https://www.flickr.com/photos/statephotos/5449329376/in/photostream/
Hillary Clinton prononce un discours sur la liberté de l'internet, le 15 février 2011. © US Secretary of State
  • 144
  •  
  •  
  •  
  •  

La cyberguerre n’est pas qu’une affaire de hackers. Firmes transnationales et gouvernements collaborent ou s’affrontent pour définir le modèle de gouvernance de l’internet et imposer leur vision. Quelle est la cohérence entre les intérêts américains et la doctrine de l’ « internet freedom » ? Les institutions actuelles sont-elles légitimes ? Sont-elles utiles à des stratégies hégémoniques ou contre-hégémoniques ? Et surtout, quel contrôle les États peuvent-ils prétendre exercer sur les flux informationnels qui traversent leurs frontières ? Derrière ces questions figurent des enjeux globaux, parmi les plus critiques du 21ème siècle, au sujet desquels l’ouvrage de S. Powers et M. Jablonski, The Real Cyber War (2015) offre un éclairage précieux et plus que jamais d’actualité.


À quoi ressemble la « vraie » cyberguerre ?

Le terme « cyberguerre » est contesté et difficile à définir. Dans l’esprit du profane ou de l’expert, il renvoie souvent au recours à des lignes de codes malveillantes, destinées à perturber le fonctionnement normal de l’adversaire. De fait, le cyberespace s’est militarisé : la littérature stratégique et militaire le considère désormais comme un lieu d’affrontement à part entière entre de nombreux acteurs – pas uniquement étatiques. Il est dit qu’il s’y déroule, en somme, « une guerre par, pour et contre l’information », correspondant au triptyque : subversion, espionnage et sabotage. [1]

Mais c’est de tout autre chose dont parlent Shawn Powers et Michael Jablonski. Le cyberespace, colossal vecteur d’information, suscite des convoitises, donc des rivalités et des luttes d’influence, qui vont bien au-delà du hacking et des opérations militaires dans le cyberespace. En témoignent par exemple les efforts des entreprises des technologies de l’information et de la communication (TIC), pour influencer la gouvernance de l’internet et la définition de certaines normes, qui ne sont techniques qu’en apparence. Aux États-Unis, la remarquable symbiose entre l’agenda de ce secteur privé et celui des départements américains d’État et du Commerce indique, si cela était nécessaire, que les pouvoirs étatiques sont de la partie.

C’est pourquoi il serait bon de se détacher de l’approche belliciste habituelle afin d’élargir notre horizon. C’est tout l’intérêt de la perspective de Powers et Jablonski. La « vraie cyber guerre » qu’ils décrivent n’a pas lieu devant des ordinateurs, mais dans les couloirs des chancelleries, des institutions internationales, et des firmes transnationales. Elle ne vise pas à rendre hors service des sites internet, mais à peser dans la définition des normes techniques, politiques et même philosophiques et morales relatives à l’internet et ses usages. Les enjeux économiques et géopolitiques – que les auteurs s’attachent à décrire avec précision – sont colossaux. D’où les importants efforts que chaque acteur déploie, à la hauteur de ses moyens, pour peser dans ce petit monde.

« Les américains  (…) ont considéré le Congrès mondial sur les technologies de l’information comme un champ de bataille crucial pour le futur de la gouvernance d’internet, et comme une menace pour les intérêts économiques américains. »

Ainsi, le livre entend révéler « comment les politiques d’internet et de gouvernance sont devenues les hauts lieux d’une compétition géopolitique entre grands acteurs internationaux et dont le résultat façonnera l’action publique, la diplomatie, et les conflits du 21ème siècle ». L’occasion pour Powers et Jablonski de revenir sur les acteurs de ce jeu d’influence et de compétition, où les États continuent de jouer un rôle primordial, bien que rapidement secondés par le secteur privé, regroupant des entreprises du secteur des TIC et des communications internationales. Les GAFAM (un chapitre est notamment consacré à Google) sont évidemment importants, mais ils n’occultent pas le rôle majeur d’autres entreprises de services numériques, moins médiatisées : AT&T, Cisco ou Verizon, pour ne citer qu’elles. Diverses organisations de droit international ou organisations privées à « gouvernance multipartite » (Multistakeholder governance) sont enfin présentées en détails. Elles constituent, en effet, le point nodal de cette « vraie cyber guerre » ; le lieu de matérialisation des tensions sous-jacentes et de mécanismes discrets de domination.

Les auteurs s’attachent, par ailleurs, à décrire les méthodes, stratégies et ambitions de ces réseaux d’acteurs. La légitimation du processus de prise de décision par un mode de gouvernance présenté comme inclusif, transparent et ouvert à tous ; une rhétorique imparable qui promet simultanément un formidable développement économique, le renforcement des droits humains et la propagation de la démocratie ; des projets de développement généreux et en apparence désintéressés… Autant d’éléments qui nécessitent d’être analysés et contextualisés. On appréciera, au passage, la minutie et le sérieux des auteurs : il n’est nulle part question de croisade anti-GAFAM ou de pourfendre l’hégémon américain. On trouve simplement les outils nécessaires pour faire la part des choses et déchiffrer cet univers complexe. La démarche est salutaire quand les protagonistes dominants ont plutôt tendance à présenter une vision prescriptive et « personnelle » des choses.

À l’opposé, on trouve les pays en développement et les économies émergentes : Russie, Chine, des pays d’Amérique latine ou d’Afrique… Nombreux sont les gouvernements qui ne se satisfont pas du statu quo. Sont notamment décrites dans le livre, la dégradation des « termes de l’échange » à la suite du bouleversement économique d’internet, et la perception d’une forte domination occidentale – et à plus forte raison américaine – dans la gouvernance d’internet. Désireux de procéder à un rééquilibrage politique et économique et soucieux d’exercer comme ils l’entendent leur souveraineté sur les flux informationnels, ces pays trouvent dans les institutions internationales et les sommets internationaux des arènes pour exprimer leurs inquiétudes et organiser leurs efforts.

La démonstration du livre, d’une grande efficacité, sert une conclusion simple : « La vraie cyber guerre ne concerne pas les capacités offensives ou de cybersécurité, mais plutôt la légitimation d’institutions et de normes existantes qui gouvernent l’industrie de l’internet, afin d’assurer sa domination du marché et sa profitabilité. »

La doctrine de l’« internet freedom » : arguments et intérêts sous-jacents

Tout part d’un discours d’Hillary Clinton [2], dans lequel l’ancienne secrétaire d’Etat américaine dévoile la doctrine de la liberté d’internet (internet freedom doctrine). Elle appelle à une libre circulation de l’information (free flow of information) et à une « liberté de se connecter » (freedom to connect) universelle : l’accès à internet devrait être un droit fondamental et reconnu par tous.

Assurément, les Américains aiment leur « freedom ». Le verbatim du discours et des questions-réponses montre que le terme est prononcé cinquante-deux fois en une heure ! Mais cet agenda de la liberté d’internet a une manière bien singulière de présenter la chose. 1. L’information a tendance à être assimilée à un bien économique, monnayable et échangeable. Évidemment, ce cadrage consacre le modèle économique d’internet, fondé sur le captage, l’échange et d’analyse d’immenses quantités de données personnelles. Mais une telle perspective tend aussi à réduire la légitimité des politiques publiques qui viseraient à en contrôler le flux. L’issue du débat sur la liberté de l’internet pourrait donc jouer un rôle déterminant dans le traitement des flux d’information numérique par les États, et dans la définition du degré de contrôle jugé légitime, voire légal, au regard du droit international ou du commerce. 2. Internet est comparé à un « espace public ». Ainsi présenté, la surveillance y pose beaucoup moins de problèmes éthiques et juridiques que si internet était considéré comme un espace privé. Cette doctrine et les termes associés (internet freedom, mais aussi freedom-to-connect et connectivity) méritaient donc bien une analyse plus approfondie.

De l’intérêt d’une approche géopolitique : l’information comme un bien et comme une ressource

Des intérêts économiques, certes. Mais géopolitiques ? Le mot est souvent utilisé abusivement, et plusieurs experts s’en méfient, au point qu’on entend dire que « la géopolitique n’existe plus »[3]. On ne saurait pleinement souscrire à cette lecture ; d’ailleurs il existe bien une géopolitique de l’internet, ne serait-ce que par l’ancrage territorial des serveurs ou des câbles sous-marins. Si l’on s’en tient à la définition traditionnelle de la « géopolitique », rappelée par les auteurs, il s’agit d’une méthode d’étude de la politique étrangère s’intéressant aux effets de la géographie, donc des espaces physiques. Créée en réaction à une approche considérée comme excessivement légaliste, elle insiste notamment sur le poids des ressources dans la compétition entre États.

Or, l’hypothèse initiale des auteurs, reprenant la vision de l’historien de la communication Dan Schiller, est celle d’une information entendue comme un bien (commodity) mais aussi comme une ressource. Dès lors, les politiques étatiques relatives à l’internet peuvent être abordées comme une lutte pour le contrôle de ressources d’un genre nouveau. Ce cadre théorique permet de dépasser les questions liées aux effets sociaux, culturels, économiques ou politiques de l’internet. À la place, on s’interroge ici sur les motivations réelles des politiques étatiques relatives à l’internet, en termes de compétition internationale pour des ressources.

« Le soutien du gouvernement américain fut déterminant dans la création, l’adoption, et la structuration de l’internet, ainsi que dans l’intégration des technologies de l’information dans l’économie globale. »

De ce point de vue, la liberté de l’information (information freedom), la libre circulation de l’information (free flow of information), ou encore les partenariats multi-acteurs (multistakeholderism) constituent le socle d’une rhétorique et d’une stratégie qui contribuent au maintien d’un statu quo, bénéficiant à quelques acteurs acteurs dominants.

Une telle rhétorique déforme les aspects intrinsèquement politiques et économiques de l’information. Présenter la libre circulation de l’information comme une opportunité immense de développement économique, et lui prêter un pouvoir naturel de démocratisation, permet de dévier l’attention d’autres sujets.

Des gains économiques… pour qui ?

Quels sont les arguments économiques mis en avant ? L’internet est présenté comme un « grand égalisateur » (great equalizer), qui va permettre aux pays en développement de combler leur retard avec les pays occidentaux. Ce discours s’inscrit dans une perspective que Vincent Mosco, professeur émérite de communication, qualifie de « néodéveloppementaliste ». Elle postule que la dissémination des TIC permettra d’accélérer le développement et l’intégration économique des pays en développement et d’y développer des économies de marché robustes et performantes. Les auteurs rappellent que cet ancrage théorique est difficile à départager de considérations stratégiques et économiques. À grands renforts d’exemples de décorrélation entre croissance, richesse, et connectivité internet, ils montrent d’ailleurs que ces postulats sont empiriquement contestables.

On ne saurait reprocher aux pays occidentaux et à leurs entreprises de diffuser l’accès à internet et de construire les infrastructures nécessaires dans les pays en développement, quelles que puissent en être les raisons. Mais des travaux comme ceux de l’économiste Eli Noam suggèrent que l’élargissement de la connectivité pourrait en fait accentuer les écarts de richesses. Il anticipe par exemple qu’à peine huit pays dans le monde pourraient bientôt concentrer jusqu’à 80 % de la production de contenus numériques.[4] Quand un pays pauvre, peu doté en infrastructures, bénéficie de programmes d’aide qui lui permettent d’accéder à internet, sa population – le peu qui peut se le permettre – devient consommatrice, et non productrice, des services numériques et des contenus médiatiques proposés par des entreprises occidentales.

Or, justement, ces programmes, prêts et autres projets occidentaux, notamment américains, en matière de connectivité et d’infrastructures liées à l’internet, sont souvent conditionnés à des mesures de dérégulation, de privatisation et d’ouverture des marchés nationaux. Les entreprises américaines accèdent ainsi à ces marchés étrangers, d’autant plus aisément avec la notoriété et les fonds propres dont elles disposent. Les économies d’échelle, les effets de réseau, l’existence d’une masse critique d’utilisateurs, sont autant d’éléments, bien connus en science économique, qui facilitent encore cette implantation. Ils font en revanche cruellement défaut aux acteurs locaux et nouveaux entrants, qui font face à de fortes barrières à l’entrée. Les quelques concurrents qui parviennent malgré tout à se développer sont souvent rachetés. [5]

« Il y a un principe sur lequel les responsables politiques, l’industrie, et les acteurs de la sociÉté civile, sont tous d’accord : l’internet global et déréglementé est une bonne affaire pour l’économie américaine. »

En matière de communications internationales, la détérioration des termes de l’échange suite à l’apparition de l’internet a été fort défavorable aux pays en développement. De telle sorte que l’anecdote de l’artisan africain ou sud-asiatique qui parvient à développer son activité grâce au e-commerce est un peu l’arbre qui cache la forêt. En effet, jusqu’à quelques décennies en arrière, les pays en développement, comme les autres, bénéficiaient des normes de l’Union internationale des télécommunications (UIT).

Rattachée aux Nations unies en 1947, l’UIT fut, au cours du 20ème siècle, le principal mécanisme de coordination des coûts et bénéfices liés aux communications internationales. Le prix de tel service, payé par tel acteur à tel autre : tout cela était relativement clair et fixé par le Règlement des télécommunications internationales (RTI) de l’UIT. Cette régulation garantissait un contexte international stable pour la croissance et l’activité économique dans le domaine des télécommunications. Les acteurs économiques locaux et nationaux continuaient de dominer leur marché.

Mais le développement d’internet et des « internet-based services », qui échappent à ces règles de l’UIT, ont bouleversé cet équilibre. Un appel Skype de la Turquie vers l’Allemagne, par exemple, permet de contourner l’opérateur téléphonique turc qui était jusqu’alors sollicité. On perçoit mieux la nature des frictions qui peuvent exister lieu au sein de l’UIT. Lors du sommet de Dubaï en 2012, l’une des grandes questions était ainsi de savoir si le terme de « télécommunications » devait ou non inclure les flux d’information transitant par internet.

Une réponse positive aurait signifié que ces services seraient soumis aux régulations prévues par l’UIT, contrariant la position dominante de certaines entreprises occidentales. Les négociations concernaient aussi l’extension du pouvoir de l’UIT à certains aspects de la gouvernance d’internet. Avec cet exemple et d’autres, Powers et Jablonski expliquent comment les pays du Sud et les économies émergentes se servent de l’UIT comme d’un outil contre-hégémonique face à un internet perçu comme dominé par les Etats-Unis.

En retour, les États-Unis ne se privent par pour saper ces revendications et façonner à leur avantage les normes internationales en matière de communications internationales. Les exemples sont nombreux. S’agissant du sommet de Dubaï de 2012, les revendications avaient été fermement dénoncées comme une tentative de « prendre le contrôle de l’internet ». L’occasion d’observer la rhétorique de l’internet freedom tourner à plein régime[6]. Robert McDowell, commissaire de la Commission fédérale des communications, avait notamment déclaré devant une commission sénatoriale : « Nous sommes en train de perdre la bataille pour la liberté de l’internet. » [7] Les tribunes publiées, le ton employé, les fonctions occupées par les auteurs : tout cela semble incarner à merveille l’état du débat et laisse voir l’étendue des enjeux économiques à la clé.

Un intérêt stratégique : la déstabilisation politique

Il se trouve une deuxième utilité à la rhétorique de la connectivité, du « free flow of information » et de la « freedom to connect ». Sans trop d’effort, ces notions sont associées au démocraties occidentales, face aux opposés symétriques que sont les pays totalitaires et censeurs qui entravent la libre circulation de l’information et des idées. Des caractéristiques fortement associées à des pays comme la Russie, la Chine, ou encore l’Iran.

En effet, à défaut de pouvoir obtenir, dans les arènes internationales, une gouvernance interétatique, ces pays comptent parmi ceux qui cherchent à développer leur propre « internet souverain » et/ou à contrôler fortement les flux entrants et sortants de leurs frontières. Car le cyberespace, en sa qualité de vecteur d’importantes quantités d’informations, suscite aussi de grandes angoisses. Les gouvernements autoritaires sont les premiers à craindre pour leur légitimité et leur stabilité.

Les États-Unis le savent : les revendications américaines pour la promotion et la diffusion d’un internet global, unique et universel vont directement à l’encontre de ces projets d’intranet. Elles sont aussi sensées faciliter l’exposition de certaines populations à des horizons démocratiques, plus désirables que leurs régimes politiques actuels. Il est même prévu d’aider activement les « cyberactivistes » et « cyberdissidents ». En pointant du doigt les intranets nationaux et les velléités de contrôle des flux informationnels, et en les assimilant purement et simplement à de la censure, cette rhétorique permet de normaliser et légitimer le statu quo de la gouvernance actuelle d’internet, qui fait figure de seul système capable de de préserver la freedom to connect.

A l’évidence, tous les États exercent leur souveraineté, et donc mettent en place des formes de contrôle ou de surveillance des flux informationnels ; les États-Unis n’y échappent pas. Le livre le rappelle en revenant notamment sur les programmes de surveillance de masse révélés par Edward Snowden ; mais aussi en montrant comment, aux États-Unis, des intranets sécurisés destinés aux administrations, à la communauté du renseignement, ou aux secteurs sensibles de l’industrie, ont tendance à s’étendre de plus en plus à d’autres secteurs civils moins sensibles.

Résumé des chapitres

Avec plusieurs exemples historiques, le premier chapitre montre comment les États-Unis, par le passé, ont façonné à leur avantage les normes internationales en matière de communication et de technologies de l’information.

Le chapitre 2 retrace l’apparition du complexe militaro-industriel aux États-Unis à partir de la seconde guerre mondiale. L’objectif est de montrer que les mécanismes gouvernementaux de stimulation de la croissance et de l’innovation à l’œuvre, s’observent également, de façon plus récente, dans le secteur industriel des technologies de l’information. Or, c’est l’occasion pour les auteurs de rappeler que l’interdépendance mutuelle ainsi créée présente des risques sur le plan économique (perte de compétitivité, décalage avec la demande réelle) et sur le plan politique (distorsion du processus de décision politique, manque de transparence).

Pour l’heure, les entreprises américaines demeurent performantes économiquement. Mais le rattrapage technologique chinois ne s’est jamais autant fait sentir qu’avec les frictions actuelles autour de la 5G. Surtout, les révélations de l’affaire Snowden sur l’espionnage de la NSA (National Security Agency) révèlent l’étendue de certaines dérives politiques et du manque de transparence en la matière, ce qui tend à donner raison aux auteurs.

Google (chapitre 3) fait l’objet d’une étude détaillée, afin d’explorer la gestion et l’exploitation les données par l’entreprise, et de rappeler sa prépondérance dans le marché de la publicité. Si Google embrasse autant les principes de l’internet freedom et de libre circulation des données, c’est certes parce que cela correspond vraisemblablement à son idéologie. Mais c’est peut-être aussi parce que l’entreprise voit d’un très mauvais œil le contrôle étatique des flux d’information. On peut même dire qu’elle les craint plus que tout.

Le modèle de régulation de l’internet a potentiellement des effets immenses sur le « business » de Google. Après tout, son modèle économique repose pour une très large partie sur la publicité ciblée, donc sur la captation et l’analyse de données personnelles. Enfin, la croissance économique de l’entreprise est notamment déterminée par sa capacité à étendre ses divers services à des utilisateurs toujours plus nombreux. De ce point de vue, Google a tout intérêt à soutenir l’internet freedom, la connectivité et la libre circulation de l’information. C’est même une question de survie et de santé économique.

De même, et plus généralement, si la politique américaine consiste à diffuser autant que possible l’accès à internet dans le monde, c’est parce que cela s’avère particulièrement favorable aux entreprises américaines. Le chapitre 4 détaille ainsi divers projets d’investissement, de construction, de transferts de compétences ou de technologies, réalisés en partenariat avec Cisco, Google, Hewlett Packard, IBM, Intel et d’autres. Ainsi, la politique internet américaine peut être résumée en deux volets inséparables : connecter un maximum d’individus à travers le monde à internet d’une part, et d’autre part maintenir le statu quo des arrangements économiques, légaux et institutionnels qui gouvernent la connectivité et les échanges en ligne.

Le chapitre 5, en passant à la loupe l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers), l’ISOC (Internet Society) et l’IETF (Internet Engineering Task Force), révèle les dessous de la gouvernance multi-acteurs (multistakeholderism) et de son argument du rôle de la société civile, qui s’avère bien décevant, sinon illusoire. Plus que tout autre chose, le multistakeholderism renforce la position des acteurs dominants en légitimant les décisions qui sont prises, tandis que l’injonction à atteindre un consensus neutralise les critiques et les tentatives de changer le statu quo.

Le chapitre 6 est dédié à la souveraineté. Il rappelle ses fondements théoriques et revient sur ses liens avec les nouvelles technologies de l’information. Quatre cas d’études (Chine, Egypte, Iran, États-Unis) montrent autant de façons de contrôler l’accès à internet ou les flux informationnels. Le contrôle américain est évidemment sans commune mesure avec les autres, notamment celui de la Chine. Cependant, d’un point de vue strictement analytique, les efforts vont dans le même sens. Il est indéniable que tous les pays, démocratiques ou non, cherchent à atteindre un certain degré de contrôle de ces flux, dans le cadre de l’exercice normal de leur souveraineté. Ainsi, les stratégies chinoises et américaines, bien que culturellement spécifiques et atteignant un niveau de contrôle très différent, demeurent l’une et l’autre des stratégies de contrôle et de surveillance.

Enfin, le chapitre 7 explore les tensions et les contradictions profondes qui existent entre la doctrine de l’internet freedom et la cybersécurité, notamment en réfléchissant à l’avenir incertain de l’anonymat en ligne. En présentant l’internet comme « l’espace public du 21ème siècle », Hillary Clinton réussit le tour de force d’imposer l’idée que, sur l’internet, chaque utilisateur s’expose au regard des autres et des autorités. Le tout est habilement relié par les auteurs aux révélations d’Edward Snowden sur la NSA et de différents programmes de surveillance (PRISM, MUSCULAR, et TEMPORA), ainsi qu’à la collaboration entre Google et la NSA.

Conclusion

Finalement, dans un monde où l’information est au centre des économies modernes, les grandes questions soulevées sont celles de la légitimité des institutions qui gouvernent les flux informationnels, ainsi que de l’autorité dont disposent les États pour gérer et contrôler ces flux au sein de leurs frontières. Le livre donne une idée des désaccords profonds qui existent à cet égard. Ainsi, « la vraie cyberguerre est donc une compétition entre différentes économies politiques de la société de l’information ».

De ce point de vue, la doctrine américaine de l’internet freedom se comprend comme relevant d’un agenda spécifique. Il vise certes à relier le monde à internet, mais suivant une logique économique et géopolitique particulière, qui bénéficie disproportionnément à une poignée d’acteurs dominants. Autrement dit, cette doctrine constitue un effort de légitimation et de propagation d’une économie politique bien précise. On en revient toujours à cette question au fondement du livre : « De quelle autorité légitime les États disposent-ils pour gérer les flux d’information à l’intérieur et au sein de leur territoire souverain ? »

Le parallèle tracé avec le pétrole est intéressant : les États se sont entendus pour créer des institutions qui gouvernent cette industrie. Les normes qui en résultent, conformément à leur fonction fondamentale, permettent d’anticiper les comportements. Elles créent un contexte relativement stable qui permet une prévisibilité énergétique et l’anticipation des flux, sans quoi l’approvisionnement en pétrole générerait des tensions et des angoisses terribles. Dans une logique similaire, Shawn Powers et Michael Jablonski espèrent voir advenir une gouvernance où les États comprennent la nécessité qu’il y a à s’entendre sur ces questions. Mais on ne dispose toujours pas, sur le plan international, de réponse claire sur la façon dont les données peuvent être gérées, collectées, stockées, transférées, voire même taxées. Malheureusement, rien ne permet aux auteurs d’être optimistes au sujet de cette future gouvernance.

Ajoutons que ces questions, déjà cruciales, redoublent encore de gravité, alors que l’internet continue de se densifier et de s’installer dans nos vies, et que les flux informationnels numériques sont sur le point d’être décuplés par la 5G et l’avènement de l’internet des objets.

Shawn M. Powers & Michael Jablonski, The Real Cyber War. The Political Economy of Internet Freedom. University of Illinois Press, 2015, 272 p.

[1] Nicolas Mazzucchi (2019) La cyberconflictualité et ses évolutions, effets physiques, effets symboliques. Revue Défense Nationale, 2019/6 n°821, pp. 138-143.

Voir aussi : François-Bernard Huyghe, Olivier Kempf et Nicolas Mazzucchi, Gagner les cyberconflits, Paris, Économica, 2015.

[2] Hillary Rodham Clinton, « Remarques sur la liberté de l’internet », discours prononcé au Newseum, Washington D.C., 21 janvier 2010. [URL] : https://2009-2017.state.gov/secretary/20092013clinton/rm/2010/01/135519.htm

[3] « – […] La géopolitique n’existe plus, de toute façon.
– C’est fini ! ?

– Oui, complétement. D’ailleurs le sous-titre de mon prochain livre, « Intersocialité », sera « Le monde n’est plus géopolitique ». Je ne veux plus entendre parler de ce mot. Il n’a aucun sens, parce que le monde d’aujourd’hui n’est ni géo, ni politique. »

Extrait d’un entretien personnel avec Bertrand Badie, Paris, 13 juillet 2020.

[4] Eli Noam, “Overcoming the Three Digital Divides”, in Daya Thussu (éd.), International Communication : A Reader, Routledge, Londres, 2011, p.50.

[5] Voir par exemple : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_acquisitions_de_Google

[6] Voir par exemple : Robert McDowell, “The U.N. Threat to Internet Freedom”, Wall Street Journal, February 21, 2012. Gordon Crovitz, “The U.N.’s Internet Power Grab : Leaked Documents Show a Real Threat to the International Flow of Information, Wall Street Journal, June 17, 2012.

[7]We are losing the fight for Internet Freedom.” Statement of Commissioner Robert M. McDowell before the U.S. Senate Committee on Commerce, Science, and Transportation. March 12, 2013. http://transition.fcc.gov/Daily_Releases/Daily_Business/2013/db0312/DOC-319446A1.pdf

AIDEZ-NOUS À GRANDIR

Le Vent Se Lève n'existe que grâce au soutien de sa communauté de lecteurs.
Si vous aimez notre travail, faites un don à l'association, votre soutien est précieux.

Faire un don

  • 144
  •  
  •  
  •  
  •