Home Culture Comédies françaises : dites bonjour à l’humour de droite décomplexé
3

Comédies françaises : dites bonjour à l’humour de droite décomplexé

Comédies françaises : dites bonjour à l’humour de droite décomplexé
3

La bande-annonce du prochain film de Philippe de Chauveron (réalisateur de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?), intitulé A bras ouverts avec Christian Clavier en tête d’affiche, dans lequel ce dernier est « forcé » d’accueillir des Roms chez lui, fait déjà parler de lui. Le film ne sortira que début avril, mais on sent déjà le racisme décomplexé à des kilomètres. Rien de surprenant cependant, tant la comédie française s’est droitisée tranquillement sous le mandat Hollande, surfant sur la vague nationale-conservatrice qui rapporte gros au box-office.

Extrait de Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu (2014)
Extrait de Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? (2014)

« Le racisme, quand il y en a un peu, ça va… »

On se dit souvent que le cinéma français est doucement de gauche, animé de bons sentiments. Pourtant, le succès récent de comédies clairement ancrées à droite viennent nuancer ce tableau et briser les clichés.

Avec 12,3 millions de spectateurs, le phénomène ciné au succès sur-proportionné de 2014 s’appelait Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?. L’histoire, vous la connaissez probablement, du couple Verneuil (C. Clavier et C. Lauby), bourgeois catholiques de province (héros fillonistes avant l’heure, sans doute), qui se retrouve à marier leurs quatre filles respectivement à, ô malheur, tenez-vous bien c’est choquant, un Chinois, un Juif, un Arabe et un Noir. A la lecture du pitch, ça commence comme une vilaine blague de bistrot, et ça tombe bien, c’est à peu près ce que c’est.

Car sous couvert de vouloir se moquer de l’intolérance et du racisme, et de défendre une vision cosmopolite de la société française, le film est totalement complaisant sur son couple de héros, racistes sympathiques qui seront les vainqueurs idéologiques à la fin, puisque David « Le Juif » Benichou – voyez comme le film est critique envers les clichés… – ira même jusqu’à avouer : « On est tous un peu racistes… ». Et il est vrai que tout le long du métrage, pas un seul personnage n’échappe à son petit moment Michel Leeb. Mais comme c’est une comédie, tout le monde finit par s’entendre autour d’un bon repas. C’est aussi ça la France, le racisme ordinaire qui se partage en famille. Tant que c’est juste « un peu » de racisme, ça va, c’est quand il y en a beaucoup que ça pose problème.

Garanti sans cliché, vraiment...
Garanti sans cliché, vraiment…

Voilà à peu près le message de Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?, dont le scénario aurait pu être secrètement écrit par Brice Hortefeux. Si le triomphe du film doit beaucoup à son casting mêlant sang neuf (Ary Abittan, Medi Sadoun) et vétérans du genre (Clavier et Lauby, évidement), il a su aussi capter les nouvelles tendances qui commençaient à se développer en France en réaction au quinquennat socialiste. La droite a arrêté les complexes, faire un film raciste sur le racisme devient possible, et on rigole franchement en salle devant une blague sur la circoncision ou le pénis des Asiatiques. Les Blancs, eux, ne seront jamais moqués par Philippe de Chauveron, bien entendu. Quand on est né dans le XVIème arrondissement de Paris, on ne marque pas contre son camp.

« Le Grand Partage » : La gauche ridicule et le bon sens de droite

A l’hiver 2015, le Père Noël a posé un merveilleux cadeau au pied du sapin de la droite décomplexée : Le Grand Partage, d’Alexandra Leclère, qui a eu certes un succès moindre, mais qui a passé la symbolique barre du million de spectateurs, ce qui n’est pas rien. Après le mariage mixte, voilà le tour de mettre en scène un autre cauchemar de la droite : héberger des pauvres. Leclère imagine une France qui, en proie à un hiver terriblement vigoureux, passe un décret qui oblige les appartements insuffisamment habités à héberger des personnes mal-logées. Vous faites peut-être partie de ceux qui pensent, comme moi, que ça s’appelle de la solidarité et que c’est du bon sens, mais pas Alexandra Leclère. Non, le bon sens de la réalisatrice est résolument de droite. Voyons plutôt.

Le film suit un immeuble assez bourgeois (ça, c’est une constante), où cohabitent une galerie de personnages censés représenter une partie du spectre politique français : un couple de bobos de gauche (car qui dit de gauche, dit bobos parisiens, forcément – François Fillon est au scénario, cette fois) campé par Valérie Bonneton et Michel Vuillermoz, un couple « Figaro approved » réac’ interprété par Didier Bourdon et Karine Viard, et enfin une concierge frontiste (Josiane Balasko), issue des classes populaires donc raciste, bien entendu. Merci, Alexandra, pour tout ce beau travail.

Le Grand Partage (2015)
Le Grand Partage (2015)

Le Grand Partage cherche, de l’aveu de cette dernière, à confronter tout ce beau monde à la « contrainte » de l’hébergement. Alors, en soit, pourquoi pas ? Il n’y a rien de mal à vouloir ironiser sur l’hypocrisie d’une certaine gauche socialiste petite-bourgeoise, enfermée dans sa bulle de confort (le Saturday Night Live l’a très bien fait après l’élection de Trump aux États-Unis). Le problème c’est que le film ne s’arrête pas là. Car c’est un festival de clichés racistes, homophobes et méprisants : le Moldave hébergé par le couple de « gauche » est un voleur, les « clochards » sentent la vinasse, le voisin homosexuel (P. Chesnais) est ambigu voire malsain, l’Africaine est une mama qui fait des tresses et ne parle pas français… C’est bien simple, ce film ressemble à une chronique d’Eric Zemmour. Et devant tout ça, le public doit être amené à penser qu’on a bien raison de ne vouloir héberger personne. Or, si l’immeuble se veut représentatif de la société française, alors c’est l’immigration en général qui est visée à travers la thématique de l’hébergement.

Le lecteur du Figaro, le cœur de cible du film ?
Le lecteur du Figaro, le cœur de cible du film ?

Pire encore, avec la fin, qui donne le ton : le couple bobo s’avère être ridiculisé dans ses convictions (après s’être comporté comme les pires enfoirés du monde, essayant d’échanger leur pauvre contre un autre sur Internet), le couple de droite a finalement le beau rôle et a ouvert son esprit en côtoyant les SDF, et comble de tout, la concierge frontiste est heureuse et bien moins raciste maintenant que les Noirs que l’immeuble héberge bossent pour elle (!!!). Comprendre : la gauche est hypocrite et ridicule, la droite a raison et peut très bien être ouverte d’esprit, tant que ça ne bouleverse en rien les rapports de classe et ethniques. Merci pour ce moment.

Le Grand Partage, c’est le cran au-dessus par rapport à Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?. Le film fera réagir jusqu’aux États-Unis, où le Hollywood Reporter parlera d’un « fourre-tout comique assez médiocre » aux « clichés fastidieux » qui « conforte le public dans les opinions qu’il est censé condamner ». Slate.fr écrira quant à lui que le film est un symbole de la « Hollandexploitation », un joli néologisme pour désigner un « cinéma des déçus de la gauche, un mélange de riches débrouillards qui deviennent pauvres, de punchlines de lecteurs du Figaro et probablement un peu de racisme ordinaire ». Ou comment le cinéma comique illustre et préfigure la droitisation de la société.

« A bras ouverts » : tapons sur les Roms, personne ne les défend

C’est dans ce contexte qu’interviendra donc le prochain film de Chauveron. Sachez que le film devait s’appeler à la base Sivouplééé. Sans commentaire. Dans ce film, C. Clavier, encore lui, joue un élu de gauche prônant l’accueil et qui, mis au défi en direct à la télévision de montrer l’exemple, se retrouve à héberger des Roms. La bande-annonce donne un avant-goût de la façon dont cette minorité sera traitée.

Tout est là. Les névroses de la droite : héberger des étrangers chez soi comme métaphore de l’immigration. Névroses d’autant plus exacerbées dans le contexte de la crise des migrants. Un homme de gauche pris au piège de son hypocrisie. Et, cerise sur le gâteau, du racisme ordinaire qui ne choque plus personne… surtout quand ce sont les Roms qui sont visés.

Le film n’étant pas sorti, on se gardera bien de faire d’autres critiques par anticipation, et on se contentera de citer Tony Gatlif, réalisateur gitan (Transylvania, Geronimo), interviewé sur BFM à propos de A bras ouverts : « C’est un film dégueulasse. On ne peut pas faire des choses comme ça avec des gens. On ne peut pas rire avec ça, ce n’est pas possible ». Rien à ajouter, si ce n’est que malheureusement, ce genre de comédies est appelé à se multiplier, dans un contexte où la droite décomplexée est de plus en plus populaire, culturellement et politiquement.

Crédits :

  • Images issues des captures d’écran des films mentionnés. 

Comment(3)

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Your SEO optimized title