• 62
  •  
  •  
  •  
  •  

Bastien Alex est géopolitologue, chercheur et professeur à l’Institut des Relations Internationales et Stratégiques et dirige l’Observatoire Défense et Climat. Cet organisme fournit notamment des études au Ministère des Armées sur les liens entre changement climatique, déstabilisation des sociétés et conséquences en termes de sécurité. Bastien Alex nous éclaire sur le rôle potentiel d’un géopolitologue dans le cadre de la transition écologique.


Dans cette série de grands entretiens, nous avons choisi de poser les mêmes questions à des personnalités du monde de l’écologie ayant chacune une approche, un métier, différent. Un tel projet est inédit, et son but est de donner à voir comment chacun se complète pour esquisser les grandes lignes de l’urgente transition écologique. Chacun détient une partie de la solution, une partie des « armes » de la transition. La transdisciplinarité doit devenir une norme de travail, pas une exception.

La série Les Armes de la Transition existe aussi en format vidéo :

LVSL : A quoi sert un géopolitologue pour le climat ? Pourquoi avez-vous choisi cette branche-là pour apporter votre pierre à ce combat plutôt qu’une autre ?

Bastien Alex : Je pense que l’intérêt de la géopolitique dans le cadre de la lutte contre le changement climatique c’est que c’est une discipline qui permet, en s’intéressant à l’exercice des rapports de forces sur le territoire et entre acteurs, de bien saisir les enjeux du problème, et notamment les difficultés et les réticences à engager une véritable transition au niveau mondial. Si on ne fait pas de géopolitique, on passe à côté de clefs de compréhension qui sont fondamentales pour arriver à identifier quelle peut être la stratégie des États, par exemple, les États producteurs de pétrole ou de gaz, qui sont effectivement plutôt des bloqueurs dans l’émergence de cette transition au niveau mondial. Donc, la géopolitique est selon moi, avant tout, un outil qui sert à bien identifier l’état du rapport de forces pour identifier les points de blocage et éventuellement, y apporter des réponses.

LVSL : En quoi consiste, concrètement, votre activité ? Pourriez-vous nous définir une de vos journées types ? Quelle est votre méthodologie ?

Bastien Alex : Je travaille principalement en source ouverte : je lis beaucoup la presse, presse spécialisée, les rapports des institutions, des ONG, des entreprises, bref tout acteur qui produit des connaissances. Je réalise aussi beaucoup d’entretiens, ce qui me permet d’avoir une vision globale des problèmes que je veux traiter et de proposer une analyse et des recommandations opérationnelles à destination des décideurs. Ma méthodologie est en somme celle de tout chercheur en sciences humaines et sociales.

Nous travaillons principalement avec le Ministère des Armées, qui est notre principal pourvoyeur public d’études, un petit peu moins avec les Affaires étrangères, tout simplement parce que c’est un ministère qui externalise un peu moins sa réflexion stratégique. Le Ministère des Armées est le premier client de l’IRIS depuis des années, et dans le cadre de nos travaux pour ce ministère, nous réfléchissons ensemble à la formulation vis-à-vis de certains sujets qu’il nous demande de traiter, de recommandations opérationnelles. Il y a une volonté d’identifier, par rapport à une problématique, des points de vigilance, et une manière de les prendre en compte dans les politiques publiques. Ça peut être du conseil de posture vis-à-vis d’un pays, de propositions de partenariat, d’actions à mener, de task-force à développer, ce genre de choses, pour que le ministère puisse orienter sa politique sur ces sujets bien précis, pour ce qui nous concerne directement. Pour ma part, je dirige l’Observatoire des Impacts des Changements Climatiques en termes de sécurité et de défense.

LVSL : Quel est votre objectif ?

Bastien Alex : Notre objectif, c’est de permettre à l’Institution (au Ministère de la Défense, au Ministère des Armées) d’intégrer, dans sa réflexion stratégique, les impacts du changement climatique. Cela veut dire qu’elle ait conscience des conséquences sécuritaires du changement climatique, dans quelle mesure ses impacts vont venir soit exacerber des facteurs de conflictualité traditionnels ou en faire émerger de nouveau. C’est quelque chose à prendre en compte, c’est une nouvelle donnée de l’environnement stratégique. C’est véritablement le premier objectif.

Le second, c’est aussi de sensibiliser le Ministère à la manière dont il doit intégrer ça comme contrainte opérationnelle. Ça veut dire que de plus en plus, le Ministère va devoir réduire son empreinte carbone – il n’y a pas de raison qu’il soit exempté d’efforts sur ce plan-là – donc, évidemment, nous essayons de proposer des pistes de solution. Bon… Ça ne vous étonnera pas, ce n’est pas le principal promoteur de la transition énergétique au sein du gouvernement. Ce qu’on demande à un outil militaire, c’est d’être efficace, donc tant pis si ça consomme du carburant… Mais l’idée, c’est plutôt de jouer ça sur le terrain du gain opérationnel.

Je prendrai juste un exemple : les États-Unis se sont rendus compte, lors des guerres en Afghanistan et en Irak, que les convois de ravitaillement étaient très souvent attaqués, et c’est là qu’ils avaient le plus grand nombre de pertes en soldats. Donc, ils se sont dit que pour réduire le nombre de pertes, il faut réduire les convois, et pour réduire les convois, il faut augmenter l’autonomie des postes avancés. Cela passe par des solutions renouvelables, soit de recyclage de l’eau, soit de production d’électricité à partir de sources renouvelables. Donc, c’est cette réflexion qu’on essaie aussi de pousser au sein du Ministère.

Après, il y a d’autres sujets qui vont toucher plutôt à la manière dont les industriels de la Défense intègrent le paramètre « changement climatique » dans leur cycle de développement de nouveaux matériels, qui sont pensés généralement sur une quarantaine d’années.

LVSL : Pourriez-vous nous livrer trois certitudes que vous avez développées au sein de vos travaux ?

Bastien Alex : La première, c’est que le changement climatique n’est pas un problème environnemental, c’est un problème politique. Je dis toujours que c’est un problème doublement global. C’est un problème global à la fois sur le plan spatial – les émissions de gaz à effet de serre sont dans l’atmosphère, qui est un bien commun, même si vous êtes un pays qui n’émet pas de gaz à effet de serre. Et puis, au sens plus littéral, c’est un problème englobant, multidimensionnel, puisque ça altère l’atmosphère, la biosphère, etc. Ça va concerner également l’économie, puisqu’on sait très bien que les émissions de gaz à effet de serre proviennent du modèle de production de richesses capitaliste, qui consomme énormément de richesses, notamment les ressources en hydrocarbures dont la combustion provoque l’émission de gaz à effet de serre, donc c’est un problème énergétique.

C’est un problème sanitaire parce que ça va soulever des enjeux de santé, de propagation des épidémies.

Et c’est bien sûr un problème politique parce que son traitement au niveau international nécessite des discussions au plus haut niveau dans le cadre des COP – les conférences des parties – ou s’exercent des rapports de forces puisque les États qui y participent n’ont pas du tout les mêmes intérêts. Évidemment, une négociation est toujours le produit de rapports de forces, c’est évidemment le produit des lignes rouges de chaque partie qui négocie, et ça, c’est toujours un élément politique. Donc le changement climatique est doublement global de ce point de vue, et c’est bien – non pas un problème environnemental uniquement, mais bien un problème politique. C’est la première chose.

La deuxième, c’est que le changement climatique est aussi un multiplicateur de menaces, ou un amplificateur de risques. Ça veut dire que, par ses impacts, il va, encore une fois, exacerber certains paramètres de la conflictualité existants, potentiellement en créer de nouveaux… Par exemple, dans le cadre du déploiement des solutions de géoingénierie à grande échelle, sur lesquelles on devrait, nous aussi, se pencher.

Et la troisième chose, c’est ce que mes collègues Amy Dahan et Stéphane Foucard ont appelé « le schisme avec le réel ». C’est-à-dire que le climat est traité de manière cloisonnée dans des enceintes, notamment onusienne, sans que jamais on ne tente de faire le lien avec les problématiques principales, qui sont énergétiques et économiques. Et donc l’objectif général de mes travaux, en tout cas ce que j’essaie d’apporter dans les articles que je peux écrire, c’est cette vision de ce que j’appelle, non pas le « schisme avec le réel », mais « l’indépassable écueil de l’incohérence ». C’est-à-dire, comment mettre en cohérence l’ensemble de nos politiques. Et je donnerais un exemple : nous savons qu’en 2015, l’Europe a supprimé la politique des quotas laitiers. Ça a provoqué une surproduction en Europe, puisque les producteurs de lait se sont précipités sur cette occasion pour exporter plus. Donc, les prix du lait ont baissé. Ça a profité davantage aux laiteries plutôt qu’aux agriculteurs, qui ne sont pas devenus plus riches malgré la suppression de ces quotas. Les surplus de production sont exportés vers des marchés en croissance, comme la Chine notamment, qui est un pays qui consommait assez peu de lait, mais qui le fait de plus en plus. Et ce qu’on a constaté, c’est que ces surplus sont aussi exportés vers des territoires comme l’Afrique subsaharienne, à travers des produits type « lait en poudre » – qui se conserve mieux, considérant les conditions et la rupture de la chaîne du froid. À travers cette politique, on se rend compte que l’émergence d’un secteur laitier agricole dans des pays comme le Sénégal, par exemple, est concurrencée par les exportations européennes.

Le problème, c’est que l’Union Européenne, par ses politiques de développement, va aussi soutenir l’émergence d’une filière laitière dans ces pays-là. Donc, on a d’un côté des politiques qui vont détruire une filière que d’autres essaient, en même temps, de la soutenir. Et ça, ce n’est pas possible. Et là où je boucle avec mon sujet, c’est que si on ne permet pas aux agriculteurs du Sahel de conserver des moyens de subsistance, et de vivre du fruit de leur travail, on sait que ces gens peuvent être amenés à participer à des mouvements insurrectionnels, ou à des entreprises terroristes. Non pas par adhésion pure aux discours des radicaux ou des islamistes, mais tout simplement, parce qu’au bout d’un moment ce sont les seuls qui paient, et que, quand on a un foyer à faire vivre, on est bien obligé de trouver des solutions.

Donc, mon grand pari, avec bien d’autres qui font ça sans doute mieux que moi, c’est d’alerter sur ce problème d’incohérence totale de nos politiques qui poursuivent des buts complètement différents, mais financés par les mêmes gouvernements. On fait des sommets dessus, chaque année, sans que cela change.

LVSL : Quelle traduction concrète, en termes de politiques publiques, tirez-vous de ces conclusions-là ?

Bastien Alex : Nous essayons de travailler avec notre interlocuteur public, le Ministère des Armées, qui en soi ne fait pas véritablement des propositions de réformes. On essaie, évidemment, de l’inciter à réduire son empreinte carbone, à réfléchir à la manière dont il peut mieux utiliser ses ressources… Réfléchir également à la manière dont il doit se saisir de nouveaux enjeux. Le bon exemple, c’est toute la réflexion qui est menée sur la partie civile des interventions des armées, Sentinelle en est un, le déploiement de 7000 à 8000 soldats sur le territoire métropolitain, pour faire face à la menace terroriste. On n’est pas là pour discuter du fait que ce soit une bonne ou une mauvaise mesure, mais, en tout cas, ça témoigne d’un haut niveau d’engagement de nos forces. L’idée c’est que, peut-être qu’à l’avenir, en raison du changement climatique, ce spectre des missions civiles va être augmenté – ne serait-ce que par les catastrophes naturelles. On en a eu un bel exemple avec Irma à l’été 2017, le cyclone qui a frappé les Antilles, qui a nécessité des moyens militaires. Donc il faut aussi faire des recommandations qui vont dans le sens d’une anticipation d’une possible augmentation du spectre des missions civiles des armées. Là aussi, c’est quelque chose que l’on évoque avec eux.

Après, l’objectif est aussi de pousser cet objectif de cohérence auprès du Ministère de la Défense. Ça veut dire que par exemple, si on crée véritablement un envoyé spécial avec un profil « défense » sur les changements climatiques, il faut que cette personne puisse aussi interagir avec les gens qui, tous les jours, prennent des décisions d’ordre économique, pour avoir une incidence sur leurs émissions de gaz à effet de serre et donc ses impacts en termes de sécurité. Il faut que ces personnes-là soient aussi associées à ces discussions-là pour dire à un certain moment « Non, attention, si vous partez dans cette direction, c’est une chose sur laquelle on va devoir intervenir d’ici, peut-être, 20 ou 30 ans ». Donc il faut qu’on ait tous les éléments de réflexion au départ pour que la création de ce type de poste ne soit pas uniquement de l’affichage inutile.

LVSL : Quelle devrait-être la place de votre discipline dans la planification de la transition ? A quel moment la géopolitique devrait être considérée par rapport à l’action publique, et avez-vous une idée de structure pour faciliter cela ?

Bastien Alex : Je crois que, dans les politiques publiques, la géopolitique doit servir à bien mesurer l’état des rapports de forces sur une question donnée. Ce qui se passe par exemple en ce moment est intéressant, puisqu’on voit qu’une mesure qui était vendue comme « pro-climat » à savoir l’augmentation des taxes sur les carburants les plus polluants souffre d’un rapport de force défavorable avec les gilets jaunes. De fait, la promotion de cette mesure était faite pour de mauvaises raisons.

Ce mouvement social que sont devenus les gilets jaunes montre qu’il est possible de renverser le rapport de forces et faire reculer l’État sur cette question. Alors on a dit « c’est dommage, c’était une mesure pro-climat ». Non. Je pense que ce qu’a montré cet épisode, c’est que l’effort doit être supporté, non pas uniquement par les gens qui subissent des contraintes parce qu’ils n’ont pas le choix, mais aussi par d’autres acteurs de l’économie, notamment les multinationales (je ne vais pas revenir dessus, mais on sait très bien qu’il y a beaucoup de groupes qui s’extraient de l’impôt, grâce à l’optimisation fiscale). La géopolitique de l’évasion fiscale, c’est une géopolitique aussi. Pourquoi, aujourd’hui, permet-on à certains groupes, grâce à l’optimisation fiscale, qui est quelque chose de légal, de se soustraire à l’impôt ? Tout repose sur les captives que sont les classes moyennes et les personnes à faibles revenus, mais qui sont exposées à des impôts types TVA, auxquels ils ne peuvent échapper.

Donc, l’intérêt de la géopolitique dans les politiques publiques, c’est d’analyser les rapports de forces qui se posent sur une question, évidemment à l’international. Si on veut construire une politique étrangère française cohérente, il faut qu’on soit capable, tout simplement, d’assumer nos choix, de faire de vraies analyses et pas de la posture… Je prendrai juste un exemple : le gros problème qu’ont les puissances occidentales aujourd’hui

, dont la France, c’est qu’elles continuent à essayer de justifier certaines de leurs décisions en politique étrangère, par des principes qu’elles appliquent à géométrie variable. Ça, évidemment, tout le monde l’a compris, et ça nous est sempiternellement reproché, à raison, d’ailleurs. Donc, si on veut avoir une politique cohérente, il faut aussi qu’on arrive à sortir de ces postures. La géopolitique sert à tout ça.

Je crois que ce que la géopolitique m’a appris aussi, c’est qu’il faut être aussi capable d’enlever ses lunettes de Français ou d’Européen, ou d’ouest européen, et de réfléchir à la manière dont on est perçu, et à la manière dont nos actions sont analysées à l’extérieur de la France. C’est ça aussi qui nous permet de bien saisir les enjeux, et de bien nous positionner pour ne pas, à chaque fois, accuser les uns et les autres de défendre leurs intérêts, alors que c’est ce qu’on fait de toute façon et, de mon point de vue, d’une manière pas suffisamment assumée. On peut le faire, mais il faut l’assumer et non pas se cacher derrière des principes. C’est ça, pour moi, l’apport de la géopolitique dans les politiques publiques, ça ne s’applique pas uniquement à la politique étrangère, ça s’applique aussi à la politique nationale.

LVSL : Et si un candidat à la Présidentielle vous donnait carte blanche pour élaborer son programme en matière de transition écologique, que proposeriez-vous, concrètement, dans le cadre de votre spécialité ?

Bastien Alex : Je lui dirais que je ne suis peut-être pas le mieux placé… Mais blague à part, je pense que, là aussi, il y a un devoir de transparence et de vérité, dans le sens où pour la promouvoir la transition énergétique par exemple, et la mettre en place intelligemment, il faut discuter de l’ensemble du spectre des problèmes. Ce qui me pose souci, c’est par exemple la dissimulation de toutes les questions d’approvisionnement en métaux, de retraitement et recyclage des métaux liés à la transition énergétique. C’est, par exemple, là-dessus que j’attirerais l’attention d’un candidat qui me demanderait mon avis.

L’objectif de la transition, ce n’est pas de remplacer une dépendance par une autre. On sait que l’industrie fonctionne de telle manière qu’on a besoin de terres rares, de néodyme pour fabriquer des éoliennes, et que ces terres rares sont produites à 95 % par la Chine. Non pas parce qu’elle en a le monopole des ressources, mais parce qu’elle a le monopole de la production, ce qui est totalement différent, parce que sur le plan environnemental, leur production est une véritable catastrophe écologique. C’est d’ailleurs notamment pour cela qu’on a abandonné la production dans les pays occidentaux, alors qu’il y a des ressources en terres rares aussi aux États-Unis et en Australie. Donc, il faut avoir ça en tête. La transition écologique est nécessaire, mais sa mise en œuvre ne doit pas se faire en négligeant les problèmes qu’elle peut occasionner, notamment à l’autre bout du monde.

Évidemment, la pollution nous dérange toujours moins quand c’est chez les autres, même quand c’est lié à la fabrication de produits qu’on utilise nous-mêmes. Je crois que c’est, là aussi, l’importance de la réflexion géopolitique, notamment sur le plan énergétique, et le conseil que je donnerais à un candidat à l’élection présidentielle, c’est de bien avoir cela en tête quand il décide de penser des mesures de mise en œuvre de la transition énergétique.

LVSL : Travaillez-vous, au quotidien, avec des spécialistes de professions différentes, et si oui, comment se passent vos échanges, concrètement ?

Bastien Alex : J’essaie de travailler avec toutes les disciplines qui sont voisines de la mienne, puisque la géopolitique est une discipline assez hybride – ou les relations internationales, les deux sont très confondues aujourd’hui – mais étant donné mon spectre d’activité plutôt axé sur « changement climatique » et « énergie », j’essaie de discuter avec des ingénieurs, des journalistes spécialisés, avec des climatologues, des sociologues, avec des politistes, des économistes qui suivent aussi les tendances de marchés… Je les contacte par divers biais, j’ai évidemment ce type de profils dans mon réseau. Les degrés d’accointance sont plus ou moins importants, mais je travaille essentiellement au travers d’entretiens téléphoniques, je vois des gens, j’essaie à chaque fois, en tout cas, de ne pas me limiter à ma spécialité, à ma discipline, et d’aller requérir l’avis des autres sur mes sujets, pour progresser dans la finesse de mon analyse.

Pour moi, c’est aujourd’hui quelque chose d’indispensable si on veut produire quelque chose de qualité, on est obligé de s’intéresser à la manière dont est perçu notre travail par les autres, et quel est l’apport qu’ils peuvent avoir aussi sur des questionnements pointus comme les impacts géopolitiques de la transition énergétique. Je dirais que ce n’est pas un travail qu’on peut mener si on ne pose pas la question à un climatologue, à un ingénieur, un économiste de l’énergie, ou un bon journaliste spécialisé. Ce sont avant tout des relations de réseaux, de personnes-ressources, de discussions, toujours avec l’objectif de nourrir une réflexion.

LVLS : Êtes-vous plutôt optimiste quant à la faculté de l’humanité à relever le défi climatique ?

Bastien Alex : Optimiste, non… Mais peut-être pas complètement désespéré. Je trouve, effectivement, que la période actuelle est complexe, à la fois source d’espoir et, il faut bien le dire, de désespérance. Ce qu’on a appelé très vulgairement et très simplement le « populisme » a fait monter des tendances qui sont un peu divergentes. C’est ce qui est, en tout cas, stimulant, mais pas toujours très rassurant pour l’avenir. Je ne pense pas que les gens qui ont élu Donald Trump soient aujourd’hui de grands promoteurs de la transition énergétique et de la prise en compte du climat. C’est plutôt un élément de crainte ou d’insatisfaction.

Après, je me dis qu’il y a tout un tas de gens aujourd’hui qui travaillent sur des scénarios, des technologies, des politiques qui sont censés promouvoir des valeurs en lesquelles je crois comme une plus juste répartition des richesses… Là où je me sens plus de gauche, je dirais, c’est que je conçois que le problème de l’inégale répartition des richesses c’est le problème numéro un. Ce devrait être le socle de l’ensemble des politiques, qu’elles soient économiques ou environnementales. Il y a des signaux qui me permettent d’espérer, puisque des gens qui portent ce discours-là peuvent avoir une certaine audience, et en même temps, je suis parfois un peu effrayé par certains pans du populisme, et je suis encore plus effrayé par certains libéraux qui n’ont toujours pas compris que… J’ai beaucoup de doutes sur la capacité du capitalisme à nous sortir de cette impasse, je ne crois pas à l’utilisation des mécanismes de marché, comme le marché du carbone, par exemple, pour résoudre les problèmes liés au changement climatique…

Je crois qu’il n’y a qu’une prise de conscience globale de cette problématique de répartition des richesses, de cette problématique du découplage de la croissance économique avec la consommation des ressources… Voilà, je sens que ça émerge dans l’agenda de certains, et pour autant, je dirais que ce ne sont pas les idées les plus centrales dans les débats de société aujourd’hui. Donc, il y a, à la fois, des motifs de crainte et peut-être de désespoir, et des motifs d’espérance.

 

Retrouvez l’ensemble des épisodes de Les Armes de la Transition dans le dossier suivant (écrit) :

Et sur YouTube (vidéo) :

 


  • 62
  •  
  •  
  •  
  •