparence qui a entouré les tractations entre Matthieu Pigasse et Daniel Kretinsky.

C’est aussi pour cela qu’il faut changer le statut des médias, pour éviter le manque de

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter