Le Brésil se prépare aux élections d’octobre

Lula et Dilma Roussef lors de la réélection de cette dernière en 2014 (Fabio Rodrigues Pozzebom/Agência Brasil)

Le Brésil connaît une importante crise politique depuis la destitution de la présidente de gauche Dilma Rousseff, issue du Parti des Travailleurs, en Août 2016. Son éviction, qui s’apparentait à un coup d’État institutionnel dans le cadre du scandale Petrobras, a permis à son remplaçant Michel Temer, inquiété dans plusieurs dossiers de corruption, de mener une politique néo-libérale des plus agressives à l’encontre du peuple brésilien. En Octobre 2018 auront lieu des élections qui seront donc capitales pour l’avenir du pays. Ce scrutin s’inscrit aussi dans une année riche en élections et en possibles changements politiques pour l’Amérique latine puisque en plus du Brésil, des élections présidentielles auront lieu également en Colombie, au Costa Rica, au Paraguay, au Mexique et au Vénézuela.

Dilma et Temer

Les Brésiliens sont las des scandales de corruption à répétition, et ils se sont montrés très combatifs face à la politique destructrice du Président Temer. En avril dernier, pas moins de 40 millions de grévistes étaient dans les rues de tout le pays pour s’opposer à ses projets austéritaires.

Si Dilma Rousseff a été destituée en août 2016, c’est officiellement pour avoir perpétué

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter