https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:P1140359_Carnavalet_pont_de_l%27archevêché_en_1848_rwk.JPG
Le pont de l’Archevêché gardé par des troupes durant la révolution de 1848. Auteur inconnu. © Musée Carnavalet
  • 1.2K
  •  
  •  
  •  
  •  

L’élection de Macron en 2017, le mouvement des gilets jaunes, le résultat des européennes en 2019 à Paris : tous ces évènements semblent illustrer un affrontement idéologique, politique et social entre un bloc élitaire et un bloc populaire dans la France du XXIe siècle, selon l’expression de Jérôme Sainte-Marie. Face à cette résurgence de la lutte des classes que la chute de l’URSS et le nouvel esprit du capitalisme (Boltanski, Chiapello, 1999) n’ont pas réussi à clore définitivement, il est opportun de se replonger dans ce que Marx interprétait comme la première bataille moderne entre la bourgeoisie et le prolétariat, les journées de juin en l’an 1848. 1848 apparaît comme l’épilogue d’un cycle de l’Histoire de France débuté en 1815 qui, malgré la chute de l’Empire et la restauration des Bourbons, voit l’aristocratie française perdre l’hégémonie économique et politique au profit de la petite et haute bourgeoisie française tandis que le prolétariat devient de plus en plus nombreux et conscient de sa force matérielle. Ces contradictions de classes explosent dans le sang en juin 1848 à Paris dans une véritable guerre sociale entre les ouvriers parisiens et la bourgeoisie française.


Le 27 janvier 1848, Alexis de Tocqueville, député de la Monarchie constitutionnelle déplore dans un discours célèbre un gouvernement dont l’esprit figé pourrait conduire vers l’abîme la France en déclarant : « Je crois que nous nous endormons sur un volcan ».

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichier:Louis-Philippe,_roi_des_Français.jpg
Louis-Philippe, Roi des Français © François Gérard

Si la monarchie constitutionnelle de Louis-Philippe apparaît à sa création en 1830, après la Révolution des Trois Glorieuses, davantage proche des aspirations libérales du pays que ne l’était la dynastie des Bourbons, le régime reste très inégalitaire en raison de l’élection au suffrage censitaire qui consacre par le vote seulement 250 000 Français, propriétaires et rentiers tandis que sur ce chiffre seulement 58 000 sont éligibles. Au fil des ans, le régime se voit usé par l’impopularité croissante des élites corrompues et taxées d’immoralisme. Ce climat politique en dégradation est en partie lié à l’emprise croissante de la haute bourgeoisie financière sur la Monarchie de Juillet à travers la spéculation et les crises boursières. Marx écrit de façon romancée à propos de la Révolution de 1830 : « Après la révolution de Juillet, lorsque le banquier libéral Laffitte conduisit en triomphe son compère le duc d’Orléans à l’Hôtel de Ville, il laissa échapper ces mots : « Maintenant, le règne des banquiers va commencer. » Laffitte venait de trahir le secret de la révolution ».

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fichier:LedruRollin_by_Mongez.jpg
Alexandre Ledru-Rollin, opposant à Louis-Philippe © Angélique Mongez

Cette brèche politique est élargie par la grande crise économique et commerciale de 1847 qui touche fortement la petite bourgeoisie et les ouvriers. En demande de reconnaissance politique par l’extension du suffrage censitaire et une libéralisation accrue de la société, la petite bourgeoisie devient davantage critique du pouvoir en place. Les artisans, les clercs de notaire seconde zone, les petits fonctionnaires, les boutiquiers parisiens représentent les légions de cette classe. L’écrivain Honoré de Balzac, dans son oeuvre monumentale La Comédie Humaine, a analysé les prétentions hégémoniques de cette petite bourgeoisie de 1815 à 1848 à l’image de romans comme César Birroteau (1839) ou Les Employés (1838), présentant le peuple des boutiquiers parisiens ou des petits fonctionnaires avides de se frayer une promotion sociale et d’obtenir une reconnaissance politique entre le déclin de la noblesse historique et l’essor de la haute bourgeoisie financière et industrielle. Certains membres de cette petite bourgeoisie et des petits propriétaires ruraux se reconnaissent par ailleurs politiquement dans l’héritage de la Grande Révolution de 1789, le suffrage universel et l’idée républicaine en soutenant l’opposant républicain Alexandre Ledru-Rollin et son programme social-démocrate tout en maintenant un attachement à la propriété privée.

D’autre part, dans un contexte d’industrialisation, le prolétariat urbain en expansion est aussi durement frappé par cette crise économique. Cette nouvelle couche populaire se développe en France dans plusieurs villes telles que Lille, Roubaix, Tourcoing, liées à l’industrie du textile ou encore à Saint-Étienne, haut-lieu de l’industrie minière. Mais cette classe est, sous la Monarchie de Juillet, localisée principalement à Paris dans les quartiers de l’est et dans les faubourgs populaires (Faubourg Saint-Antoine, Saint-Marcel) avec des ouvriers travaillant dans les secteurs de la métallurgie, du bâtiment ou encore du luxe. Cette classe paupérisée par une quasi-absence de droit du travail et sans possibilité de se syndiquer ou de se coaliser (Loi Chapellier, décret Allarde) est par ailleurs assimilée en grande partie par la bourgeoisie libérale à une « classe dangereuse » (l’expression vient d’Honoré Antoine Frégier, ouvrage de 1842) qui répand le crime et des comportements immoraux. La peur de la classe ouvrière en développement apparaît dès son expansion, comme en atteste un article de Saint-Marc Girardin qui se désole dans La Revue des Deux Mondes en 1831 que « Les barbares qui menacent la société ne sont point au Caucase ni dans les steppes de la Tartarie ; ils sont dans les faubourgs de nos villes manufacturières ». 

https://juliacgs.blogspot.com/2018/02/louis-blanc-23-de-febrero-de-1848.html
Louis Blanc. © Julia Gómez Sáez

À cette image effrayante s’oppose la réalité. La classe ouvrière est relativement éduquée puisqu’en 1830, 87 % des ouvriers savent lire et écrire. En outre, certains ouvriers s’instruisent politiquement via les clubs tels que la Société des droits de l’Homme, les journaux à l’image de La Ruche populaire, L’Atelier, ou par un intérêt porté au socialisme utopique et ses auteurs que sont Charles Fourier, Pierre Leroux ou encore Louis Blanc. Ce dernier, écrit en 1839 L’organisation du travail, prônant la création d’ateliers sociaux autonomes où le personnel est élu par les ouvriers eux-mêmes. De fait, les ouvriers parisiens, s’ils ne sont pas encore rassemblés dans des grandes exploitations ou usines, commencent à acquérir l’idée d’une conscience commune et d’intérêts convergents, ce que Marx appelle le passage d’une classe en soi à une classe pour soi. Cette classe pour soi s’est par ailleurs déjà manifestée dans la ville de Lyon, très industrialisée grâce au textile, à l’image des deux révoltes des canuts en 1831 et 1834 durement réprimées successivement par le fils de Louis-Philippe, le Duc d’Orléans et par un certain Adolphe Thiers, qui organisera quelques décennies plus tard la répression de la Commune.

La crise économique dynamise alors l’opposition dynastique qui se mobilise à travers la campagne des banquets débutée en 1847 afin d’élargir le suffrage censitaire et de protester contre la corruption de la Monarchie de Juillet. Si cette campagne est usitée pour s’opposer à la politique monarchique, elle ne vise pour autant à l’établissement d’une République. Il est observé en de nombreux endroits des toasts à Louis-Philippe et le paiement d’un droit d’entrée aux banquets limite la fréquentation ouvrière de ces évènements politiques. Pourtant, les appelés à la tribune sont très hétérogènes politiquement : aux libéraux dynastiques à l’image d’Odilon Barrot succèdent des républicains jacobins à l’instar d’Alexandre Ledru-Rollin ou des socialistes comme Louis Blanc. 

L’interdiction d’un banquet dans la capitale en février 1848 voit les organisateurs dépassés. La protestation contre l’interdiction du banquet parisien provoque une révolution spontanée du 22 au 25 février 1848 et débouche sur la démission du ministre conservateur François Guizot et l’abdication de Louis-Philippe. La République est alors proclamée le 25 février 1848 avec dans son gouvernement provisoire des membres du journal Le National (droite républicaine modérée) et des membres du journal La Réforme (républicains à tendance jacobine). Face à la pression populaire lors du choix des membres, on retrouve dans le gouvernement Louis Blanc, socialiste utopique et même un ouvrier Alexandre Martin dit l’« ouvrier Albert » qui devient dans l’histoire de France le premier ouvrier à rentrer dans un gouvernement.

Les illusions de la fraternité : février 1848 ou le conte de fées républicain

La naissance de la République avec la devise « Liberté, Égalité, Fraternité », symbolise ce qu’on pourrait appeler « l’esprit de 48 ». Karl Marx, qui arrive à Paris après la révolution de février écrit dans Les Luttes de classes en France : 

« Le mot qui répondait à cette suppression imaginaire des rapports de classe, c’était la fraternité, la fraternisation et la fraternité universelles. Cette abstraction débonnaire des antagonismes de classes, cet équilibre sentimental des intérêts de classe contradictoires, cette exaltation enthousiaste au-dessus de la lutte de classes, la fraternité, telle fut vraiment la devise de la révolution de Février. ».

Alphonse de Lamartine, célèbre poète romantique, auteur des Méditations et député à fibre sociale sous la monarchie de Juillet devient membre du gouvernement provisoire. Il symbolise plus que tout autre cet esprit de 48 par le lyrisme républicain qui émane de ses discours. Il refuse en outre le 26 février, pour symbole de la jeune République le drapeau rouge pour le drapeau tricolore au nom de la gloire et de la liberté de la patrie devant une foule d’ouvriers conquis. Néanmoins, deux conceptions philosophiques de la République s’opposent rapidement : République libérale et institutionnelle face à la République démocratique et sociale.

Les ouvriers parisiens organisés en délégations professionnelles, en clubs, en sociétés secrètes ont foi en l’avenir et désirent améliorer leurs conditions de vie en révolutionnant l’organisation du travail. Ils se rendent le 28 février à l’Hôtel de Ville, siège du gouvernement provisoire pour appuyer leurs revendications du droit au travail et une nouvelle organisation du travail plus humaine. Face à la pression populaire, Lamartine et le gouvernement provisoire décident de mettre en place une Commission pour les travailleurs au palais du Luxembourg pour canaliser les tensions sociales, avec Louis Blanc comme président, assisté de l’ouvrier Albert. Pourtant cette commission ne dispose d’aucun réel pouvoir. 

Marx ironise sur cette mesure cosmétique : « à côté de la Banque et de la Bourse, s’élevait une synagogue socialiste dont les grands prêtres, Louis Blanc et Albert, avaient pour tâche de découvrir la terre promise, de proclamer le nouvel évangile et d’occuper le prolétariat parisien. Tandis que le Luxembourg cherchait la pierre philosophale, on frappait à l’Hôtel de ville la monnaie ayant cours. ». Cette journée du 28 février est donc un jeu de dupes brillamment orchestré par le gouvernement provisoire.

Face à la crise économique qui n’est pas résolue, de nombreux ouvriers sont au chômage. L’industrie du luxe parisienne réputée à l’échelle européenne occupait une partie importante des ouvriers parisiens. Or, avec la chute de la monarchie de Juillet, le secteur est en plein déclin. Cette situation inquiète grandement le gouvernement provisoire alors que le climat révolutionnaire est loin d’être refroidi. Pierre Marie, ministre des travaux publics, avec l’aval du gouvernement provisoire, décide alors de créer les ateliers nationaux. Cette organisation centralisée et au fonctionnement hiérarchisé, dirigée par l’ingénieur Émile Thomas vise à faire travailler les ouvriers au chômage, toujours plus nombreux, à des travaux de nivellement ou de ravalement en les payant 1,50 franc par jour et en les nourrissant. Rapidement, la confusion s’opère dans l’opinion publique entre le projet des ateliers sociaux de Louis Blanc, discuté à la Commission du Luxembourg avec les délégués ouvriers et cette mesure du gouvernement provisoire que Karl Marx qualifie de « workhouses anglais en plein air ». De nombreux journaux bourgeois se désolent de cette réforme en y voyant la création d’un assistanat organisé. À cela s’ajoutent des caricatures qui représentent des ouvriers qui passent leurs journées à jouer aux cartes et boire du vin en plein air. La France rurale, plus encadrée par les notables et l’Église, taxée d’un impôt de 45 % voue alors une forte haine à l’égard des ouvriers parisiens.

La montée aux extrêmes à Paris

Rapidement les tensions montent entre la bourgeoisie parisienne et les ouvriers lorsqu’un décret du 13 mars fait perdre le monopole de l’élection des officiers aux classes aisées dans la Garde nationale, tandis que le ministre de l’Intérieur Ledru-Rollin ravive une réthorique montagnarde digne de 1793. Le 16 mars, 60 000 gardes nationaux, « les bonnets à poil », issus des quartiers de l’ouest bourgeois manifestent de manière violente devant l’Hôtel de Ville pour un retrait du décret. Le lendemain, le 17 mars, le Paris populaire avec 200 000 manifestants formés des clubs et des corporations viennent manifester devant l’Hôtel de Ville pour afficher un soutien au gouvernement et demander le report des élections. Il y a ensuite un long défilé dans les rues de Paris. Une nouvelle opposition frontale a lieu le 16 avril 1848 lorsqu’a lieu un rassemblement d’ouvriers sur le Champ de Mars pour des élections de la Garde nationale et qui compte se rendre ensuite à l’Hôtel de Ville. Des rumeurs répandent un complot qui vise à envahir l’Hôtel de Ville. 100 000 membres de la Garde nationale des quartiers bourgeois viennent alors défendre le gouvernement provisoire, prêts à faire feu. Cette journée répand une peur du communisme en France et une animosité envers la Commission du Luxembourg et ses projets d’Organisation du travail.

Le 23 avril ont lieu les élections législatives à participation élevée (83 %) où la majorité républicaine modérée l’emporte. L’historien Maurice Agulhon synthétise bien la situation en écrivant : « La France a voté conformément à la ligne de la majorité du gouvernement provisoire : République libérale, sans révolution sociale, ni réaction monarchique ». 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Louis_Marie_Bosredon_-_le_vote_ou_le_fusil.jpg
Le vote ou le fusil

On compte sur 900 députés, 450 Républicains modérés, 200 orléanistes ou Républicains du lendemain qu’on appelle le parti de l’Ordre, 50 légitimistes et 200 Républicains avancés. Ce résultat est en partie lié au fait que les élections ont lieu le dimanche de Pâques dans une France à majorité rurale encadrée par les notables et l’Église. L’estampe Le vote ou le fusil de Marie Louis Bosredon où l’on observe un insurgé qui abandonne son fusil pour mettre son bulletin témoigne de la victoire d’une République institutionnelle contre une République du citoyen engagé en arme. Le journal de l’arrondissement traduit la satisfaction de la bourgeoisie française à la suite des élections, qui peut désormais s’accommoder du suffrage universel : 

« Le suffrage universel, loin de limiter l’influence de la bourgeoisie, l’étend et l’affermit au contraire. L’expérience, les lumières, les connaissances pratiques de la bourgeoisie, lui assurent pour longtemps encore la prépondérance et une influence décisive dans les affaires, dans le gouvernement du pays, en usant de son influence dans l’intérêt de tous, en se faisant le guide et l’initiatrice des classes populaires. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Blanqui,_Auguste.jpg
Auguste Blanqui © Amélie Suzanne Serre

L’Assemblée nationale se réunit le 4 mai, dominée par les Républicains modérés et le parti de l’Ordre. Elle met alors directement en œuvre son désir d’en finir avec les tentations socialistes en excluant du nouveau gouvernement, appelé Commission exécutive, Louis Blanc et l’ouvrier Albert tandis que le montagnard Ledru-Rollin est sauvé de justesse par l’aura de Lamartine. Le 15 mai, lors d’une manifestation populaire en faveur d’une intervention militaire en Pologne, l’Assemblée nationale est envahie dans la confusion. Toutes les grandes figures de révolutionnaires professionnels comme Auguste Blanqui, Raspail, Barbès ayant participé à la manifestation sont arrêtées. Le lendemain, la Commission du Luxembourg est officiellement fermée. Le 7 juin, l’Assemblée vote l’interdiction des attroupements populaires dans la capitale.

Le 20 juin après une première tentative avortée fin mai, les Républicains modérés qui se rapprochent de plus en plus du parti de l’Ordre votent la suppression des ateliers nationaux qui accueillent toujours plus d’ouvriers (117 000 en juin) face à la poursuite de la crise économique. Ils y voient une aberration économique en les surnommant les « rateliers nationaux ». La Commission exécutive y met fin par un décret le lendemain. Ce décret doit envoyer les plus jeunes s’enrôler dans l’armée et les plus vieux réaliser des travaux de terrassement en province.

Juin 1848, la guerre sociale en France

Les ouvriers, après différentes discussions lors de rassemblements improvisés, en concluent qu’ils sont mis devant le fait accompli. Louis Pujol, membre des ateliers nationaux, déclare : « La République démocratique et sociale devait pour toujours soustraire le peuple à la servitude. Aujourd’hui les travailleurs s’aperçoivent qu’ils ont été indignement trompés ; c’est pour vous dire qu’ils sont prêts à faire tous les sacrifices même celui de leur vie, pour le maintien de leurs libertés ».

Lorsque une délégation d’ouvriers des ateliers nationaux vient rencontrer le ministre du Travail Alexandre Marie pour demander des explications, il déclare que si les ouvriers n’acceptent pas la suppression des ateliers nationaux, la force sera employée. La rupture est alors consommée et la guerre sociale devient inévitable.

Ainsi dans l’est parisien, à la fois les hommes et les femmes montent des barricades de manière très stratégique sans l’égide de l’avant garde révolutionnaire, Auguste Blanqui et les autres figures radicales étant en prison depuis la manifestation du 15 mai. Paris est alors divisé en deux camps. Les ouvriers armés inscrivent sur leurs drapeaux les anciennes devises de la révolte des canuts : « Vivre en travaillant ou mourir en combattant ». On note aussi comme inscription : « Vive la République démocratique et sociale ! ».

L’Assemblée nationale nomme le 22 juin Eugène Cavaignac, ancien gouverneur de l’Algérie, commandant en chef de l’Armée et de la Garde nationale et mobile. Cavaignac concentre alors les troupes au lieu d’attaquer directement en faisant venir des gardes nationales des départements limitrophes de Paris. Tocqueville, qui se rend devant les barricades pour encourager les soldats, écrit avec nostalgie :

« Je reconnus avec émotion, parmi eux, des propriétaires, des avocats, des médecins, des cultivateurs, mes amis et mes voisins. Presque toute l’ancienne noblesse du pays avait pris les armes à cette occasion et faisait partie de la colonne. Il en fut ainsi dans presque toute la France. »

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Horace_Vernet-Barricade_rue_Soufflot.jpg
Les journées de Juin 1848 contre la fermeture des Ateliers Nationaux, réprimées par le général Cavaignac. Tableau de Horace Vernet. © Deutsches Historisches Museum

Les combats débutent l’après-midi du 23 juin tandis que le 24 juin les députés Républicains modérés issus du journal Le National et les députés du parti de l’Ordre mettent fin à la Commission exécutive et donnent les pleins pouvoirs à Cavaignac en mettant Paris en état de siège. Cavaignac  devient alors un dictateur au sens antique du terme, mandaté par l’Assemblée nationale pour rétablir l’ordre bourgeois dans la cité parisienne. Tous les moyens sont désormais utilisés pour gagner du terrain sur les insurgés avec l’utilisation de canons, d’obus.

La presse bourgeoise autorisée n’hésite pas à propager les plus folles rumeurs sur ce qu’elle appelle les « factieux » en les taxant de « violeurs », « voleurs », « pilleurs » allant jusqu’à parler d’actes de cannibalisme. Les combats se terminent alors le 26 juin avec la prise du faubourg Saint-Antoine. Les troupes de Cavaignac en supériorité numérique, technique et stratégique l’emportent alors sur la révolte ouvrière

L’historien Patrice Gueniffey estime le bilan humain à 4000 insurgés morts, 1 600 soldats et gardes tués dont 7 généraux, 1500 insurgés raflés et abattus sans jugement après la fin des combats dans ce qu’on pourrait appeler une chasse à l’homme où les gardes mobiles issus des quartiers populaires se donnent à cœur joie à des exécutions sommaires. En ce qui concerne la répression, 11 000 insurgés sont arrêtés et entassés dans des prisons de fortune en attendant d’être jugés. En trop grand nombre, les insurgés arrêtés sont enfermés dans des conditions inhumaines dans des caveaux le long de la Seine, comme les caves du château des Tuileries devant la Garde nationale. Gustave Flaubert décrit dans son roman L’Éducation Sentimentale la violence de la répression aux Tuileries : « Quand les prisonniers s’approchaient d’un soupirail, les gardes nationaux qui étaient de faction, pour les empêcher d’ébranler les grilles fourraient des coups de baïonnette, au hasard, dans le tas. »

Après juin 1848, la suite des évènements voit la fin d’une législation sociale esquissée puis en 1850 la fin du suffrage universel. Les ouvriers ne pardonneront pas à la République le crime de juin 48 et se manifesteront très peu lorsque le 13 juin 1849 face à l’intervention militaire pour défendre le Pape, les montagnards et Ledru-Rollin tentent de s’insurger. Enfin, lors du coup d’État du 2 décembre 1851 par Louis Napoléon Bonaparte, les ouvriers restent en majorité passifs et on compte seulement 70 barricades dans Paris, contrairement aux 1500 barricades érigées en majorité à l’est de Paris en février 1848. Pour désigner les responsables de la mort de la jeune République le 2 décembre 1851 dans son Histoire socialiste, Jean Jaurès écrit : « tuée par l’implacable égoïsme d’une bourgeoisie qui, plutôt que de faire sa part à la réforme sociale, aima mieux laisser peser sur la pensée française l’autoritarisme catholique et sur la vie de la nation le despotisme militaire. »

Les mémoires des journées de juin 1848

Les journées de juin sont aujourd’hui grandement oubliées. Elles sont peu évoquées dans le champ académique ou culturel. Cet événement est aussi rarement ranimé par la classe politique. Sans doute car le moment de juin 48 est une négation de l’idée de peuple et contrecarre un roman national qui tente de fédérer autour d’un peuple uni, fraternel sans clivage de classes. On retrouve enfin de grandes figures de l’opposition républicaine durant le Second Empire comme Victor Hugo ou Edgar Quinet présentes sur les barricades contre les ouvriers, tandis que les députés républicains à fibre sociale se montrent impuissants à empêcher le massacre ouvrier, à l’image d’un Pierre-Joseph Proudhon, désabusé. Occulter les journées de juin, permet ainsi de penser la République de façon monolithique de 1848 jusqu’au coup d’État de Louis Napoléon en 1851, sans y chercher les clivages sociaux qui ont précipité sa chute.

En ce qui concerne, la pensée socialiste, on peut voir les journées de juin comme un tournant où le socialisme utopique est désavoué, à l’image de Louis Blanc qui part en exil à Londres et ne retrouvera jamais son prestige politique. L’idée que la classe prolétarienne doit résoudre ses maux par elle-même va alors s’installer, ce qui préfigure l’hégémonie du socialisme scientifique de Marx et d’Engels.

Jaurès écrit à propos de l’année 1848 pour les ouvriers : « Un éclair d’espérance a traversé leur ciel sombre ; une lueur d’aurore a brillé sur leur horizon et leur a fait entrevoir un avenir de bonheur et d’égalité. Ils ont cru qu’ils allaient le toucher de la main ; et, quoiqu’ils n’aient pu le saisir de leur premier élan, ils ont conservé dans les yeux l’éblouissement de cette vision éphémère et dans le cœur la foi tenace qu’ils l’atteindront un jour ». Le combat de Jaurès est ainsi jusqu’à sa mort tragique en 1914 de retrouver cette espérance d’une République démocratique et sociale écrasée dans le sang en juin 1848.

Pour aller plus loin :

AGULHON Maurice. Nouvelle histoire de la France contemporaine, Tome 8 : 1848 ou l’apprentissage de la République, 1848-1852. Éditions du Seuil. 2002

MARX Karl. Les Luttes de classes en France. Folio Gallimard. 2002

NOIRIEL Gérard. Une histoire populaire de la France. Agone. 2018

RIOT-SARCEY Michèle, GRIBAUDI Maurizio. 1848, la révolution oubliée. La Découverte. 2008

SAINTE-MARIE Jérôme. Bloc contre bloc. Les éditions du Cerf. 2019.

ZANCARINI-FOURNEL Michelle. Les luttes et les rêves. Zones. 2016

AIDEZ-NOUS À GRANDIR

Le Vent Se Lève n'existe que grâce au soutien de sa communauté de lecteurs.
Si vous aimez notre travail, faites un don à l'association, votre soutien est précieux.

Faire un don

  • 1.2K
  •  
  •  
  •  
  •