Home Écologie Le chanvre industriel, culture stratégique, plante « miracle » ?
0

Le chanvre industriel, culture stratégique, plante « miracle » ?

Le chanvre industriel, culture stratégique, plante « miracle » ?
0

Papier, textile, corde, huile, protéines, isolant, biocarburant, parpaings… le chanvre est une plante d’une polyvalence unique dans le règne végétal. Est-ce une découverte ? Pas vraiment… Bien qu’il soit très largement exploité partout dans le monde depuis des temps immémoriaux, sa culture a été fortement menacée en occident dans les années 40 et 50. Cette histoire méconnue est extrêmement politique. Désormais, de plus en plus de petites entreprises se lancent dans l’aventure, arguant des débouchés industriels potentiellement très intéressants.  


Le chanvre industriel ne se fume pas ! Le cannabis sativa contient à l’état naturel trop peu de THC (tétrahydrocannabinol : la substance psychoactive) pour produire un quelconque effet. La marijuana est en fait du cannabis sativa, mais sélectionné sur des générations pour concentrer le THC (0,2% en moyenne pour la plante industrielle contre 1-5% pour la marijuana).

La fibre de chanvre est utilisée depuis plus de 10 000 ans dans la confection d’habits. Avant les années 30, presque chaque paysan européen et américain en cultivait un petit lopin. Cette plante complétait idéalement les autres activités de la ferme : ses graines sont comestibles et produisent une huile aux grandes vertus nutritionnelles (parfaitement équilibrée en oméga 3/omega 6 pour le corps humain). Après pressage, il reste une farine très protéique utilisable en cuisine (tout comme les feuilles). Dans beaucoup de petits villages, ce fut longtemps un complément alimentaire salvateur, malgré son goût très prononcé.

Le chanvre se prête bien à la rotation des cultures puisque ses racines aèrent la terre et ne l’appauvrissent que très peu. Une fois coupée, la plante est un très bon engrais vert et n’a besoin d’aucun pesticide, car elle est très robuste et n’a pas beaucoup d’ennemis biologiques. On note aussi qu’elle possède une capacité dépurative pour la terre (phytoréhabilitation), puisqu’elle chélate (capture) les métaux lourds. Sur d’anciennes zones industrielles polluées, la sativa a déjà démontré son potentiel. Dans les Pouilles, des cultivateurs italiens ont encerclé de chanvre l’usine d’acier d’Ilva et ainsi réussi à décontaminer les sols de certains métaux lourds[1]. Il suffit ensuite de transformer les plants chargés en polluants en matériau d’isolation pour s’en « débarrasser ». Des résultats très intéressants ont aussi été constatés dans les zones polluées par la radioactivité. À Tchernobyl, la plante a été utilisée pour neutraliser le césium 137, strontium 90, et le plutonium. Des scientifiques de l’Université du New Jersey la préconisent autour de Fukushima[2].

De multiples avantages pour une transition industrielle écologique

Sa fibre, le « liber », qui constitue la couche extérieure de la tige, peut être filée, tressée pour en faire du tissu, ou pilée et séchée pour en faire du papier. Le mot « canevas » qui désigne la toile de peinture vient par exemple de cannabis. La grande majorité des habits, des draps, des voiles de bateau, etc. produites avant le 20e siècle l’étaient en fibre de chanvre. C’est aujourd’hui encore certainement l’axe de développement le plus intéressant dans le cadre d’une nécessaire transition écologique.

Le rendement du liber est assez impressionnant : de 900 à 2700 kg par hectare, soit plus que n’importe quelle autre plante à fibres. Rapporté à son poids, un plant produit 10 à 100 fois plus de fibres utilisables que les arbres ou le coton. D’ailleurs, la culture du coton est une des plus polluantes qui soit : alors qu’elle ne couvre que 2,5% des terres cultivées dans le monde, elle consomme 16% de la production annuelle d’insecticide et produit in fine 1% de la totalité des émissions de gaz à effet de serre anthropique (1 t-shirt = 35 kg de CO2 dans l’atmosphère). Ses besoins en eau sont importants, jusqu’à créer dans certains cas des catastrophes écologiques (l’assèchement de la mer d’Aral notamment). Si le coton reste plus agréable au touché que la fibre de chanvre (dans l’état actuel des technologies de tissage), on pourrait néanmoins en remplacer la moitié de la production cotonnière mondiale par de la fibre de chanvre. En effet, tous les vêtements n’ont pas vocation à être extrêmement doux (jeans, casquettes, vestes…). L’impact environnemental de la culture du chanvre étant très minime (voir positif si exploité dans le cadre d’une économie circulaire durable), le remplacement du coton représenterait une grande avancée écologique.

En Chine, le président Hu Jintao a d’ailleurs demandé en 2009 aux producteurs de son pays d’augmenter de 800 000 hectares la culture du chanvre, pour pallier les problèmes posés par le coton[3].

Fibres de chanvre brutes (avant transformation)

Ce rendement fibreux représente également une formidable opportunité pour l’industrie papetière. Il faut beaucoup moins d’eau pour produire un papier à partir de fibre de chanvre qu’à partir de fibre de bois. Avant les années 1840, l’essentiel du papier était produit à partir de vieux habits en chanvre. Le papier obtenu est également de très grande qualité : la première bible imprimée par Gutenberg ou encore la Constitution américaine reposaient sur du papier chanvre ayant traversé les siècles jusqu’à nous sans problèmes. Le métier de chiffonnier consistait à parcourir les villes pour récupérer toutes les guenilles pour l’industrie papetière. Le bois a ensuite pris le relais, notamment pendant l’essor industriel des vallées alpines. Or, lorsqu’on parle de lutter contre le réchauffement climatique, il faut constamment chercher à immobiliser le plus de carbone possible loin de l’atmosphère. Le bois, qui contient 50% de carbone, doit servir principalement à la construction. Les édifices de bois durent des siècles et les nouvelles technologies de construction permettent désormais de s’émanciper du béton au profit de ce matériau renouvelable. Le papier n’est pas une manière durable de stoker du carbone puisqu’il finit souvent jeté et incinéré. Puisque le chanvre pousse beaucoup plus vite que le bois, il est donc tout indiqué pour le remplacer et dégager ainsi des marges de manœuvre pour le secteur de la construction.

L’industrie du bâtiment représente d’ailleurs un débouché prometteur pour le chanvre : après avoir retiré le liber, la pulpe de la plante peut être transformée en une vaste gamme de matériaux (plâtre, stuc, panneaux de fibres, parpaings et isolant thermique). Rappelons que la demande en matériaux d’isolation naturelle est extrêmement élevée dans le cadre de la transition énergétique (place prépondérante dans le scénario Negawatt, un scénario de transition complète vers la neutralité carbone en 2050 ).

Plus récemment, des équipes de scientifiques ont réussi à créer un bioplastique pour impression 3D. Le bioplastique de chanvre semble aussi avoir de beaux jours devant lui. Biodégradable, il peut, mélangé à d’autres produits, être également très solide. Cette trouvaille ne date pas d’hier. En 1941, Henri Ford a sorti un modèle de voiture à la carrosserie faite de bioplastique de chanvre (tout l’acier allant à l’industrie militaire). Pensant 500 kg de moins que le modèle classique, roulant au bioéthanol de chanvre et présentant des performances supérieures que ses homologues en acier, le modèle semblait incarner le futur de l’automobile. Mais la Seconde Guerre Mondiale impose logiquement le métal à l’ensemble de l’industrie mécanique. Le projet est mis entre parenthèses puis abandonné après le conflit, sous la pression des magnats de l’acier[4].

Comment le chanvre est devenu l’ennemi du capitalisme moderne.

Globalement, au prix actuel des matières premières, un hectare de chanvre est 3 fois plus rentable qu’un hectare de blé. Au vu de l’évolution potentielle des filières, la demande pourrait faire augmenter son prix encore davantage. Alors pourquoi a-t-il disparu de nos champs en occident ?

L’histoire de la prohibition du chanvre commence aux États-Unis en 1937 avec l’affaire de la firme Dupont. Cette compagnie avait alors développé une nouvelle fibre synthétique, le nylon, qui devait substituer la fibre de chanvre. Pour éliminer plus facilement la concurrence de la fibre naturelle, Dupont fait pression sur le gouvernement, qui promulgue le Marijuana Tax Act.

Mais le coup le plus dur viendra de l’industrie papetière. William Hearst, magnat de la production de bois papier et de la presse utilise cette dernière pour semer la panique dans les campagnes américaines. Et misant sur le caractère narcotique de la plante, il diffuse des contenus-chocs (titres effrayants, photos violentes, polémiques alarmistes…) et invente par la même occasion les codes de la presse à sensation que l’on connait actuellement. Encore aujourd’hui aux États-Unis, le cannabis à usage thérapeutique est autorisé dans 30 États (dans 10 États pour usage récréatif), mais dans aucun pour usage industriel. Un paradoxe qui suffit à démontrer que le caractère narcotique de la plante n’est qu’un prétexte.

Cordages de navire en chanvre

En France et en Italie, la culture du chanvre fut longtemps encouragée. Les rois ont subventionné les agriculteurs jusqu’au début du XXe siècle dans le but de produire les cordages nécessaires à la marine militaire. L’Italie était alors le deuxième producteur mondial derrière la Russie. L’interdiction complète eut lieu au début des années 60, alors que l’Italie était de fait sous emprise américaine dans la stratégie de Containment.

Aujourd’hui, alors que le contexte juridique évolue en faveur du chanvre industriel, mais de façon assez lente, c’est la République tchèque qui joue le rôle de leader à l’échelle européenne. Beaucoup de petites entreprises italiennes vont d’ailleurs y faire transformer leur produit, car la législation y est beaucoup plus favorable. La Chine et la Corée du Nord ont pris beaucoup d’avance dans le domaine. Près de 600 produits dérivés du chanvre sont brevetés dans le monde, dont la moitié appartient aux Chinois. L’essor technologique n’y a jamais été entravé par une quelconque prohibition et permet aujourd’hui à Pékin de développer des machines de pointe capables de récolter la fibre de manière très efficace. Si les informations qui nous parviennent sur ce secteur de Chine sont rares, nous savons que le gouvernement finance des recherches sur l’usage de plantes, à des fins militaires notamment (pour soigner les soldats, ainsi que pour fabriquer des tissus pour les uniformes)[5].

Faire renaître la culture du chanvre pour créer de nouvelles filières.

Francesco Cillerai, diplômé de l’Université de sciences politiques de Turin, est le fondateur de l’association « Canapa Valsesia ». Le but de cette dernière est de mettre en relation les petits producteurs des hauts villages, de les informer sur les réglementations, d’organiser la vente des divers produits ainsi que l’approvisionnement en semences, et de promouvoir les anciennes traditions liées à cette culture. L’association n’est pas à but lucratif. Elle encadre seulement les activités liées au chanvre utilitaire (non « récréatif »), dans le but de semer les bases d’une future filière. Son fondateur n’en cache pas le but politique : pousser à l’autonomisation des territoires, augmenter la résilience alimentaire et matérielle.

Métier à tisser le chanvre traditionnel, Alagna, Italie

C’est grâce au travail de Francesco que la plante a été réintroduite dans une partie du Piémont. Alors qu’elle y était autrefois largement cultivée pour la production textile artisanale (le tissage occupant les longs mois d’hiver), la prohibition du chanvre italien dans les années 60 a eu raison de cette tradition. L’association a d’ailleurs obtenu une loi auprès de la région Piémont pour faciliter la culture[6].  Si ces pratiques sont encore de niche dans le nord de l’Italie, elles tissent les liens d’une future filière.

De son côté, la France est désormais le premier producteur de chanvre industriel en Europe (6 chanvrières, 1 414 producteurs et près de 16 400 hectares de surface dédiée à sa culture). Ce n’est pas beaucoup dans l’absolu. En augmentant la superficie de culture, notamment en remplaçant les productions fourragères (si diminution de production de viande) et en généralisant la rotation des cultures, il serait possible de décupler, centupler la production et ainsi développer une filière à caractère industriel.

La nécessité de substituer la production pétrolière pour sauver le climat nous impose le développement de ce type de filière. Développer la culture du chanvre est également une politique de souveraineté économique, là où la dépendance aux hydrocarbures pour la production de plastique est une dépendance géopolitique.

 

Photo de couverture : feuille de chanvre, wiki commons

[1] https://www.humboldtseeds.net/fr/blog/cannabis-pour-regenerer-sols/

[2] https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/developpement-durable-cannabis-decontaminer-fukushima-29725/

[3] Fine, Doug. “A Tip for American Farmers: Grow Hemp, Make Money.” Los Angeles Times. June 25, 2014.

[4] https://www.industrie-techno.com/la-voiture-bio-sourcee-a-73-ans.33285

[5] https://fr.sputniknews.com/presse/201708291032830844-chine-chanvre-medicaments/

[6] http://www.canapaindustriale.it/2017/01/16/nuova-legge-sulla-canapa-in-vigore-dal-14-gennaio/

Pierre Gilbert Directeur de la rubrique écologie de Le Vent Se Lève

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Your SEO optimized title