• 345
  •  
  •  
  •  
  •  

Alors que la France prend du retard sur son plan de transition énergétique, le Portugal a vécu à plus de 100% d’énergies renouvelables durant le mois de mars. Une différence de trajectoire frappante qui fait émerger encore un peu plus l’incohérence du gouvernement Macron par rapport à sa communication en matière d’écologie… et fait mentir les lobbyistes du « nucléaire indépassable ». Ce constat survient au moment où l’Agence Internationale de l’Énergie évoque un déclin de la production pétrolière pour 2020. Nous nous sommes rendus à Madère pour enquêter. Quel est donc le secret lusitanien pour une transition énergétique réussie ?


Au mois de mars 2018, le Portugal a produit 103,6% d’énergies renouvelables. Ce record fut permis par les très bonnes conditions météorologiques : du vent pour les éoliennes et des pluies pour les barrages. Cela ne veut pas dire que le pays s’est complètement passé d’énergies fossiles sur cette

Bilan de production électrique portugaise, mars 2018 – Redes Energéticas Nacionais

période, à cause de l’intermittence des renouvelables. 60% du temps, la production de ces dernières excédait la consommation.  Le reste du temps, il a fallu compléter avec des centrales thermiques, d’où la composition du bilan ci-contre. Mais ce qu’il faut en retenir, c’est que l’ancienne Lusitanie possède une puissance renouvelable potentiellement  supérieure à ses besoins. En toute logique, si

l’État décidait par exemple de multiplier et diversifier ces installations (par exemple avec plus de solaire), le pays aurait suffisamment de marge pour se passer totalement des fossiles.

Avec le Danemark, l’Islande et la Norvège, le Portugal rejoint le club des pays ayant une puissance installée renouvelable supérieure à leurs besoins. En moyenne, le pays en produit déjà 55,5% (2016) et vise les 100% en 2040. Les objectifs européens, fixés initialement à 35% pour 2030 par le Parlement Européen, ont été revus à la baisse par le Conseil des ministres : 27%. La France est déjà en retard sur cet objectif : la production actuelle est de 15,2% et atteindre les 20% en 2020, comme annoncé lors de la COP21, semble désormais compliqué.

Alors pourquoi ces écarts entre France et Portugal ? Traduisent-ils une différence de potentiel physique ? Où s’agit-il, comme souvent, d’une différence de volonté politique ? À Madère, petite île portugaise au large du Maroc, la transition énergétique va bon train.  Rui Rebelo, président de la compagnie publique Electricidade da Madeira, nous explique sa démarche et ses difficultés. Il nous a reçu au siège de l’entreprise, à Funchal, capitale régionale et ville originelle du célèbre footballeur Cristiano Ronaldo.

 

Madère, une petite île aux grandes ambitions

 

« Pendant la crise de 2007-2008, les pays dépendants des importations pétrolières ont davantage subi la crise que les autres, en raison de l’augmentation des prix des hydrocarbures ». Partant de ce constat, M. Rebelo continue. À cette époque, l’île comptait « seulement » 15% d’énergies renouvelables (EnR) dans son mix énergétique (des petites centrales hydrauliques de montagne). Elle payait cher le fonctionnement des centrales thermiques, d’autant que les mesures de rigueur budgétaire imposées par Bruxelles au Portugal ont touché sévèrement son économie. Le déclic fut donc essentiellement une question financière.

Les éoliennes du plateau de Calheta, Madère

Aujourd’hui, la part des EnR est montée à 30% en moyenne annuelle, avec des pics à 62% pendant certains mois. L’hydraulique et l’éolien en produisent, à parts égales, 73%. La transition de Madère est déjà planifiée sur 15 ans et les budgets sont là. Le grand barrage de Calheta, sur les hauteurs de l’île, est quasiment terminé. Il devrait porter de 30 à 39% la part des EnR dans le mix électrique. Cet ouvrage permettra aussi de stocker de l’énergie, sous forme d’eau. En effet, quand la production éolienne sera supérieure aux besoins, l’eau sera repompée dans le barrage. Elle sera moulinée ensuite, pour répondre aux besoins.

Ce principe a été développé localement par Mario Jardim Fernandes, un ingénieur désormais administrateur de l’Electricidade da Madeira. En 2007, il est récompensé par la Commission Européenne pour la centrale de Soccordios, dans laquelle il a installé un dispositif innovant pour mouliner et repomper l’eau d’un barrage avec le même tuyau.

Grâce aux barrages réversibles, non seulement l’eau est mieux gérée, mais l’énergie est stockée pour des durées parfois assez longues (d’un jour sur l’autre pour les petits barrages, d’un mois sur l’autre pour les grands). En France, une telle gestion d’ensemble du réseau pourrait être mise à mal par la privatisation de l’hydroélectrique.

Schéma d’une centrale réversible, Nick Davis, Power electric news

Ensuite, des centrales solaires seront installées pour porter à 50% ce taux en 2022.  Pour ne pas dégrader le paysage et ne pas décourager le tourisme (activité principale de l’île : 1 million de touristes par an, pour une population de 270 000 habitants, 20% du PIB), le choix s’est porté sur une dizaine de petites centrales éparses (5-7MW). Ce choix garantit aussi une certaine résilience par rapport à la météo sur une ile caractérisée par ses microclimats. Une ou deux grandes centrales auraient certes couté moins cher, mais auraient suscité de la « non-acceptation sociale » et fait peser le risque d’être intégralement masqué par les nuages. Pour passer à 70% d’EnR en 2030, des travaux d’études pour l’installation de géothermie vont débuter.

En parallèle de ces plans de développement, des efforts sont réalisés quant à l’efficacité énergétique (isolation, lutte contre le gaspillage…). Cependant, c’est bien la problématique du stockage qui fait l’objet d’efforts particuliers. Sans cela, il est inutile de multiplier les unités de production. En plus du stockage sous forme d’eau dans les barrages, des batteries classiques sont en cours d’installation à Funchal pour une capacité de stockage de 20 MW en 2020 (soit 4,5% de la consommation de l’ile).

Mais il ne faut pas confondre consommation d’énergie et consommation d’électricité. « 50% de l’énergie consommée sur l’ile l’est par le transport (carburants). C’est pourquoi nous voulons permettre un essor rapide des véhicules électriques ». Paradoxalement, une multiplication des voitures électriques signifie plus de consommation d’électricité, mais selon M. Rebelo,  c’est justement une opportunité.  La batterie d’une voiture électrique pourrait représenter un moyen de stockage, au sein d’un « smart grid » (réseau intelligent). Elle pourrait être rechargée la nuit, lorsque personne ne consomme, et en fournir aux heures de pointe si elle n’est pas utilisée. Le constructeur Renault est d’ailleurs très engagé sur le dossier et aimerait faire de Madère une vitrine verte.

Ce foisonnement de projets en inspire d’autres. Dans le but de favoriser l’économie circulaire et de réduire les émissions de CO2 issues de la centrale thermique de l’ile voisine de Porto Santo, un projet pionnier a vu le jour en 2018. Il s’agit d’un système visant à dévier les fumées riches en CO2 vers des bassins où sont cultivées des algues alimentaires à haute valeur ajoutée. 60 tonnes de CO2 sont ainsi captées chaque année.

L’exemple de Madère est intéressant à plusieurs titres. Il montre qu’une politique volontariste et bien planifiée de sortie des énergies carbonées porte ses fruits. De plus, la topographie de l’île se retrouve dans beaucoup de territoires côtiers en Europe. Les solutions techniques qui y sont appliquées sont donc en partie « démocratisables ». Le Portugal dans son ensemble, bien plus vaste et géographiquement diversifié que Madère, fait mentir ceux qui avanceraient qu’un pays comme la France n’a pas assez de potentiel renouvelable. Dès lors, nous pouvons être assurés, encore une fois, que la transition énergétique n’est largement qu’une question de volonté politique.

 

A échelle mondiale, la part des EnR augmente lentement, le prix du pétrole très rapidement…

 

Volonté politique n’est d’ailleurs pas forcément le terme le plus adéquat. Une volonté « stratégique » conviendrait mieux dans une période où le prix du pétrole augmente. L’embargo sur la production iranienne, voulu par les États-Unis, et encouragé par plusieurs membres de l’OPEP, a déjà des répercussions sur le prix du baril. Mi-mai, il dépassait les 80$, soit +40% en un an.

La demande globale d’énergie a augmenté de 2,1% en 2018, plus de deux fois la moyenne des cinq précédentes années (+0,9%/an). Cette augmentation a été satisfaite à 72% par les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel) contre un quart pour les énergies renouvelables. La demande mondiale de pétrole devrait augmenter de 1,5 million de barils (mb) par rapport à 2017, soit une hausse de 1,5%  (le monde consomme 98 millions de barils par jours). L’Iran exporte 2,1 mb/j, dont plus de 1,5 mb/j en Asie. Les analystes estiment entre 0,15 mb/j et 0,5 mb/j le recul probable des exportations iraniennes d’ici fin 2018. Cela peut sembler peu, mais c’est suffisant pour déstabiliser le marché.

La géopolitique n’explique cependant pas le plus important : la fin des réserves géologiques. Le pic de production pétrolière conventionnelle a été atteint en 2005. C’est désormais le pétrole non conventionnel (huiles de schiste et sables bitumineux) qui permet de satisfaire la demande en plus.

Chaque année, 2 millions de barils ne sont plus produits pour cause de fermeture de puits vides. Résultat : avec une demande annuelle moyenne en hausse de 1 mb/j, il faut chaque année produire 3 millions de barils supplémentaires. À ce rythme-là, c’est l’équivalent de la production de l’Arabie saoudite (premier producteur mondial avec 11,5 mb/j) qu’il faut trouver en plus tous les 3-4 ans. L’augmentation de la demande est fournie à 80% par les États-Unis qui se sont récemment mis à produire massivement du pétrole de schiste. Mais pour combien de temps encore ? Le pétrole de schiste se trouve dans des petites poches qui s’épuisent très rapidement, ce qui veut dire qu’il faut toujours construire de nouveaux puits, ce qui coûte cher et pollue beaucoup. Il est donc fort probable que cette production effrénée connaisse quelques ralentissements.

Selon l’Agence internationale de l’énergie, le pic de production totale (tous types de pétroles) aura lieu dans 2 ans… en 2020. Dès lors, les prix devraient flamber rapidement, handicapant lourdement les pays n’ayant pas opéré leur transition énergétique.

Au niveau mondial, la production électrique issue d’énergies renouvelables a grimpé en 2017 de 6,3% (36% pour l’éolien, 27% pour le solaire photovoltaïque, 22% pour l’hydraulique, 12% pour les « bioénergies »…) À eux seuls, les États-Unis et la Chine ont représenté 50% de cette augmentation, devant l’Union européenne (8%), l’Inde et le Japon (6% chacun).

L’Europe et la France accusent donc un retard certain par rapport aux autres nations. Ni la COP21 ni le « On planet Summit » ne semble produire d’effets accélérateurs. C’est la faillite d’une vision libérale de la transition écologique. Au pays d’Areva, la main invisible du marché attend encore un saut technologique qui permettrait aux EnR de devenir un investissement à 15% de rendement par trimestre. À ce rythme-là, nous ne sommes pas près de rester sous la barre de 2 degrés.

 

© photo de couverture : NASA


  • 345
  •  
  •  
  •  
  •