David Djaiz : « La guerre civile n’aura pas lieu »

©Guillaume Caignaert

David Djaiz est essayiste et haut fonctionnaire. En 2017, il publiait La guerre civile n’aura pas lieu, ouvrage qui portait sur la montée des discours de guerre civile liés à l’islamisme. À la suite des dernières attaques et de la décapitation de Samuel Paty, et en cet anniversaire des attentats du Bataclan, nous avons voulu l’interroger sur l’actualité de ce phénomène et sur les douloureux débats qui traversent la société française.

LVSL – La France sort de plusieurs semaines d’intenses débats sur l’islam, les caricatures et la laïcité. La séquence semble comparable à celle de Charlie Hebdo en 2015. À l’époque, contre les thuriféraires de l’affrontement, vous aviez publié La guerre civile n’aura pas lieu. La situation a-t-elle changé ?

David Djaiz – J’ai écrit La guerre civile n’aura pas lieu parce que j’avais le sentiment d’un manque très profond. Quelque chose m’étouffait… Il y avait une sorte de non-dit énorme. Mohamed Merah était Français. Les Frères Kouachi aussi, et la plupart des assaillants du 13 novembre 2015 étaient Belges ou Français. Il y avait quelque chose qui me sautait à la figure. Bon sang, que se passe-t-il pour que des gamins qui ont grandi dans notre société en viennent à commettre

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter