Alain Gras : « Je suis pour une électricité à la mesure de ce dont on a besoin »

Envoyé par A. Gras
Alain Gras lors d’une conférence à Valencia, Espagne.

L’électricité est souvent considérée comme une solution miracle face aux changements climatiques. Décrite comme propre et durable, nombre de personnalités la pensent comme une alternative concrète aux énergies fossiles. Nous avons interrogé le chercheur Alain Gras, spécialiste des techniques et fondateur du centre d’études des techniques, des connaissances et des pratiques. Dans son dernier livre La Servitude électrique, du rêve de liberté à la prison numérique qu’il signe avec Gérard Dubey, il nous invite à réfléchir et à penser la relation malsaine qu’entretiennent nos sociétés avec l’électricité et notre rapport à la consommation énergétique.

LVSL – Vous montrez dans votre livre que depuis son invention, l’électricité est perçue comme une énergie propre, presque « magique ». Quelles sont les conséquences de ce discours, qui n’a que très peu évolué depuis plusieurs siècles ?

Alain Gras – La « fée électricité » est un terme inventé lors de l’exposition universelle de 1889. L’idée de magie conférée à cette technique était déjà présente chez les alchimistes du XVIIIe siècle. Le seul courant électrique que l’on connaît est la foudre, apanage des dieux, de Jupiter dans le cas des Romains et de Taranis chez les Gaulois. Tous les premiers dieux de l’espace indo-européen possèdent la foudre comme pouvoir suprême.

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter