Des militants Labour en faveur d'un second référendum à Liverpool.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

“Love Corbyn, Hate Brexit”, “Demand a People’s Vote”, “Bollocks to Brexit”, crient-ils devant chacune des entrées des différents évènements qui ont lieu dans le cadre du congrès annuel du Labour Party à Liverpool. Ces militants en faveur d’un second référendum, bien que parfois contredits par certains des participants, ont réussi l’objectif qu’ils s’étaient fixé: leur demande a désormais sa place dans le programme officiel du parti d’opposition. À une écrasante majorité, les délégués de la convention travailliste ont en effet approuvé le principe d’une campagne pour un nouveau vote, dont les termes ne sont cependant pas définis, si le plan de Theresa May est rejeté au parlement et si une nouvelle General Election n’a pas lieu.


Il faut dire que, ces derniers jours, tout s’est accéléré brutalement : après 18 mois de négociations du gouvernement May et un changement de cap en juin dernier qui a causé la démission de plusieurs ministres, le “Chequers Deal” voulu par la Première ministre britannique s’est vu opposer une fin de non-recevoir très claire par ses “partenaires européens” le jeudi 20 septembre à Salzbourg. Dès lors, c’est vers le Labour que tous les yeux se sont tournés, au point que Michel Barnier, le négociateur en chef du Brexit pour l’UE, rencontrera Jeremy Corbyn ce jeudi, et se prépare ainsi à un possible changement d’interlocuteur côté britannique. Comme l’a dit Paul Mason, journaliste, écrivain et réalisateur, en citant Napoléon, lors d’une conférence sur la question : « Il ne faut pas interrompre son ennemi quand il commet une erreur », avant d’ajouter « mais il faut aussi savoir passer à l’offensive lorsque cela s’avère nécessaire. » Or, Theresa May étant constamment contredite par les membres de son propre parti, incapable de satisfaire les exigences des négociateurs européens, et désavouée par l’élection de juin 2017, il était temps pour le Labour d’adopter une position définitive sur le sujet. Certes, le parti a déjà une position officielle : rester dans l’union douanière et poursuivre la participation du Royaume-Uni aux agences européennes de toutes sortes ; mais celle-ci est loin de faire l’unanimité. En effet, ce scénario « Norway+ » soumettrait le Royaume-Uni  aux directives européennes néolibérales sans lui offrir la possibilité de participer à leur écriture, conduisant beaucoup de militants à lui préférer un maintien pur et simple dans l’UE. Les appels de la base militante ne pouvant plus être ignorés – 86% des membres soutiennent un nouveau vote selon un récent sondage -, comme ce fut le cas l’an dernier à Brighton, Corbyn a donc dû accepter de se ranger derrière la décision de son parti.

Alors que Theresa May est en position de faiblesse, le parti conservateur est sur le point de basculer aux mains de la droite extrême de Boris Johnson et de Jacob Rees-Mogg dès avril prochain, sitôt qu’une sortie de l’UE sans accord aura eu lieu. Face à cette perspective inquiétante, les militants pour un maintien dans l’UE, ou favorables à une relation très proche avec celle-ci, ont donc focalisé leurs efforts sur le parti travailliste. Très populaire auprès des jeunes, qui avaient largement plébiscité le remain (le maintien), le Labour a jusqu’ici pris soin de ne pas remettre en cause le résultat de Juin 2016. Aujourd’hui, cela est bien plus incertain.

« L’activité économique est d’ores et déjà atone, non pas uniquement par crainte d’un ‘no deal’ (une sortie sans accord), mais en raison de l’austérité budgétaire très forte et du manque d’investissement dans l’économie réelle par la sphère financière. Dans tous les cas, un vrai effort d’investissement, dans lequel l’État a un rôle primordial à jouer, est donc nécessaire. »

Pour de nombreux militants en faveur d’un second référendum, c’est avant tout la question économique qui prime. “Si nous sortons de l’UE, nous entrerons dans une grave récession, et toutes les politiques sociales que nous défendons ne pourront plus être financées”, explique Ann, militante Labour pour un « People’s Vote », avançant un argument que l’on entend fréquemment au détour des conversations. Ces militants estiment d’ailleurs que de nombreux pro-leave (favorables à une sortie de l’UE) réalisent désormais quels sont les risques d’une sortie pour leurs emplois et leurs revenus, et, en conséquence, changent d’avis. Le vent aurait donc tourné. En effet, le Royaume-Uni est très intégré dans l’économie européenne et sa forte tertiarisation le rend dépendant de nombreuses importations de produits manufacturés. Néanmoins, il est à noter que l’activité économique est d’ores et déjà atone, non pas uniquement par crainte d’un « no deal » (une sortie sans accord), mais en raison de l’austérité budgétaire très forte et du manque d’investissement dans l’économie réelle par la sphère financière. Ainsi, l’économie britannique a la plus faible productivité horaire parmi les pays du G7, faute d’avoir investi dans l’amélioration de sa production industrielle comme l’a fait l’Allemagne par exemple. Dans tous les cas, un vrai effort d’investissement, dans lequel l’Etat a un rôle primordial à jouer, est donc nécessaire.

Mais bien que les risques économiques soient importants, le Brexit demeure avant tout une question politique. Les pro-référendum estiment que celui de 2016 est, au moins partiellement, illégitime, car la campagne du leave était entièrement bâtie sur des mensonges. De plus, ajoutent-ils, ce vote est seulement indicatif officiellement. Pourtant, avec environ un tiers d’électeurs Labour ayant voté leave et les deux tiers des circonscriptions actuellement représentées par le parti travailliste à Westminster ayant opté pour la sortie de l’UE, le parti marche sur des oeufs. La corrélation entre l’âge, le fait de vivre ou non dans une grande métropole et l’évolution de l’activité économique au cours des dernières décennies, avec le vote Brexit est frappante. Les militants d’un « People’s Vote », pour la plupart encore étudiants et originaires de grandes métropoles, incarnent le nouveau visage du parti, mais pas celui de tous ses électeurs. Or, le Labour dépend également beaucoup du vote des classes populaires des régions délaissées du Nord, du centre et du Sud-Ouest de l’Angleterre, mais aussi des autres zones déshéritées du reste du pays. Bien qu’une large part de cet électorat apprécie Jeremy Corbyn et sa défense intangible de l’Etat-providence et des services publics, la défense d’un second référendum par le parti risque de lui coûter très cher.

« Avec environ un tiers d’électeurs Labour ayant voté leave et les deux tiers des circonscriptions actuellement représentées par le parti travailliste à Westminster ayant opté pour la sortie de l’UE, le parti marche sur des œufs. »

En effet, le vote leave était avant tout motivé, non pas tellement par la volonté ferme de quitter l’UE, mais par celle de reconquérir la souveraineté populaire rendue impossible par Bruxelles et d’envoyer un message d’exaspération à toute la classe politique. En ce sens, l’organisation d’un second référendum achèverait sans aucun doute d’annihiler le peu de confiance qui demeure vis-à-vis du monde politique. Si les pro-référendum considèrent que cela permettrait aux Britanniques d’accepter ou de rejeter l’accord final, ou de lui préférer le maintien dans l’Union, mettant ainsi en avant le caractère « encore plus démocratique » du vote qu’ils proposent, il n’est pas sûr que cela ne soit du goût des Brexiters.

Au-delà de la question du calendrier – est-il possible de définir les termes d’un second vote clairement et de mener une campagne suffisamment longue avant même que le Brexit n’ait eu lieu ? – c’est surtout l’impact politique qu’aurait un second référendum qui est à analyser de près. La simple annonce d’un tel vote ranimerait instantanément le UKIP de Nigel Farage dont la quasi-disparition est l’une des rares bonnes nouvelles des deux dernières années. Ensuite, il est fort probable que les Tories, trop heureux de disposer d’un point de discorde avec le Labour qui soit à leur avantage, ne manqueraient pas l’opportunité de se poser en grands défenseurs de la souveraineté populaire et, par la même occasion, de faire oublier l’austérité catastrophique qu’ils imposent au pays depuis huit ans. Tous ou presque dénonceraient ce nouveau vote comme une atteinte à la démocratie.

Quant au Labour, à juger de ses fractures actuelles sur la question, il risque de sortir encore plus déchiré que renforcé par un tel scrutin. Il est probable que certains membres du parti se saisissent de l’occasion pour exprimer pleinement leur avis, certains contre tout accord mettant en danger la mise en place des politiques économiques qu’ils défendent, d’autres pour un maintien dans l’UE. Ces derniers pourraient alors faire campagne aux côtés des Libéraux-Démocrates de Vince Cable, un parti pro-business qui a activement participé aux politiques d’austérité de David Cameron entre 2010 et 2015.

Pour quel résultat ? Si un second référendum était organisé, nombreux sont ceux qui y verraient une manoeuvre des élites politiques pour légitimer leur projet de rester dans l’UE, et qui s’opposeraient donc, par principe, non seulement au remain, mais au référendum et à sa légitimité même. Dans le contexte de rejet de la classe politique que connaît le pays, cela a toutes les chances de conduire à une majorité de votes leave encore plus écrasante. Et quand bien même le remain gagnerait? Qui pourrait alors s’opposer à un troisième référendum ? Il apparaît clairement qu’un nouveau vote sur le Brexit ne ferait qu’aggraver la situation politique du pays.

Sauf exceptions, les soutiens d’un “People’s Vote” ne se font aucune illusion sur la réalité profondément antidémocratique et néolibérale de l’UE et l’obstacle que celle-ci représenterait pour la mise en place de politiques sociales, des renationalisations ou même un contrôle des capitaux. Mais celle-ci, arguent-ils, peut évoluer en une forme plus sociale et progressiste si la pression politique et populaire est suffisamment importante et coordonnée au niveau européen. Un projet utopique défendu becs et ongles par Jack: “On nous a déjà dit que le projet de Corbyn était irréaliste il y a quelques années, et regardez où on en est aujourd’hui !”.

Et si l’utopie n’était pas plutôt d’oser sortir de l’Union, de ses diktats, de sa sacro-sainte mobilité du capital et de ses accords de libre-échange ? Et s’il était au contraire possible d’en profiter pour enclencher un vaste programme de nationalisations, de réindustrialisation et de purge de l’économie financiarisée ? Et pourquoi serait-il impossible de maintenir une coopération culturelle, éducative, scientifique ou encore spatiale avec les autres pays européens en dehors du cadre de l’UE ? Le Royaume-Uni, pionnier du néolibéralisme et actif promoteur de celui-ci au niveau de l’UE pendant de nombreuses années, est aujourd’hui peut-être en passe d’élire le premier gouvernement de gauche radicale du continent, débarrassé du carcan des traités européens. Voilà de de quoi faire cogiter les travaillistes britanniques encore longtemps.


  •  
  •  
  •  
  •  
  •