• 3.7K
  •  
  •  
  •  
  •  

Pendant la campagne présidentielle 2017, Emmanuel Macron avait défrayé la chronique par la complaisance sans précédent des médias à son égard, confinant parfois à l’adoration. Très logiquement, une presse bouche bée d’admiration devant le candidat Macron n’est pas subitement devenue une presse violemment critique à l’égard du Président Macron, suite à son élection. Ce que l’on craignait s’est réalisé : la presse, qu’elle soit publique et privée, faillit à son rôle de contre-pouvoir. Elle accepte l’auto-censure, mais aussi une censure d’Etat qui croît de manière inquiétante depuis l’investiture d’Emmanuel Macron.


Une grande partie des titres de la presse privée sont détenus par des amis du pouvoir. S’ils se permettent de temps à autre d’émettre des critiques à l’égard du Président, ils ne se départissent jamais de leur admiration pour Emmanuel Macron. En juin, François Pinault, propriétaire du Point, avait déclaré dans un entretien au Monde que Macron, selon lui, « ne comprenait pas les petites gens » et qu’il craignait que le Président « mène la France vers un système qui oublie les plus modestes ». Le gouvernement n’a pas tardé à riposter par la voix de Benjamin Griveaux, pointant du doigt l’ironie de la situation : un magnat de la presse milliardaire, exilé fiscal, s’intéressait soudainement aux « petites gens ». François Pinault a alors très vite fait le choix de rétro-pédaler pour indiquer qu’il éprouvait une « grande admiration » à l’égard de l’action menée par Emmanuel Macron, regrettant la « polémique excessive » provoquée par ses propos.

Un petit couac finalement assez emblématique du compromis tacite qui lie pouvoir politique, grandes fortunes et détenteurs de titres de presse : on ne s’attaque pas entre nous.

La presse privée, quelque part entre Gala et la Pravda

Ce n’est certes pas dans le Point que l’on trouvera une contestation particulièrement vive du pouvoir et des politiques menées par Emmanuel Macron. Entre autres intellectuels de renom, Bernard-Henri Lévy y tient un bloc-note hebdomadaire, qui oscille entre le tract macroniste et l’homélie dirigée contre les « démagogues », les « populistes » et autres « factieux ».

Le son de cloche n’est pas tellement différent du côté de l’Express, dont les Unes, qui érigent Emmanuel Macron en demi-dieu, oscillent entre Gala et la Pravda.

Cet hebdomadaire est financé par Patrick Drahi, à qui Emmanuel Macron avait facilité le rachat de SFR lorsqu’il était ministre avec un contrat de 14 milliards d’euros. Echange d’amabilités : en octobre 2016, Bernard Mourad, PDG de SFR France (propriété de Patrick Drahi) intégrait l’équipe de campagne du candidat devenu Président. Pourquoi mettre fin à une alliance qui fonctionne si bien ?

L’Obs, Libération et le Monde constituent-t-ils une bouffée d’air frais dans ce magma macronien ? Il suffit de se pencher sur le traitement médiatique que ces journaux effectuent à l’égard des divers mouvements sociaux qui ont scandé l’ère Macron (manifestations contre les ordonnances sur le travail, grèves des cheminots, Gilets Jaunes) pour comprendre qu’il n’en est rien. Les quelques égratignures que ces médias se permettent à l’égard de l’action présidentielle ne sont rien en proportion de la violence qu’ils déchaînent contre ces mouvements sociaux. Un parti-pris qui n’a en dernière instance pas grand chose de surprenant si l’on prend en compte le fait que l’Obs et le Monde sont propriétés de Xavier Niel – qui estimait il y a peu que le Président Macron était à l’origine de « lois fantastiques » – ou que Libération est une propriété du multi-milliardaire Patrick Drahi. Celui-ci, dans un souci de pluralisme, a en effet racheté le journal « de gauche » Libération après avoir racheté le journal « de droite » l’Express.

Si les Unes sont moins dithyrambiques qu’elles ont pu l’être auparavant, les grands n’oublient jamais de réaffirmer publiquement leur soutien au Président.

La complaisance de la presse privée pour le pouvoir en place n’est pas neuve. Ce qui l’est davantage depuis l’investiture d’Emmanuel Macron, ce sont les tentatives de la part de l’exécutif visant à encadrer l’information.

Quand « En Marche » estime être sous-médiatisé

L’année 2018 a débuté sur les chapeaux de roue avec un projet de loi relatif à l’encadrement du traitement médiatique des élections européennes, projet qui a valu au gouvernement des réprimandes de la part du Conseil d’Etat. Ce texte prévoyait de modifier la répartition du temps de parole accordé aux partis dans l’audiovisuel public. Il était projeté que le temps alloué à chaque liste pour les européennes soit proportionnel à la taille du groupe parlementaire de chaque parti. Une telle mesure aurait scandaleusement avantagé les partis qui disposaient des groupes les plus importants en termes d’élus.

Selon les calculs des journalistes de Marianne, la liste LREM aurait pu voir son temps augmenter de 20 minutes à 51 minutes sur les deux heures totales de diffusion de clips de campagne, soit une augmentation de 155 %. Toujours selon Marianne, le groupe Les Républicains serait lui passé de 20 à 32 minutes. A contrario, la France Insoumise aurait quant à elle perdu 18 minutes d’antenne, passant de 20 à 2 minutes.

Cette démarche ne peut que faire sourire lorsqu’on se souvient qu’en juin 2017, En Marche avait saisi le Conseil Constitutionnel concernant la durée des émissions de campagne dans l’optique des élections législatives, protestant contre une supposée sous-médiatisation des candidats macronistes ; c’était avant de pouvoir faire siennes les règles du jeu.

Cette tentative de contrôle de la presse qui s’est soldée par un échec cuisant pour l’exécutif ne constitue pas un cas isolé…

« Cela s’appelle de la communication, pas du journalisme »

En février 2018, Marie Roussel, journaliste de France 3 Hauts-de-France avait publiquement dénoncé le fait qu’elle avait été empêchée de suivre la visite de L’Oréal faite par Edouard Philippe et Bruno Le Maire. Elle avait déploré dans la vidéo présente ci-dessous l’accès à un « joli livret sur papier glacé, avec plein de photos de rouges à lèvres et de shampoings à l’intérieur« . Elle rappelait à la fin de sa vidéo coup de gueule ce qu’était un reporter : « c’est celui qui rend compte » avant de préciser qu’elle n’avait rien vu de la visite car « Matignon et le groupe L’Oréal verrouillent tout ». Cela « s’appelle de la communication, pas du journalisme », concluait-elle.

En février 2018 toujours, la présidence avait choisi de déménager la salle de presse en dehors du Palais de l’Elysée, ce qui avait été perçu par l’Association de la presse présidentielle comme une « entrave à leur travail ».

Dans le même temps, comme le rapporte Acrimed « alors qu’ils tentent de couvrir l’évacuation de la ZAD Notre-Dame des Landes, plusieurs journalistes sont empêchés de travailler par… les forces de l’ordre »

Le communiqué du ministère de l’Intérieur assumait parfaitement ce comportement : « Pour la sécurité de tous, le Ministère de l’Intérieur appelle les équipes de reporters présentes sur place à la responsabilité, en veillant à ne pas se mettre en danger inutilement et à ne pas gêner les manœuvres opérées par la Gendarmerie nationale. Les journalistes sont invités à se rapprocher de la Préfecture de Loire-Atlantique, qui met à leur disposition un espace presse. La Gendarmerie nationale mettra à disposition des rédactions, des photos et vidéos de l’opération libres de droits ».

Quand des amis de Macron prennent la tête de chaînes publiques 

En mars 2018, Bertrand Delais était élu par le Bureau de l’Assemblée Nationale pour prendre la tête de La Chaîne Parlementaire (LCP). La particularité de ce documentariste ? Il est publiquement reconnu comme étant un proche d’Emmanuel Macron. Il a notamment réalisé le documentaire En marche vers l’Elysée, documentaire très complaisant avec le nouveau pouvoir qui avait été diffusé sur France 2 très peu de temps après l’élection.

Parmi les documentaires tournés pendant la campagne, celui-ci avait la particularité de donner la parole au candidat Macron pendant la campagne. Le réalisateur a également publié plusieurs billets sur le HuffPost : contributeur régulier, ses articles traitent de la scène internationale jusqu’en 2017, année à partir de laquelle ils ont globalement tous pour sujet Emmanuel Macron. Les analyses à son égard, on s’en doute, sont globalement très laudatives.

C’est que l’amitié qui unit le Président de la République au Président de la chaîne parlementaire ne date pas d’hier. Les deux hommes se connaissent en fait depuis 2011 ; « à l’époque, on se voyait une fois par mois » avait confié le documentariste au Figaro. Quelqu’un s’étonnera-t-il, après cela, que les intervenants sur LCP ne soient pas des critiques particulièrement acerbes de l’action présidentielle ?

Les nominations pleuvent au royaume de la technocratie… En avril 2018, c’est au tour de Sibyle Veil, camarade de promotion de l’ENA d’Emmanuel Macron d’être nommée présidente de Radio France. Elle avait auparavant travaillé pour Nicolas Sarkozy. S’il ne s’agit pas là directement de la nomination d’une amie comme peut l’être interprétée la nomination de Bertrand Delais, sa nomination témoigne encore une fois de la porosité entre le monde politique et médiatique, censé incarner un « quatrième pouvoir » – dont on voit cependant depuis longtemps qu’il se distingue de moins en moins du premier pouvoir…

Ce rapport instrumental entretenu avec la presse, considérée par l’Elysée comme un relais communicationnel, ne se manifeste jamais mieux que lors des apparitions médiatiques du Président. Le 12 avril 2018, « Emmanuel Macron décide de s’exprimer au cours du JT de 13h de Jean-Pierre Pernaut, sur TF1, dans une école de l’Orne, sélectionnant ainsi son interviewer, et le cadre de l’interview. Trois jours plus tard, il récidive en choisissant cette fois-ci Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin » (Acrimed). Cette vidéo est mise en ligne sur le site de l’Elysée, faisant de cet entretien de plus d’une heure dans la presse un support de communication. Il avait lui-même choisi l’interviewer et le lieu où se déroulerait l’interview à savoir une école dans l’Orne. Le 15 avril, il fait le choix d’être interviewé par Edwy Plenel et Jean-Jacques Bourdin.

La loi fake news : une tentative d’institutionnalisation de la censure

En mai 2018, la proposition de loi sur le secret des affaires était adoptée malgré la méfiance et les critiques de personnalités politiques et de journalistes qui voient en elle un « outil de censure inédit ». Le Conseil Constitutionnel avait été saisi par 120 élus de la France Insoumise, du Parti Socialiste et du Parti Communiste.

Ce texte qui constitue en fait la transposition d’une directive européenne permet dorénavant de lancer des poursuites judiciaires à l’encontre – entre autres – de journalistes qui enquêteraient ou agiraient tels des lanceurs d’alerte.

En juin 2018, c’est une proposition de loi très contestée, la loi « fake news », qui a pris forme. Cette loi a été adoptée dans la nuit du 9 au 10 octobre. Depuis le vote de cette loi, les juge des référés peuvent désormais être saisis pour faire cesser la diffusion d’informations considérées comme « fausses » (« fake ») pendant les trois mois qui précèdent un scrutin. De même, le CSA pourra ordonner la suspension de la diffusion « d’un service contrôlé par un Etat étranger », s’il « diffuse de façon délibérée de fausses informations de nature à altérer la sincérité d’un scrutin ».

Cette loi n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes. Que l’on considère d’abord la difficulté qu’il y a à trouver une définition relativement consensuelle de « fake news ». C’est la question de l’objectivité de l’information qui se pose : quelle différence entre une vraie et une fausse information ? Quel critère d’objectivité permet de distinguer entre une « fake news » et une information vérifiée ? Quelle dose de subjectivité humaine intervient dans le processus de sélection et de construction des informations ? Ces questions épineuses sont tout simplement ignorées par les partisans de la « loi fake news ».

Cette loi intervient dans un contexte de chasse aux « fake news » lancée par les entreprises multinationales et les grands médias aux mains de capitaux privés. à quelques semaines de la présidentielle, Facebook avait signé un partenariat avec 8 médias français privés, destiné à « fact-checker » l’information – autrement dit, à censurer les informations considérées comme des « fausses nouvelles ». Les réseaux sociaux, dont on avait pu penser un temps qu’ils constituaient un espace de liberté par rapport à la presse privée dominée par le pouvoir de l’argent, risquent à leur tour de voir leur contenu régulé par le pouvoir de l’argent.

La paille et la poutre

Lors de l’affaire Benalla, Emmanuel Macron fustigeait « une presse qui ne cherche plus la vérité », « un pouvoir médiatique qui veut devenir un pouvoir judiciaire ». Le Président Macron prenait ainsi le contre-pied du candidat Macron, qui en pleine affaire Fillon avait appelé celui-ci à respecter le pouvoir judiciaire et médiatique, affirmant « qu’on ne peut pas prétendre présider la France en étant contre tous les contre-pouvoirs« . Le voilà donc à attaquer la presse avec les mêmes armes qu’il conspuait pendant les élections.

Les dernières semaines ont vu un accroissement inquiétant des violences perpétrées par les forces de l’ordre contre les journalistes qui cherchaient à couvrir les manifestations de Gilets Jaunes. Ce ne sont pas moins de vingt-quatre journalistes et photographes qui ont annoncé vouloir porter plainte pour violences policières suite au traitement dont ils ont été victimes durant la journée du 8 décembre.

Depuis quelques mois, les médias français sont sujets à un encadrement toujours plus important de la part de l’exécutif, auquel s’est ajouté, ces dernières semaines, une répression policière accrue contre les journalistes et reporters.

Sous couvert de vouloir contrôler l’information, et en filigrane de lutter contre certains médias comme Russia Today (RT), accusés de propager des fake news pour déstabiliser le pouvoir, c’est l’ensemble de la presse qui voit planer au-dessus de sa tête une épée de Damoclès.


  • 3.7K
  •  
  •  
  •  
  •