Home Médias Les primaires du PS ou la médiacratie en action
1

Les primaires du PS ou la médiacratie en action

Les primaires du PS ou la médiacratie en action
1

Dans un précédent article, nous expliquions que les primaires, loin de représenter une avancée démocratique comme le prétendent leurs promoteurs, remplissent avant tout une fonction de légitimation des deux partis traditionnels comme principales incarnations du clivage gauche-droite. L’attitude des médias de masse, co-organisateurs de la campagne des primaires, s’y révèle discutable d’un point de vue démocratique. En organisant directement les débats et en relayant abondamment la campagne des primaires de LR, du PS et affiliés, le système médiatique a légitimé et alimenté la stratégie électorale de ces partis au détriment d’autres formations politiques. Dernier exemple en date : la couverture médiatique des primaires du PS et de ses satellites.

Une grand-messe politico-médiatique

Les débats des primaires ont été directement organisés par les médias de masse qui ont tous largement apporté leur pierre à l’édifice : service public et médias privés, chaines généralistes et chaines d’information en continu, presse écrite et radio.

Le dernier débat de premier tour des primaires de la Belle Alliance Populaire a par exemple été organisé conjointement par France Télévisions (service public) et Europe 1 (Lagardère) tandis que le précédent débat était assuré par iTélé (Bolloré) et BFMTV et RMC (Weill-Drahi) et le premier débat était orchestré par l’Obs (Niel-Bergé-Pigasse), RTL (Bertelsmann-Mohn) et TF1 (Bouygues).

Laurence Ferrari et Ruth Elkrief réunies sur un même plateau pour animer le second débat.
Laurence Ferrari et Ruth Elkrief réunies sur un même plateau pour animer le second débat (BFMTV et iTélé)

La concurrence et la course à l’audimat ont été, le temps d’un débat, mises de côté dans une sorte de grande communion politico-médiatique. Ainsi avons-nous pu voir les deux journalistes-stars d’iTélé et de BFMTV, Laurence Ferrari et Ruth El Krief, plus complices que jamais, se réjouir de voir leurs deux équipes travailler de concert alors que, d’ordinaire, elles se concurrencent sur le créneau horaire 19-20h.

 

Une monopolisation de l’espace médiatique

Du reste, il était bien difficile pour les téléspectateurs et auditeurs de réchapper aux débats des primaires puisqu’ils étaient retransmis en direct simultanément sur plusieurs chaines de télévisions et stations radio. Ainsi, le 12 janvier, le premier débat du premier tour était retransmis par TF1, LCI, LCP et RTL ; le deuxième débat était diffusé sur iTélé et BFMTV et RMC et le dernier débat était retransmis au même moment sur France 2, LCP, LCI, Franceinfo et Europe 1. La saturation médiatique s’étend sur internet et les réseaux sociaux puisqu’on pouvait suivre les débats en streaming. S’en sont suivies des émissions de « debrief » tant sur les chaînes qui diffusaient les débats que sur d’autres chaînes et, pour les retardataires, des rediffusions des débats ont également été programmées.

En dehors des débats, les médias de masse ont suivi et relayé les meetings, les déplacements et les moindres faits et gestes des candidats Ils ont également invité les différents candidats pour des interviews individuelles par souci d’équité quand bien même les candidats issus du PS ont concentré l’attention de médias. Les 7 candidats à la primaire du PS sont avant tout 7 défenseurs et porte-paroles de la stratégie du PS bénéficiant d’un accès privilégié aux médias le temps de la campagne.

F. de Rugy sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin (BFMTV)
F. de Rugy sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin (BFMTV)

Sur les plateaux de BFMTV, Ruth El Krief et Jean-Jacques Bourdin ont en effet reçu, l’ensemble des candidats à l’occasion de la campagne des primaires. C’est ce choix éditorialiste de la part de BFMTV qui explique que François de Rugy sera reçu par Bourdin alors que Bastien Faudot, pourtant candidat déclaré aux élections présidentielles de 2017 et investi par le MRC, ne connaîtra pas cet honneur. Le Parti écologiste, fondé en 2015 par François de Rugy, dispose pourtant d’un nombre d’élus à peu près équivalent voire moindre par rapport au MRC fondé en 2003. La différence majeure expliquant ce traitement médiatique inégal ? La participation à la primaire et donc leur lien avec le Parti Socialiste. La Belle Alliance Populaire avait accepté la participation du Parti écologiste à la primaire tandis qu’elle avait refusé celle du MRC ; le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis avait justifié à l’époque ce choix en arguant que la primaire du PS, « ce n’est pas open-bar ».

La rhétorique du PS abondamment relayée et légitimée

Les médias organisateurs des débats accompagnent la stratégie de légitimation du PS pour l’hégémonie à gauche, en relayant complaisamment et sans prendre le recul nécessaire, les éléments de langage du PS et de ses satellites sur la « primaire de la gauche et de l’écologie ». Dans sa bande-annonce du débat du 19 janvier, France 2, par la voix de son journaliste David Pujadas, fait ainsi la promotion du débat de « la primaire de la gauche ». Pourtant, il convient de rappeler que le PCF, EELV, la France Insoumise, par exemple, qui se revendiquent également de la gauche et de l’écologie n’ont pas souhaité y participer tandis que d’autres formations se revendiquant elles aussi de la gauche telles que le MRC ou Nouvelle Donne et souhaitant y prendre part, ont été recalées à l’entrée de la Belle Alliance Populaire. La neutralité et le pluralisme revendiqués par les médias de masse et, en particulier par le service public, ne devraient-ils pas appeler à plus de précaution dans les termes employés plutôt que de reprendre telle quelle la rhétorique des promoteurs de la Belle Alliance Populaire ?

 

La déferlante médiatique autour des primaires du PS, sous prétexte que ce sont des primaires ouvertes à tous les citoyens, est telle que l’on ne s’en émeut plus guère mais elle est tout à fait discutable d’un point de vue démocratique. On peut y voir en effet un parti-pris médiatique puisque cette couverture médiatique, abondante et déséquilibrée, légitime et accompagne la stratégie du PS qui souhaite, à travers ce mode de désignation de son candidat présidentiel, asseoir ou rasseoir son hégémonie à gauche, au détriment d’autres formations politiques qui lui disputent cette centralité dans le cadre des élections présidentielles de 2017.

Crédits photo :

http://www.programme-tv.net/news/tv/105146-comment-laurence-ferrari-et-ruth-elkrief-preparent-elles-le-deuxieme-debat-de-la-primaire-de-la-gauche/

http://www.la-croix.com/France/Politique/Primaire-PS-premier-debat-sans-vainqueur-2017-01-13-1200816852

http://rmc.bfmtv.com/emission/direct-suivez-linterview-francois-rugy-a-8h40-rmc-509926.html

Comment(1)

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Your SEO optimized title