Au salon de l’agriculture : le modèle français face à ses condradictions

©Clément Tissot pour Le Vent Se Lève

Grand rendez vous annuel du monde agricole, le salon de l’agriculture se veut un panorama des réussites de l’agriculture française. Pourtant, au-delà des slogans et des sourires vendeurs, l’édition 2019 a surtout été l’occasion de constater la déliquescence du modèle français, qui plus que jamais se cherche sans parvenir à surmonter ses contradictions.

Le salon de l’agriculture est une institution nationale. Il incarne le goût français pour les bonnes choses. Il entretien la lyrique rurale d’un pays attaché à ses territoires, à ses produits, à ses traditions. C’est aussi un vitrine commerciale. Car l’agriculture française s’exporte dans le monde entier et doit pour cela se présenter sous son meilleur jour.

Pour toutes ces raisons, on y trouvera peu d’échos directs de la profonde crise que traverse aujourd’hui l’agriculture française. Tout au plus pourra-t-on y voir une borne qui alerte discrètement sur la diminution rapide de la surface cultivable sur le territoire français, seule ombre au tableau qui fait consensus dans la profession. Pour le reste, le sourire règne sous les hangars de la porte de Versailles. Pourtant, nombreux sont les signes qui pointent les incertitudes du modèle français.

L’agriculture conventionnelle sur la défensive

A l’entrée,

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter