Henry Spira et le droit animal, un parcours militant riche en enseignements

Crédits : Rama, Wikimédia Commons

Les bons livres qui peuvent servir de manuel à ceux qui veulent changer le monde sont rares. Clairement, Théorie du tube de dentifrice, du philosophe antispéciste Peter Singer, a sa place sur ces rayons, aux côtés des livres de Saül Alinsky ou de Gene Sharp. Cette biographie du militant américano-belge pour les droits des animaux Henry Spira (1927-1998), est riche de conseils méthodologiques pour gagner des victoires sociales et écologistes. Par Simon Cottin-Marx.

Avant toute chose, Théorie du tube de dentifrice est une bonne histoire, illustrée par de nombreux exemples de campagnes militantes antispécistes. Si l’absence de distance critique n’en fait pas un ouvrage scientifique, le regard très bienveillant que porte l’auteur, Peter Singer, sur son ami Henry Spira (1927-1998) a l’avantage d’offrir un récit cohérent et stimulant.

Le livre permet aussi de comprendre ce qui motive les militants des droits des animaux. En l’occurrence, le programme d’Henry Spira est simple et sans détour : végétarisme, fin de l’expérimentation animale, élimination de tout vêtement et produit issu de peaux d’animaux, abolition des « sports » comme la chasse au cerf et le tir au canard, bannissement de la pêche, etc. Très concrètement, sa position est la suivante :  les animaux ressentent

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter