“Il faut déconstruire le récit du Front national.” Entretien avec Marine Tondelier

Photo transmise par Marine Tondelier

Membre d’Europe-Écologie-Les-Verts (EELV), Marine Tondelier est élue d’opposition depuis mars 2014 au conseil municipal d’Hénin-Beaumont, dirigé par un maire frontiste Steeve Briois, et terre de prédilection de Marine Le Pen. Elle a écrit en 2017 Nouvelles du Front, livre dans lequel elle dénonce la gestion municipale par le Front national. Présente à notre Université d’été pour un débat sur l’état des lieux de l’extrême-droite en France, elle a accepté de répondre à quelques questions plus précises sur son parcours et son expérience d’élue d’opposition dans une ville tenue par l’extrême-droite.

LVSL – Lors des élections municipales de 2014, vous figuriez donc dans la liste d’union soutenue par le PS, EELV, le PRG et le PCF-Front de gauche. Malgré cette large union des forces de gauche, vous n’avez récolté que 32 % des voix, de telle sorte que le FN a été élu dès le premier tour, avec 50,25 %. Qu’avez-vous ressenti à l’annonce de ces résultats ?

Marine Tondelier – Cette élection a été un coup de massue énorme car nous savions qu’il était probable que l’on perde, mais nous ne nous attendions pas à ce que ça soit dès le premier tour. Il faut d’ailleurs rappeler

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter