Immersion dans une manifestation de droite en Espagne

Entre chants patriotiques et slogans hostiles à Carles Puigdemont, président de la Généralité de Catalogne, les manifestants de la droite anti-indépendantiste en Espagne réaffirment leur demande d’une plus grande fermeté face au gouvernement catalan.

On aura rarement vu autant de drapeaux espagnols à Barcelone. Le jour de la fête nationale, célébrant l’Hispanité à travers la conquête des Amériques, des dizaines de milliers de manifestants hostiles au processus d’indépendance se sont regroupés Place de la Catalogne, à l’appel de la Societat civil Catalana, puissante association conservatrice luttant pour le maintien de l’unité du pays.

Entendant désormais disputer aux séparatistes le monopole de la rue, les militants unionistes, galvanisés par le sucées de la marche du 8 Octobre, multiplient les démonstrations de forces, criant « la calle es nuestra » (la rue est à nous), face à un mouvement indépendantiste qui semble connaître un passage à vide, sonné par la non-déclaration d’indépendance de Puigdemont.

Une droite qui tente de soigner son image

Nous retrouvons Pedro au point fixe de la Societat Civil Catalana, Place d’Espagne. Le jeune militant de vingt ans s’exprime déjà comme un professionnel de la politique, esquivant avec habilité les questions

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter