•  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hervé Kempf est essayiste et un des pionniers du journalisme environnemental en France. Il est désormais rédacteur en chef du média Reporterre, spécialisé dans le reportage et le traitement de l’actualité de l’écologie. Hervé Kempf nous éclaire donc sur le rôle du journalisme dans le cadre de la transition écologique.


Dans cette série de grands entretiens, nous avons choisi de poser les mêmes questions à des personnalités du monde de l’écologie ayant chacune une approche, un métier, différents. Un tel projet est inédit et son but est de donner à voir comment chacun se complète pour esquisser les grandes lignes de l’urgente transition écologique. Chacun détient une partie de la solution, une partie des armes de la transition. La transdisciplinarité doit devenir une norme de travail, pas une exception.

La série Les Armes de la Transition existe aussi en format vidéo :

Le Vent se Lève – À quoi sert le journalisme dans le cadre de la transition écologique ? Pourquoi avez-vous choisi cette voie-là plutôt qu’une autre pour apporter votre pierre à ce combat ?

Hervé Kempf : Le journalisme sert toujours à nourrir la délibération et l’intelligence collectives. Dans la société dans laquelle on veut vivre, qui aspire à être démocratique, il faut veiller à comment l’assemblée des citoyens s’informe, délibère, discute, etc. Pour ça, il est absolument indispensable d’avoir des fournisseurs d’information qui permettent de raconter ce qui se passe avec un souci de l’exactitude et de la pertinence, qui permet que la discussion collective se mène, y compris que la conflictualité des débats s’opère. On a besoin de cette base d’information, de reflet de la réalité, qui définisse une réalité commune.

Pourquoi ai-je décidé d’être journaliste ? Comme tout le monde, dans les hasards de l’existence et de la jeunesse, simplement, je ne savais pas quoi faire d’autre… C’était il y a très longtemps, à la grande époque des radios libres. J’ai donc découvert avec des amis, et presque par hasard, la radio, le goût du reportage radio, et je me suis dit « C’est ça que je veux faire, c’est du journalisme ! ».

C’est un journalisme en tant que tel, avec ses plaisirs, sa curiosité qui est devenu, ensuite, un journalisme sur l’écologie. Qu’est-ce qui m’a amené, après quelques années, à aller vraiment dans le journaliste – à l’époque, on disait plus environnemental que écologique ? Très concrètement, j’ai eu le choc de Tchernobyl en 1986. À ce moment-là, avec la gravité de cet accident, je me suis dit : « Mais quelques années auparavant, quand tu étais adolescent, très investi dans la politique, etc. Tu étais totalement investi dans la question écologique ». D’ailleurs, l’influence de journalistes a beaucoup joué, en l’occurrence Pierre Fournier, qui à l’époque écrivait dans Charlie Hebdo (qui était tout autre que ce que Charlie Hebdo est devenu, qui était vraiment un grand et beau journal à l’époque)… Après, Pierre Fournier a fait La Gueule ouverte. Quand j’étais adolescent, on entrait dans la politique par l’écologie. Après la fin des années 70, le début des années 80 m’a fait un peu oublier ça, la vie a continué, et donc 1986 a joué comme un rappel vraiment très fort, en disant : « Il se passe des choses énormes, et personne n’en parle ! ». Personne, à l’époque, ne racontait vraiment l’environnement – ou très peu – sinon des magazines, des feuilles de chou très militantes et sans texture journalistique, et je me suis dit que j’allais m’investir là-dedans. Et finalement, depuis, je n’ai plus jamais quitté l’écologie.

LVSL – Concrètement, en quoi consiste votre activité ? Pourriez-vous, par exemple, définir la journée type d’un rédacteur en chef de Reporterre, et quelle est votre méthodologie de travail ?

HK : C’est la journée type de tout journaliste, en fait. De ce point de vue là, et de toute façon, un reporter dont le quotidien est de faire de l’écologie, ne se défend pas de faire un journalisme différent. On a la rigueur, l’exigence, le savoir-faire du bon journalisme. Simplement, on affiche une ligne rédactionnelle très claire. On dit : « La question politique essentielle du XXIe siècle, c’est la question écologique, c’est autour de ça que tout doit se ré-harmoniser, d’une certaine manière, et à partir de cette grille de lecture, on va pratiquer le journalisme avec son exigence d’exactitude, de vérification des faits, de contradictions, de reportages, d’enquêtes, etc. Beaucoup de journaux, à l’heure actuelle, ont une ligne rédactionnelle sans vraiment le dire. La majorité des journaux dominants ont, en fait, une ligne néo-libérale, mais ne le disent pas franchement, à quelques exceptions près, comme Les Échos en France, The Financial Times, qui disent très clairement : « Nous on est des journaux du libéralisme, de la défense du capitalisme, etc. ». C’est clair, et on peut juger après de leur journalisme – qui est souvent, d’ailleurs, du bon journalisme – nous, on est dans la même optique. Mais sur le plan de la pratique quotidienne, on a cette exigence d’une technique : je considère que le journalisme, c’est un peu comme la plomberie, l’agriculture, l’orthopédie… C’est un métier qui a ses techniques, son savoir-faire.

Un rédacteur en chef, c’est un peu un chef de gare. Ce n’est pas tellement une fonction d’autorité, même si à un moment donné il va devoir faire des choix, mais c’est un peu faire en sorte que tous les wagons, tous les trains, dans une gare de triage, arrivent et partent au bon moment, que tel papier arrive… C’est, quand même, un enjeu de coordination générale.

Puisqu’on est quotidien, on va éditer Reporterre le matin. On va donc avoir une équipe d’édition le matin. Ce n’est pas toujours moi qui le fait, d’ailleurs, parce qu’on fait tourner, en gros, la fonction de rédacteur en chef. On boucle vers 10 heures, c’est-à-dire que tous les papiers sont en ligne, on les re-twitte, on les diffuse sur Facebook, etc. Après un tout petit temps de repos à la machine à café pour souffler un peu, se donner des nouvelles, regarder un peu les courriels, etc, on va avoir la conférence de rédaction. C’est le point des rédactions du matin, où on va discuter de « Qu’est-ce qu’on a demain ? Comment ça s’est passé ce matin ? Y a-t-il du nouveau par rapport à ce qu’on avait prévu ? » ; on discute un peu tous de ce qu’on à faire, de quels sont les sujets du jour. Éventuellement il peut y avoir une discussion plus approfondie. Et après, chacun se met à sa tâche, ceux qui sont en reportage ce jour-là vont en reportage, le secrétaire de rédaction prépare les papiers… Il n’y a rien de plus ennuyeux que de voir une salle de rédaction, parce que ce sont des gens devant leurs ordinateurs, qui lisent, éventuellement passent des coups de fil. C’est une partie du journalisme, mais le journalisme intéressant se fait en reportage, se fait dehors.

Je pense qu’il faut assumer la subjectivité du journaliste. Je pense qu’il faut faire ce qu’on a envie de faire. J’ai quasiment toujours fait ça dans ma vie de journaliste, sauf quand l’actualité vous impose quelque chose. Mais autrement, il faut suivre son feeling par rapport à la compréhension qu’on a du monde, par rapport à ses envies. Il faut suivre sa propre curiosité. En fait, il faut faire confiance à sa curiosité. Il faut faire confiance à son choix, parce que le travail d’un journaliste, c’est essentiellement de filtrer une masse considérable d’informations : lire des dizaines, des centaines de courriels, regarder les sites internet, regarder ce que racontent les confrères, en fait on est une éponge. Dans un roman amusant d’une autre époque, Nestor Burma est un détective privé qui a un ami journaliste, et qu’il définit comme l’éponge. On est comme les moules, les huîtres, on filtre énormément d’informations pour en retenir, en quelque sorte, la substantifique moelle, et on assume ce choix de curiosité.

Comment choisit-on ses reportages ? Eh bien sur ses critères, on les confronte en conférence de rédaction, c’est vraiment un travail d’intelligence collective, on en discute un peu : « Je pense qu’il faut faire ça… J’ai envie de faire ça … Oui… Non… » selon l’effort disponible, selon l’intérêt, selon les discussions. Il va y avoir l’actualité, qui est quand même notre grand guide. Et puis aussi, on reçoit énormément de propositions d’enquêtes, de reportages, et là on a une discussion collective aussi, sachant que Reporterre, comme tout journal, ne peut prendre qu’un nombre très limité de piges. On publie peu de choses par rapport à tout ce dont on entend parler, on fait une discussion collective pour savoir quelles enquêtes ou quels reportages on va lancer de l’extérieur, puisque l’équipe interne ne peut pas tout faire.

LVSL – Quel est votre but, Hervé Kempf ?

HK : Faire en sorte que la société humaine au XXIe siècle reste en paix. Le but fondamental de la politique c’est d’assumer la conflictualité : l’espèce humaine a cette caractéristique d’entrer en conflit avec elle-même, et faire en sorte que ces conflits ne dégénèrent pas en un affrontement physique, en guerre, c’est ça la politique, fondamentalement. L’humanité est devenue un agent géologique, est devenue en capacité de transformer à ce point son milieu que ce milieu peut lui répondre de manière négative et donc, entraîner – je ne pense pas une destruction de l’humanité – mais en tout cas une dégradation considérable de ses conditions d’existence. Ce qui conduirait, à mon sens, à des affrontements violents, face à des ressources qui deviennent extrêmement rares et dans une humanité qui compte aujourd’hui 7, 8 ou 9 milliards d’habitants, ou qui va les compter.

Au petit niveau, à l’échelle microscopique, nanométrique même, qui est la mienne, comme celle de chaque individu, que cette force nanométrique aille dans un certain sens, et aille dans le sens de :

1- Faire comprendre à nos contemporains de la petite société française que la question écologique est fondamentale ;

2 – Que ça implique des transformations des modes de vie, de la culture, de la politique, de l’économie, tout aussi fondamentaux ;

3 – Que ça ne va pas être facile ;

4 – Que l’enjeu fondamental, c’est d’arriver à être en paix. Je ne sais pas s’il existe une harmonie possible ; en tout cas d’essayer d’éviter que notre destin passe, dans les décennies à venir, dans la gravité d’affrontements qu’on a déjà connu à d’autres époques de l’Histoire et moi, je voudrais éviter ce passage.

LVSL – Pourriez-vous nous livrer trois certitudes que vous vous êtes forgées, tout au long de votre carrière ?

HK : La première idée qui m’est venue, c’est ne jamais se décourager. Je pense que dans toute existence, dans toute expérience humaine on se prend des coups, il y a des batailles à mener, des obstacles, des moments durs, et il ne faut pas se décourager, il ne faut pas lâcher.

La deuxième chose, et c’est directement lié à mon travail de journaliste, c’est de savoir dire non quand on juge que quelque chose est inacceptable. Pour moi, ça a été de refuser de rentrer en conflit très dur – ce qui m’a conduit au chômage au moins deux fois – et c’est refuser ce qui n’est pas cohérent avec mes principes, avec l’honnêteté, avec ce que je pense du journalisme. Ce n’est pas facile, mais si vous êtes dans le même moment au stade du « ne pas se décourager », ça va, on tient bon.

Et le troisième message, que j’ai appris assez récemment, parce que le journalisme est un métier très individualiste, c’est un métier bizarre qui met à la fois l’ego très en avant, mais qui se joue dans un collectif, toujours. Un bon journaliste est rarement un journaliste tout seul, même quasiment jamais. Il y a quelques exceptions, et on se demande même… Un bon journaliste est toujours dans le cadre d’un journal, d’une équipe. Il y a toujours cet équilibre difficile à trouver entre l’ego et le travail collectif. J’ai travaillé treize ans dans un journal très intéressant, mais qui survalorisait les egos des gens, et là, depuis que je suis à Reporterre avec – et j’ai eu du mal, au début ! – un raisonnement beaucoup plus collectif, je découvre l’intelligence collective et le fait de se faire confiance. « Tout seul, on va plus vite ; ensemble, on va plus loin ». Apprendre cette intelligence collective, se faire confiance les uns les autres, trouver cet équilibre où il faut, à la fois, que les qualités de chacun s’expriment au mieux, c’est quelque chose de très précieux.

Donc, en résumé, je dirais : ne pas se décourager, savoir dire non, et chercher l’intelligence collective. On n’avance vraiment que si on le fait ensemble.

LVSL – Ces certitudes que vous vous êtes forgées, ou d’autres, comment en traduiriez-vous certaines en politique publique ?

HK : Il faudrait savoir dire aux gens « Écoutez, il faut réduire la consommation matérielle et la consommation énergétique. On ne s’en sortira pas si on ne va pas dans ce sens-là ».

Collectivement, parce que dans un pays comme la France, on est un pays riche, et il faut qu’on sache faire ça. Et ça, d’une certaine manière, c’est savoir dire non à une certaine facilité de l’époque, aux lobbies, à la publicité, à beaucoup de choses.

Travailler ensemble, c’est redonner le vrai sens du collectif, mais je ne sais pas si ça vient d’en-haut ou si ça vient plutôt d’en-bas… L’entreprise néo-libérale à partir des années 80 n’a pas été seulement de développer la politique néo-libérale, de casser le Code du travail, de faire la mondialisation, de faire une réforme fiscale au profit des riches, de libérer les marchés financiers, etc. , même si tout ça a joué. C’est plus profond, c’est une vraie dimension culturelle, il y a une vision du monde qui s’est exprimée dans le capitalisme nouveau, et la formule de Margaret Thatcher « Il n’y a pas de société » est très révélatrice. Il n’y a pas de société dans l’esprit de ces capitalistes, parce qu’en fait, le lien social n’existe pas, il doit se faire à travers le lien du marché, donc le lien de l’échange. Et donc, ça a eu un effet très concret, et très difficile, presque plus pour – j’allais dire – les  jeunes générations, puisque j’arrive à un certain âge, comme on dit. C’est que des liens ou des habitudes de solidarité collective, même dans des sociétés qui pouvaient être très conflictuelles, se sont dissipés, très affaiblis, voire évanouis.

Il y a donc une culture de l’individualisme qui imprègne totalement la société. En termes de politique publique, maintenant, il y a des enjeux très profonds qui consistent à savoir retisser ce vivre-ensemble, cette intelligence collective, dont je parlais tout à l’heure.

LVSL – Quelle devrait être la place de votre discipline, le journalisme, dans la planification de la transition ? À quel niveau votre discipline intervient-elle par rapport à la décision ? Avez-vous déjà imaginé une structure qui permettrait de faciliter cela ?

HK : J’aurais aussi du mal à dire que le journalisme est une discipline, mais je l’ai défini plutôt comme un métier, un savoir-faire, donc on peut considérer que dans tout métier, dans tout savoir-faire, il y a une discipline interne. Dans ce cas-là, on peut accepter le mot… Mais malgré tout, le journalisme restera toujours d’informer. On n’a pas à jouer un rôle dans la planification, puisque le journalisme est aussi, toujours, l’expression de la liberté. Je le vis totalement comme ça, c’est ma valeur cardinale.

On pourrait, au regard de ce que j’ai dit tout à l’heure, et de la ligne directionnelle qu’a un journal comme Reporterre, – et j’aimerais beaucoup que d’autres médias aient ce type de ligne rédactionnelle, dire par exemple, pour faire simple, entre le choix des néo-libéraux qui vont nous dire : « On continue comme avant et c’est la technologie qui va nous sauver », et d’autres qui diraient, même si le mot heurte : « Il faut une planification, une organisation collective des efforts communs pour savoir comment on réduit la consommation matérielle et énergétique, pour permettre une meilleure distribution des richesses et un meilleur bien-être généralisé ». On pourrait être plutôt en empathie avec ce point de vue, mais on garderait toujours un regard de journaliste, c’est-à-dire qu’en aucun cas on ne pourrait être instrumentalisé, même par des gens avec qui on est plutôt en accord. Donc, on ferait notre travail d’information le mieux possible, mais en donnant aussi – parce qu’il y a toujours des choses qui ne vont pas tout à fait bien – le regard de ceux qui ne vont pas, etc.

Donc, je ne sais pas quelle place on aurait, parce que, en tout cas personnellement, je refuserai toujours d’être instrumentalisé.

LVSL – Si un candidat à la présidentielle vous donnait carte blanche pour réaliser son programme en matière d’écologie, quelles propositions concrètes lui feriez-vous ?

HK : Puisqu’on est en France, surtout dans le cadre d’une Vème République qui donne un rôle totalement absurde au président de la République, je dirais au candidat – ou la candidate, parce que j’aimerais bien que ce soit une femme – qu’il ou qu’elle aurait pour premier objectif de sortir de ce système. Il faut sortir de ce présidentialisme qui est maintenant destructeur et il faut d’abord (ou en même temps, je ne sais pas), déconnecter l’élection législative de l’élection présidentielle.

Ce serait vraiment la première chose que j’aimerais dire, mais je pense que je n’aurais pas à le faire, parce qu’une fois de plus, des candidats et candidates, des politiques vont arriver, des partis le disent déjà, ils ont bien raison.

On ne peut pas faire une transition écologique si on ne refonde pas les instruments de la délibération collective et de l’effort commun. Quand on va dire qu’il faut diminuer la consommation matérielle et énergétique pour vivre mieux, il va falloir y réfléchir et le décider en commun, par une redistribution des richesses, parce qu’évidemment, on ne va pas demander le même effort, ou le même engagement aux classes moyennes, aux gens qui sont pauvres, et à ceux qui sont tout en haut… Ceux qui sont tout en haut, il faut vraiment les faire descendre de leur échelle et redistribuer la richesse pour aller collectivement dans cet effort. Cela, ça passe entre autres par des instruments politiques, qui s’appellent les institutions, et donc la question institutionnelle est tout à fait liée aux formes de transactions écologiques que l’on veut engager.

LVSL – Êtes-vous en lien avec des spécialistes d’autres disciplines ? Si oui, comment travaillez-vous ensemble ?

HK : Pour nous, ce sont des sources d’information, en fait. Nous travaillons ensemble. Quel est le rôle d’un média ? C’est de donner la parole, de faire connaître, de mettre la lumière sur des gens qui ne sont pas assez connus, ou qui font quelque chose de très utile.

LVSL – Êtes-vous plutôt optimiste ou pessimiste quant à la faculté de l’humanité à relever le défi climatique ?

HK : Je ne me pose absolument pas cette question. Le dernier bouquin que j’ai écrit s’appelle Tout est prêt pour que tout empire, sous-titré 12 leçons pour éviter la catastrophe.

La question de l’optimisme ou du pessimisme n’est pas, pour moi, une question très intéressante.

Si on regarde en tant qu’écologiste, du moins en tant que personne qui prête une attention constante à ce que nous apprennent les scientifiques, les naturalistes, et par les observations que chacun peut faire maintenant, on ne peut qu’être catastrophé… Si on voit les informations sur le climat, sur la disparition des insectes, sur la biodiversité, sur l’évolution des paysages, qui, dans un pays comme la France, est surprenante, on ne peut qu’être absolument pessimiste.

Et puis après, on est vivant, on est jeune, ou moins jeune, peu importe… On a de l’énergie, il y a tellement de belles choses qui se font, tellement de belles alternatives, tellement de gens en ce moment qui se bagarrent, il vaut mieux se dire qu’on est ensemble. L’énergie collective, et les bons moments passés ensemble, et les victoires que parfois on remporte, même si elles sont ponctuelles ou parcellaires, ça donne de l’énergie, ça donne le moyen d’être ensemble. Et, quelque part, cette joie collective va irradier, elle va se transmettre.

L’époque est au fatalisme, elle est de dire que l’idée d’effondrement est très largement partagée. Maintenant, il n’y a plus que les riches, les Bolloré, les Arnault, les Macron qui n’y croient pas, mais le corps social a vraiment intégré ça. Mais les gens pensent qu’on ne peut pas changer. Il y a une formule de Žižek qui dit que les gens ont plus de facilité à croire à la fin ou à la destruction de la planète, qu’à la fin du capitalisme, et il a totalement raison, on en est là. Alors qu’en fait, ce fatalisme du capitalisme, c’est-à-dire du système destructeur actuel, on peut le renverser. Et donc si on a des îlots, qui se mettent en archipel, qui, sur tel ou tel point, arrivent à faire des choses en commun, à gagner des batailles, ils vont donner confiance aux autres. Il faut aller relativement vite, mais peu à peu, ça peut entraîner. Donc, en ce sens-là, je ne suis ni optimiste ni pessimiste, je ne sais pas si cet archipel va se faire.

Nous, nous avons un poste d’observation qui, à la fois, nous fait regarder avec beaucoup d’attention tous les symptômes de l’effondrement, de la crise, et qui en même temps nous fait voir toutes les semences, tous les germes de l’énergie et de l’épanouissement.

Retrouvez l’ensemble des épisodes de Les Armes de la Transition dans le dossier suivant (écrit) :

Et sur YouTube (vidéo) :

 

AIDEZ-NOUS À GRANDIR

Le Vent Se Lève n'existe que grâce au soutien de sa communauté de lecteurs.
Si vous aimez notre travail, faites un don à l'association, votre soutien est précieux.

Faire un don

  •  
  •  
  •  
  •  
  •