Ernest Renan : « Qu’est-ce qu’une nation ? »

Le 11 mars 1882, Ernest Renan prononce en Sorbonne une conférence demeurée célèbre. Dans son intervention, il s’attache à définir la conception française de la nation, laquelle ne peut être confondue ni avec la « race », ni avec la religion, ni avec la géographie ou la langue. « Une nation est une âme, un principe spirituel » écrit-il, elle est « une grande solidarité, constituée par le sentiment des sacrifices qu’on a faits et de ceux qu’on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé ; elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune. » Pour notre collection « Les grands textes » nous reproduisons cette conférence dans son intégralité.

Je me propose d’analyser avec vous une idée, claire en apparence, mais qui prête aux plus graves malentendus. Les formes de la société humaine sont des plus variées. Les grandes agglomérations d’hommes à la façon de la Chine, de l’Égypte, de la plus ancienne Babylonie ; ― la tribu à la façon des Hébreux, des Arabes ; ― la cité à la façon d’Athènes et de Sparte ; ― les réunions de pays divers à la manière de l’empire achéménide, de l’empire romain, de l’empire carlovingien ;

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter