Juin 1848, la guerre sociale en France

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:P1140359_Carnavalet_pont_de_l%27archevêché_en_1848_rwk.JPG
Le pont de l’Archevêché gardé par des troupes durant la révolution de 1848. Auteur inconnu. © Musée Carnavalet

L’élection de Macron en 2017, le mouvement des gilets jaunes, le résultat des européennes en 2019 à Paris : tous ces évènements semblent illustrer un affrontement idéologique, politique et social entre un bloc élitaire et un bloc populaire dans la France du XXIe siècle, selon l’expression de Jérôme Sainte-Marie. Face à cette résurgence de la lutte des classes que la chute de l’URSS et le nouvel esprit du capitalisme (Boltanski, Chiapello, 1999) n’ont pas réussi à clore définitivement, il est opportun de se replonger dans ce que Marx interprétait comme la première bataille moderne entre la bourgeoisie et le prolétariat, les journées de juin en l’an 1848. 1848 apparaît comme l’épilogue d’un cycle de l’Histoire de France débuté en 1815 qui, malgré la chute de l’Empire et la restauration des Bourbons, voit l’aristocratie française perdre l’hégémonie économique et politique au profit de la petite et haute bourgeoisie française tandis que le prolétariat devient de plus en plus nombreux et conscient de sa force matérielle. Ces contradictions de classes explosent dans le sang en juin 1848 à Paris dans une véritable guerre sociale entre les ouvriers parisiens et la bourgeoisie française.

Le 27 janvier 1848, Alexis de Tocqueville, député de

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter