Inde-Chine : un point de non-retour dans la guerre économique globale ?

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Prime_Minister_of_India_Narendra_Modi_and_President_of_China_Xi_Jinping_before_the_beginning_of_the_2017_BRICS_Leaders%27_meeting.jpg
Poignée de main entre Narendra Modi et Xi-Jinping lors du sommet des BRICS en 2017 © 新華社

Dans la nuit du 15 au 16 juin, une rixe violente entre des soldats des armées chinoises et indiennes, aux conséquences létales, a éclaté dans la vallée himalayenne de Galwan. Alors que New Delhi fait le deuil d’une vingtaine de soldats, la Chine n’a pas souhaité divulguer le nombre de ses victimes. Cette nouvelle confrontation vient fragiliser les relations diplomatiques sino-indiennes déjà mises à rude épreuve à cause d’affrontements passés. Aujourd’hui, malgré une décision commune des gouvernements indiens et chinois de privilégier une résolution pacifique à cet incident, resurgissent à la surface des sentiments nationalistes. Un accroissement des tensions qui ravive d’anciens différends entre la Chine et l’Inde, et s’inscrit dans l’affrontement commercial et stratégique global entre Pékin et Washington. 

Le 5 mai, un groupe de soldats indiens sont missionnés sur les rives du lac Pangong Tso pour s’assurer que l’Armée Populaire de Libération ne s’aventure pas au-delà de la « line of actual control ». Considérée comme un affront par des soldats de l’armée de l’Empire du Milieu et malgré une tentative avortée des chefs des deux armées de trouver un terrain d’entente, la mission de surveillance entraîne dans la nuit du 15 au 16 juin une rixe entre les deux

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter