Home Blogs L'Italie, poudrière de l'Europe ? « La gauche italienne a rompu avec les classes populaires » – Entretien avec Doriano Cirri

« La gauche italienne a rompu avec les classes populaires » – Entretien avec Doriano Cirri

« La gauche italienne a rompu avec les classes populaires » – Entretien avec Doriano Cirri
0

Doriano Cirri est maire depuis 10 ans de Carmignano, une ville au cœur de la Toscane, région historiquement marquée à gauche. Il est affilié au Parti Démocrate. Dans cet entretien en forme de témoignage, il revient sur les raisons de la défaite du Parti Démocrate ainsi que sur la désaffiliation de la jeunesse italienne, laissée sans perspectives par le chômage de masse. Il s’exprime sur les raisons du succès du Mouvement 5 étoiles et en appelle à un travail de réflexion pour arrimer les secteurs populaires à la gauche italienne.


LVSL – À l’occasion des élections législatives, les résultats ont-il été sensiblement différents dans votre commune par rapport au niveau national ?

Nous avons eu sensiblement les mêmes résultats qu’au niveau national avec la défaite du Parti Démocrate et de la gauche en général. Sur la commune de Carmignane, le PD était jadis le premier parti. La coalition de droite, menée par la Lega de Matteo Salvini et le parti Forza Italia de Silvio Berlusconi, est désormais passée en tête. Pour l’expliquer simplement, Berlusconi est un homme de droite modérée et la Ligue se définit comme une droite souverainiste et anti-européenne. C’est un parti qui entretient de très bonnes relations avec le FN en France.

LVSL – Comment a évolué le vote en faveur du Parti Démocrate à l’occasion de ces élections ?

La Toscane a toujours été une région rouge. Historiquement, elle connaît un fort ancrage à gauche. C’est une région où le Parti Communiste Italien a toujours été fort, de même que l’aile gauche du Parti Démocrate pour lequel les électeurs votaient par tradition. Ce vote de tradition n’existe plus, en particulier chez les jeunes. Beaucoup de jeunes qui votaient traditionnellement à gauche ont voté pour le Mouvement 5 étoiles ou ne se sont pas déplacés. Néanmoins, il faut signaler que le taux de participation en Toscane est à peu près de 70%, ce qui est équivalent à ce qui s’est passé au niveau national. La mobilisation a été forte.

LVSL – Comment analysez-vous ce basculement alors que le Parti Démocrate était encore triomphant lors des dernières élections européennes ?

La défaite du PD peut être expliquée par un déplacement au centre de la ligne politique du PD. Ce déplacement des politiques vers la droite existe depuis plus de quinze ans. La partie la plus pauvre de la population ne se sent donc plus représentée par le Parti Démocrate.

Le deuxième motif de cette défaite réside dans l’importante immigration africaine en Italie. Elle arrive à Lampedusa et les flux migratoires cheminent alors à travers l’Italie. L’État italien a fixé aux préfectures des quotas pour accueillir les réfugiés politiques. Sur la ville de Carmignano qui compte 15 000 habitants, 30 personnes doivent être accueillies et hébergées. L’État italien subventionne à hauteur de 30 euros par jour ceux qui accueillent les immigrés. Par exemple, si c’est une association qui les accueille, elle reçoit des fonds pour subvenir aux besoins des réfugiés.

Une des raisons qui a déclenché la défaite du PD, c’est que les classes populaires, de la même manière qu’en France, ont vu des concurrents dans les immigrés, que ce soit des Chinois ou des réfugiés syriens. Ces catégories populaires ont alors l’analyse suivante : l’État donne de l’argent tandis que les immigrés prennent les travaux les plus bassement qualifiés et font concurrence aux travailleurs les plus précaires.

Depuis la crise économique et financière de 2008, l’Italie a connu une diminution de son PIB. La partie la plus pauvre de la population italienne est devenue encore plus pauvre. Un autre problème qui s’est mêlé à ça est l’inconsistance de la politique européenne. Les Italiens se sont sentis opprimés par l’Europe. Elle a été vécue comme une augmentation de la bureaucratie et des contraintes. C’est le ressenti des électeurs italiens.

LVSL – Une des spécificités de la Toscane réside dans les maisons du peuple. Comment fonctionnent ces structures ?

Il n’y en a que dans les régions rouges : la Toscane, l’Ombrie et l’Émilie-Romagne. Elles fonctionnent avec un président et un conseil d’administration. Les gens qui les fréquentent doivent être inscrits auprès de la maison du peuple. Initialement, elles concentraient les activités culturelles.

Elles fonctionnent de façon pyramidale avec trois échelons : l’échelon provincial, l’échelon régional et l’échelon national. Ces maisons sont actuellement en crise. Elles ont du mal à tenir leurs objectifs et se trouvent dans le rouge financièrement. L’équilibre financier est dur à trouver même si la majorité des activités reposent sur du bénévolat.

Ce sont essentiellement des gens de gauche qui s’investissent dans ces maisons même si d’autres associations catholiques existent et fonctionnent d’une façon similaire. Le bénévolat y occupe une place très importante.

LVSL – Comment interprétez-vous les percées du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue ?

Le vote pour la Ligue provient de l’Italie du Nord, une zone plus industrielle et plus riche. Elle a fait une campagne très lourde contre l’immigration, les marginaux et les Tsiganes. Leur campagne était fondée là-dessus. Ils se sont par ailleurs fortement opposés à l’Union européenne.

Le Mouvement 5 étoiles est un mouvement qui n’a jamais été au pouvoir. Ils ont fait campagne sur une opposition plus générale. Ils ont insisté sur l’idée d’un revenu de citoyenneté, ce qui leur a permis de rencontrer un grand succès. Leur implantation est générale, mais se concentre plutôt dans le Sud de l’Italie qui connaît un taux de chômage énorme. Dans le Sud, 50% des jeunes sont sans travail. En proposant ce revenu de citoyenneté, ils ont eu un énorme succès.

La Ligue est en mesure de gouverner parce qu’ils ont déjà été au gouvernement. Ils dirigent des régions comme la Vénétie ou la Lombardie. La capacité du Mouvement 5 étoiles à gouverner est une inconnue complète. C’est un parti né il y a peu de temps.

LVSL – Quel rapport les Italiens entretiennent-ils avec l’Union européenne ?

Les Italiens n’ont pas confiance en l’Europe car le déficit public est important. Le déficit public de cette année est en-dessous des 3% mais nous avons un stock de dette accumulé. Toutes les dettes accumulées sont impressionnantes. Chaque citoyen italien a 30 000 euros de dette y compris les nouveaux-nés. Cela se traduit par un euroscepticisme important.

Quand nous étions maîtres de notre monnaie, nous pouvions dévaluer. Maintenant, c’est l’Europe qui décide de la valeur de l’euro. De plus, le prix des produits italiens est élevé. Résultat : la compétitivité italienne est en berne. Les partis de gauche n’ont pas su répondre au mal-être des populations envers l’Europe. On a un peu le même phénomène que pour le PS.

LVSL – A votre avis, comment faut-il repenser la question européenne ?

Après une telle défaite, c’est difficile de répondre à votre question. Toujours est-il qu’il faut réfléchir pour trouver une façon de répondre aux problèmes des populations les plus défavorisées. La gauche doit à nouveau porter les problèmes de ces classes qui ne se retrouvent plus actuellement au sein du PD. Ceux qui s’y retrouvent actuellement sont des personnes qui ne viennent pas des classes les moins favorisées : l’électorat du PD est constitué de retraités qui ont les moyens de vivre. Il faudrait réfléchir pour savoir comment porter les problèmes des groupes les moins favorisés, afin qu’ils se sentent soutenus par la gauche. Il faut de nouvelles réponses et pas uniquement reprendre les vieilles réponses du siècle dernier.

LVSL – On observe une vague d’extrême-droite puissante, notamment à l’Est de l’Europe. Pensez-vous que nous sommes à l’aube d’un nouveau risque fasciste en Italie ?

Plutôt qu’un regain du fascisme, on sent remonter le besoin d’un parti fort, d’un homme autoritaire qui décide et que les autres n’auraient plus qu’à suivre. C’est une caractéristique italienne que de faire confiance à un homme fort. Les personnes d’un certain âge et dotées d’un certain capital culturel sont plus proches du PD, mais les personnes plus démunies sont plus attachées à cette figure de l’homme fort.

C’est pour cela que l’on reparle de Mussolini. La démocratie c’est difficile, l’homme fort c’est plus rassurant, plus sécurisant. Au regard du contexte économique, les couches populaires ont besoin d’être rassurées car elles ne voient pas d’avenir à l’horizon. L’ascenseur social ne fonctionne plus et les jeunes n’ont que très peu de perspectives. Notre génération savait qu’à partir de la soixantaine, on aurait une retraite. Eux ont beaucoup de contrats à durée déterminée. C’est plus difficile de se construire un avenir dans ces conditions.

LVSL – Le contexte français est marqué par un regain d’intérêt pour Gramsci. Perçoit-on quelque chose de la même nature en Italie ?

Gramsci a été oublié depuis 20 ans. Il était très connu durant la période faste de la gauche italienne. Or, ces dernières années, les intellectuels de gauche n’ont pas su construire une globalisation alternative à celle du marché. D’après moi, le problème fondamental, c’est la mondialisation. Elle se traduit par l’évasion fiscale, la finance incontrôlée, l’économie de marché contrôlée par une minorité et les déplacements de populations des pays les plus pauvres vers les pays les plus riches.

Il y a un déplacement des populations qui ont été oppressées par la colonisation que cela soit en Afrique ou en Asie. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, les nations avaient des pouvoirs mais après, la Russie, les États-Unis, la Chine ont pris le pouvoir tandis que le pouvoir européen a diminué. En Asie, on dit que l’Europe est un appendice de l’Amérique.

LVSL – Y’a-t-il selon vous des intellectuels qui commencent à faire ce travail à gauche ?

Depuis les dernières défaites, on a le début d’un processus de réflexion. En Toscane en tout cas, le processus est en marche y compris chez les citoyens de gauche. Le problème est surtout celui du Sud de l’Italie. Ce mouvement de renouveau peut partir du centre ou du Nord, car le Nord de l’Italie a une forte capacité commerciale et industrielle. Elle se situe au niveau des pays européens les plus riches comme l’Allemagne, ou encore de la Catalogne.

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Your SEO optimized title