Cinquante nuances de Grey ou le consentement bâillonné

https://uccexpress.ie/the-art-of-seduction/
©

Le troisième et dernier volet de la saga érotique à succès Cinquante nuances de Grey a débarqué en salle mercredi 7 février. Une sortie malvenue à l’heure où la parole des femmes se libère face aux violences sexuelles.

Mercredi dernier, des dizaines de milliers de fans étaient attendus dans les salles obscures pour la sortie de Cinquante nuances plus claires, dernier chapitre de la trilogie érotico-SM Cinquante nuances, adaptée des romans éponymes de E.L. James. La saga étant déjà quasi-milliardaire au box-office mondial et ayant totalisé sept millions d’entrées en France, il ne fait aucun doute que le mariage entre Anastasia Steele et Christian Grey sera couronné d’un succès commercial. Et ce, en dépit d’une représentation nauséabonde du consentement, alors que les médias et réseaux sociaux battent au rythme du #MeToo.

Ainsi, si l’adaptation cinématographique euphémise le caractère très violent de certains passages du livre, le message sous-jacent demeure néanmoins le même : une relation violente, sans consentement, peut très bien aboutir à un mariage heureux comme Hollywood sait si bien en vendre.

Une érotisation des relations non-consenties

En 2015 déjà, la sortie au cinéma du premier opus avait

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter