La catastrophe Parcoursup : bilan des premières semaines

Détournement du tableau “La malédiction paternelle”, Nanterre, 12 mars 2018

Depuis le 22 mai, les lycéens reçoivent – pour les plus chanceux – leurs premières propositions d’admission en première année dans l’enseignement supérieur, sur la nouvelle plateforme Parcoursup. D’après les données publiées le 7 juin, seuls 36% des candidats ont accepté définitivement une proposition d’admission. Retour sur des semaines angoissantes pour les centaines de milliers de lycéens qui passent le bac dans quelques jours.

Les laissés-pour-compte de Parcoursup

Face à l’inquiétude des parents d’élèves et des lycéens, la ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, martèle dans les médias que la plateforme est plus performante que la précédente. Pourtant, l’année dernière, à la suite de la première phase d’APB, 80,7% des lycéens avaient une proposition d’admission, qui concernait pour 49,6% d’entre eux leur premier vœu. Les chiffres des premières semaines de Parcoursup vérifient ce que les syndicats et associations de parents d’élèves dénoncent depuis plusieurs mois : la loi « Orientation et réussite des étudiants » instaure bel et bien une sélection à l’entrée de l’université et le portail Parcoursup a été programmé en ce sens. Loin de permettre une démocratisation de l’enseignement supérieur, Parcoursup relègue une partie des lycéens hors des universités.

20% des lycéens

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter