Équateur : après quatre ans de répression judiciaire, le retour à un ordre démocratique ?

© Vanessa Jarrín

Depuis plusieurs années, Le Vent Se Lève analyse régulièrement l’évolution de la situation politique de l’Équateur. Tête de pont de la lutte contre le néolibéralisme sous le mandat de Rafael Correa, ce pays a connu un grand retour dans le giron de l’orthodoxie depuis l’élection de Lenín Moreno en 2017. Ce 11 avril se joue une élection déterminante pour son avenir, qui oppose Andrés Arauz, successeur politique de Rafael Correa, à Guillermo Lasso, banquier libéral et pro-américain. Nous publions cette tribune de David Adler, coordinateur général de l’Internationale progressiste, traduite par Amélie Bonot et Antoine Gaboriau. L’Internationale progressiste compte au nombre des observateurs internationaux présents en Équateur pour surveiller le bon déroulement du scrutin.

Le 11 avril, le peuple équatorien votera une dernière fois pour élire le prochain président du pays. Mais alors que nous approchons du second tour de l’élection présidentielle équatorienne, les attaques contre son processus électoral s’intensifient rapidement.

Au cours du dernier mois, nous avons assisté à des appels à un coup d’État militaire, qui ont été publiés dans les journaux les plus populaires d’Équateur, à des tentatives de disqualification des candidats par de fausses accusations de fraude et, de confiscation des bases de données de vote pour un « audit » illégal des résultats du premier tour.

Ces tactiques sont conçues non seulement pour défier les institutions démocratiques de l’Équateur, mais aussi pour être exportées. Alors que la démocratie en Amérique latine est à un point de basculement, les élections équatoriennes devraient envoyer un signal à travers la région : retour de la souveraineté populaire ou continuation de la guerre légale.

Ndlr : depuis trois ans, les partisans de l’ex-président Rafael Correa subissent une série d’accusations judiciaires qui les privent la plupart du temps du droit d’exercer des fonctions politiques. Ils qualifient de guerre légale (en anglais lawfare) cette judiciarisation de la politique. Vincent Arpoulet analysait ce phénomène il y a deux ans pour LVSL, dans un article intitulé « Le pouvoir judiciaire, meilleur allié du néolibéralisme en Amérique latine : le cas équatorien ».

Les élections présidentielles en Équateur arrivent dans un contexte de grave crise économique, sociale et politique. La mauvaise gestion de la pandémie de Covid-19 a dévasté les communautés à travers le pays, les taux de pauvreté ayant grimpé de plus de 10 pour cent depuis le début de la pandémie et la production économique ayant chuté de plus de 10 pour cent sur la même période. Les médecins équatoriens signalent aujourd’hui un pic important de cas de Covid-19, qui vient s’ajouter à un nombre de décès parmi les plus élevés de la région.

Entre-temps, le gouvernement Moreno a été secoué par un scandale sur les vaccins. Certains de ses membres ont en effet été pris en flagrant délit de distribution prioritaire de vaccins à leurs amis – riches et puissants. Une vague de démissions du gouvernement Moreno a suivi, alimentant le mécontentement à l’égard d’un président qui figurait déjà parmi les responsables politiques les moins populaires de l’histoire de l’Équateur, avec un taux d’approbation très bas, à 7%.

Les élections du 11 avril représentent donc une occasion cruciale pour le peuple équatorien de réclamer les droits constitutionnels qui leur ont été niés par le gouvernement Moreno : droit à la santé, à un travail décent, à la souveraineté populaire… Moreno et ses alliés du Fonds monétaire international ont menacé l’ensemble des droits fondamentaux avec leur programme agressif d’austérité, de libéralisation et de privatisation. L’enjeu de cette élection pour tous les citoyens équatoriens ne pourrait revêtir une plus grande importance.

Mais une série d’acteurs politiques conspirent maintenant contre la population. Au cours des dernières semaines, nous avons une fois de plus assisté à des tentatives d’ingérence et d’atteinte à l’intégrité du processus électoral de la part d’acteurs situés à l’intérieur et à l’extérieur de l’Équateur.

Recevez nos derniers articles

En Équateur, le Bureau du Procureur et le Bureau du Contrôleur se sont unis pour attaquer le Conseil national électoral avec de fausses accusations de fraude électorale, demandant la confiscation de ses bases de données numériques et l’annulation du décompte des voix du premier tour.

En dehors de l’Équateur, le procureur général de Colombie s’est associé au bureau du procureur pour attaquer le candidat Andrés Arauz avec des mensonges absurdes concernant un prêt des guérilleros de l’Armée de Libération Nationale à sa campagne présidentielle.

C’est pour cette raison que l’Internationale Progressiste se mobilise à nouveau en Équateur. Lors du premier tour de ces élections, les délégations d’observation internationales comme la nôtre ont joué un rôle essentiel pour résister à ces pressions anti démocratiques. Aujourd’hui, une fois de plus, réunissant des parlementaires et des spécialistes des données du monde entier, notre délégation va parcourir le pays pour contribuer à garantir des élections libres, équitables et transparentes.

Notre délégation ne se fait aucune illusion sur l’ampleur de cette tâche. Nous avons été attaqués dans la presse, accusés de fraude et menacés d’expulsion du pays. Mais nous reconnaissons également les enjeux mondiaux de la lutte de l’Équateur et nous nous inspirons du courage du peuple équatorien pour défendre ses droits à la santé, à la dignité et à la souveraineté populaire.