Home Monde Comment le Brexit a sauvé le travaillisme anglais
1

Comment le Brexit a sauvé le travaillisme anglais

Comment le Brexit a sauvé le travaillisme anglais
1

Le 8 juin dernier, lors des élections au Parlement britannique, les travaillistes ont remporté 40% des suffrages et près de treize millions de voix. Bien qu’insuffisants pour prendre le pouvoir, de tels résultats n’avaient pas été vus pour le Labour depuis la victoire de Tony Blair en 1997. Quels sont les clefs d’un succès qui pourrait déboucher sur un gouvernement travailliste en Grande-Bretagne dans les prochaines années ? Assurément, la refondation du Labour effectuée par Jeremy Corbyn depuis deux ans commence à porter ses fruits. Nul doute, cependant, que le vote du Brexit l’année dernière (suivi par la dissolution de l’extrême-droite anglaise) a permis aux travaillisme de dépasser ses hésitations sur la question de la souveraineté et de porter un discours social dénué d’ambiguïté europhile à l’attention des classes populaires du pays. 

Le tournant souverainiste du Labour

Interviewé sur BBC One le 23 juillet 2017, Jérémy Corbyn a surpris son monde. Bien que favorable à un nouvel accord de libre-échange entre la Grande-Bretagne et les pays européens, le leader travailliste a déclaré qu’il ne s’opposait pas à la sortie du Marché Unique de l’Union Européenne. « La participation au Marché Unique dépend de l’appartenance à l’UE » a-t-il affirmé — ce qui implique qu’il ne s’oppose plus ni à la sortie de l’un ni à la sortie de l’autre. Conséquence logique d’un Brexit qu’il convient désormais d’entériner, cette rupture permettrait d’élever le niveau des règlementations commerciales en matière d’écologie et de droits humains. Par ailleurs, en cas de prise de pouvoir, Corbyn a affirmé que les travaillistes renforceraient la sortie du Marché Unique par une interdiction du travail détaché : « il n’y aura plus cette importation à grande échelle de travailleurs sous-payés venus d’Europe centrale  qui est effectuée dans l’objectif de détruire les conditions de travail, particulièrement dans le bâtiment » a-t-il ajouté face au journaliste Andrew Marr.

Comme l’on pouvait s’y attendre, ces déclarations ont fait bondir les derniers carrés du camp anti-Brexit. Les Libéraux-Démocrates, les indépendantistes écossais et certains députés blairistes (comme Chuka Ummuna) ont sauté sur l’occasion pour attaquer Corbyn et lui reprocher son alignement sur les positions conservatrices de Theresa May. Bien sûr, le procédé est malhonnête. Alors que les conservateurs veulent quitter le Marché Unique pour raffermir les lois d’airain du néolibéralisme grand-breton, la sortie travailliste chercherait au contraire à se défaire des pauvres règlementations économiques de l’UE pour rediriger le commerce britannique dans un sens écologiquement et socialement soutenable.

En somme, la position nouvellement défendue  par Jérémy Corbyn s’apparente à celle d’un « Lexit » à retardement. Pendant la campagne précédant le référendum sur le Brexit, le « Lexit » (left-exit) fut la position inaudible de ceux qui prônaient une sortie de l’UE sur une base progressiste. En proie à l’indécision et à la fronde qui sévissait alors à la droite du parti travailliste, Corbyn n’avait su se lancer dans la direction souverainiste et sociale ouverte par la possibilité du Brexit. Un an plus tard, malgré les cris d’orfraies des derniers européistes britanniques, le Labour a enfin pu s’autoriser une volte-face inattendue et accepter le résultat du référendum de 2016 jusqu’à abandonner le Marché Unique. La situation britannique offre donc un contre-exemple parfait à la réaction de la sphère politique française suite au référendum de 2005. Alors que l’UMP et le PS eurent tôt fait d’enterrer le vote des Français, les Conservateurs et les Travaillistes se revendiquent désormais de la décision du peuple anglais pour justifier leurs réorientations stratégiques respectives : ultra-libéralisme xénophobe pour les uns, socialisme insulaire pour les autres.

Du Brexit au retour du travaillisme

Comment expliquer la volte-face du Labour Party sur la question européenne et la capacité de Corbyn à imposer la ligne du « Lexit » qui était encore ultra-minoritaire il y a moins d’un an ? La réponse se base sur un constat simple : le Brexit a sauvé le travaillisme, et les travaillistes l’ont compris.

Le référendum sur l’appartenance à l’UE a eu deux conséquences principales — et positives — pour le Labour. Premièrement, il a conduit à l’autodissolution de l’extrême droite anglaise qui depuis près d’une décennie détournait l’électorat ouvrier délaissé par le Labour. Deuxièmement, il a tranché la question de la souveraineté et permis à Corbyn de se concentrer sur la question sociale pour reconquérir son électorat perdu.

En effet, l’importance historique majeure représentée par la chute du UKIP (United Kingdom Independence Party) aux élections de juin dernier n’a que trop peu été relevée. Après avoir succédé au BNP (British National Party) comme capteur du ressentiment populaire face aux politiques libérales conservatrices et blairistes, le parti de Nigel Farage avait réussi, au début des années 2010, à créer un innovant cocktail idéologique à base de xénophobie identitaire et d’euroscepticisme patriote. Cet alliage prospère, bien connu en France, avait su  rallier aussi bien des ruraux conservateurs du sud de l’Angleterre qu’une partie du prolétariat des anciens bastions industriels du pays. Entre autres exemples, aux élections de 2015, avec 22% des voix à Barking, circonscription populaire de l’est londonien, 30% des voix à Rotherham et 32% à Rochdale, anciennes régions minières et textiles du nord, la stratégie du UKIP montrait toute son abilité à subvertir les bastions historiques du travaillisme. Un an plus tard, le vote en faveur du Brexit remportait 60% des voix à Rochdale, 62% à Barking, 68% à Rotherham, et ainsi de suite pour la grande majorité des bastions désindustrialisées de l’Angleterre et du Pays de Galles qui votèrent contre la ligne pro-européenne du Labour.

Nigel Farage lors de la victoire du Brexit le 23 juin 2016.

Malgré leur incurie et leur incapacité à s’être saisis du référendum sur le Brexit pour combattre l’extrême-droite et renouer avec leur base populaire, les travaillistes furent sauvés par la nature politique du UKIP. Contrairement au FN, le UKIP ne s’est jamais véritablement pensé comme un parti apte à conquérir le pouvoir et à réformer le pays. Le parti de Nigel Farage ne s’est pas construit autour d’un programme, mais autour d’une mission : sortir la Grande-Bretagne de l’UE. C’est donc logiquement que, le 4 juillet 2016, le leader charismatique du UKIP déclara sa « mission accomplie » et démissionna de la présidence de son parti. À cette autodissolution de la droite radicale anglaise, couplée au rôle historique jouée par cette dernière dans la résolution de la question souveraine qui n’avait cessé de tracasser la gauche britannique (à l’instar de la gauche française) depuis les années 1980, Corbyn est sans doute bien plus redevable qu’il ne pourrait se permettre de publiquement l’avouer.

Alors que les conservateurs eurosceptiques et les libéraux pro-UE (les blairistes, libéraux-démocrates et indépendantistes écossais) se jetèrent sur l’os du Brexit sitôt les résultats tombés, Corbyn eut l’intelligence d’esquiver les prises de positions hâtives et de concentrer ses efforts sur la reconquête des voix populaires un temps séduites par le UKIP devenu astre mort. De Juillet 2016 à Juin 2017, alors que l’essentiel des commentateurs politiques n’avaient d’yeux que pour les conséquences diplomatiques du référendum et conspuaient Corbyn pour son apparente inaptitude à s’emparer du sujet, le Labour raflait la véritable mise du Brexit. Sur les ruines d’un UKIP disparu sous ses propres lauriers, Corbyn a su déployer une langue émancipatrice nouvelle. En phase avec les préoccupations d’une classe ouvrière qui avait pris la porte du Brexit comme un ultime espoir et les sentiments d’une jeunesse qui, malgré son attachement à l’UE, ne fait pas du libre-échange européen l’alpha et l’oméga de ses choix, le travaillisme a retrouvé son souffle. Le 8 juin 2017, le Labour a remporté Barking avec 67.8% des voix, le meilleur résultat depuis 1994. De même, à Rotherham et à Rochdale, la victoire a été acquise avec 56 et 53% des voix, du jamais vu depuis 2001.

À gauche : La carte des résultats du Brexit (« Leave » en rouge, « Remain » en bleu). À droite : les résultats des élections du 8 juin 2017 (Labour en rouge, Conservateurs en bleu).

Alors même qu’il devait son aisance à la résolution du problème européen, le discours social de Corbyn a su raviver la flamme du travaillisme sans avoir à se brûler les doigts sur la question souverainiste. Mis devant le fait accompli alors que le UKIP disparaissait et que les Conservateurs étaient relégués au rôle technocratique de la gestion de l’après-Brexit, le Labour n’avait plus qu’à dérouler un programme social offensif sans pâtir des contradictions que connaissent les autres forces de transformations sociales européennes face à la question nationale.

Vers un « Lexit » à retardement ? 

Certes, cela ne fut pas suffisant pour l’emporter. Malgré de grandes difficultés, les conservateurs ont également bénéficié des reports de voix du UKIP, notamment dans les zones rurales et au Pays de Galles, et ont pu former une coalition précaire avec les protestants nord-irlandais. Par ailleurs, la situation écossaise, qu’il convient de traiter à part, reste une épine dans le pied travailliste, en dépit de certains bons résultats. Face à la fragilité des conservateurs, Corbyn a cependant toutes les cartes en main pour s’assurer la franchise d’une victoire prochaine. Sa prise de position récente sur les négociations post-Brexit témoigne de cette nouvelle position de force. Alors qu’un an auparavant, la remise en question de l’appartenance au Marché Unique et du libre-mouvement de la main d’œuvre bon marché lui aurait sans doute coûté sa place, Corbyn a désormais la légitimité populaire pour faire entendre sa voix dans la cour souveraine. Alors que le premier acte des négociations post-Brexit a été inauguré par les conservateurs, il n’est pas à exclure que l’acte final soit signé par les travaillistes, ce qui constituerait une spectaculaire victoire à retardement du Lexit.

Le Labour Party a donc bénéficié des retombées positives de la rupture entre la Grande-Bretagne et l’Union Européenne avant même d’effectuer son propre tournant souverainiste. Telles sont les conséquences d’une décision populaire dont la radicalité inattendue a laissé l’extrême-droite incapable de proposer une alternative au modèle qu’elle prétendait contester à travers l’UE. Seuls dans un boulevard historique que lui permet d’occuper le retour à un véritable programme de transformation sociale, le Labour peut désormais prendre le large et proposer un nouveau modèle insulaire. À son corps défendant, le parti a réalisé un coup de maître.

Crédit image :

http://zebrastationpolaire.over-blog.com/2016/06/brits-out-la-geopolitique-du-vote-du-brexit.html
http://www.bbc.com/news/entertainment-arts-40394095

https://metrouk2.files.wordpress.com/2017/06/pa-31634540.jpg?w=748&h=482&crop=1

http://www.walesonline.co.uk/news/politics/britain-votes-brexit–nigel-11521900

Paul Malgrati

Paul Malgrati habite à St Andrews, en Ecosse, où il prépare un doctorat sur l’héritage et les usages politiques de Robert Burns, le poète national écossais, au XXème siècle. En 2016, il a obtenu le diplôme du Master d’Histoire de Sciences Po Paris, après un mémoire composé sur le sujet : « Virilités et radicalités en France dans l’entre-deux-guerres. Les cas du Parti communiste et du Parti populaire français. »

En Ecosse, il est un membre (critique) du SNP et milite pour l’indépendance du pays.

Comment(1)

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Your SEO optimized title