“L’UE souffre d’un déficit de démocratie comme un astronaute sur la Lune souffre d’un déficit d’oxygène” – L’analyse de l’économiste F. Farah

Crédits photos : capture d’écran Youtube

Il n’est décidément pas facile de critiquer l’Union Européenne ! Que ce soit dans la sphère politique ou médiatique, dans le monde universitaire ou intellectuel, le bébé de Jean Monnet jouit d’un prestige qui le rend quasiment inattaquable. Refuser de l’encenser, c’est se rendre coupable de blasphème. Tout eurocritique, aussi modéré soit-il, se voit menacer d’excommunication. Dans ces conditions le nouveau livre de l’économiste Frédéric Farah “Europe : la grande liquidation démocratique“ est plus que bienvenu tant il tranche avec le conformisme grisonnant qui domine dans la sphère médiatique. Il y soutient la thèse selon laquelle l’Union Européenne, loin d’être une organisation démocratique, est devenu un pouvoir oligarchique à l’abri de tout contrôle populaire. L’Europe se serait-elle donc faite “suivant une méthode que l’on peut qualifier de despotisme éclairé” pour reprendre les termes du “père de l’euro” Tommaso Padoa-Schioppa ? Compte-rendu.

“L’Union Européenne est le premier Empire non impérial”

“L’Union Européenne est le premier Empire non impérial”. Cette phrase aurait pu être prononcée par un militant altermondialiste ou par un économiste eurocritique. C’est pourtant José Manuel Barroso, Président de la Commission Européenne de 2004 à 2014, qui en est l’auteur. Son successeur

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter