Les illusions du fédéralisme budgétaire européen – David Cayla

Crédit photo

David Cayla est enseignant-chercheur à l’université d’Angers, membre des Économistes atterrés, Co-auteur avec Coralie Delaume de La fin de l’Union européenne, Michalon (2017).

Thomas Piketty propose un fédéralisme budgétaire qui passerait par la création d’un Parlement de la zone euro. Attrayante sur le papier, cette solution risque bien de s’avérer politiquement inapplicable.

Un spectre hante l’Europe : le spectre du populisme. Face aux menaces de dislocations économiques et politiques du Vieux continent, les dirigeants de l’Union se sont coalisés pour répondre aux multiples crises européennes dont le Brexit n’est pas la moindre. En France, la menace d’un Front national semble interdire tout vrai débat sur l’avenir de l’Union européenne, sujet systématiquement écarté des débats télévisés.

Il existe cependant un petit groupe d’irréductibles intellectuels qui travaillent de manière relativement sérieuse à l’élaboration de projets pour une Union européenne alternative. Citons en particulier les livres de Michel Aglietta et Nicolas Leron, La double démocratie (2017, Le Seuil) et le tout récent petit ouvrage coordonné par Thomas Piketty Pour un traité de démocratisation de l’Europe, (2017, Le Seuil).

Divergences économiques en Europe

Avant de détailler la nature de ces propositions, il convient

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter