©Martin Bertrand
  • 212
  •  
  •  
  •  
  •  

Tandis que les formes instituées de la représentation ne semblent plus permettre aux revendications populaires d’aboutir sans en passer par la violence, le macronisme, depuis ses origines, n’a de cesse d’invoquer un mot d’ordre purement technicien : celui de « l’efficacité ». Ce leitmotiv et le système idéologique auquel il participe ont pour effet principal d’approfondir un sentiment de confiscation de la démocratie qui atteint aujourd’hui des proportions pathologiques.


Le système de l’efficacité

Paul Cassia le premier, dans son essai La République du futur, a relevé le recours au mot d’ordre de l’efficacité dans le contexte de la réforme constitutionnelle où il semble pourtant si peu opportun et, de ce fait même, si caractéristique du malaise institutionnel dans lequel la macronie s’est elle-même enfermée.

Dans son adresse au Parlement réuni en Congrès, le 3 juillet 2017 à Versailles, le Président de la République avait ainsi indiqué vouloir soumettre le travail parlementaire à un « impératif d’efficacité ». Il avait d’abord rappelé « le manque de moyens, le manque d’équipes, le manque d’espace » des assemblées parlementaires et relevé que le travail du Parlement en devenait plus difficile et donc moins efficace. Il en avait pourtant tiré la conséquence la plus incongrue, au terme d’un raisonnement dont l’absurdité fut trop peu commentée : « Je n’ignore rien des contraintes qui pèsent sur vous, le manque de moyens, le manque d’équipes, le manque d’espace contrarient en partie les impératifs d’efficacité que je vous soumets. Pour cela, il est une mesure depuis longtemps souhaitée par nos compatriotes qu’il me semble indispensable de mettre en œuvre, la réduction du nombre de parlementaires. » Alors que selon toute apparence, le constat d’un manque de moyens du Parlement devait conduire à un renforcement de ces moyens, Monsieur Macron en concluait l’inverse : il fallait amputer le Parlement.

Le 10 juillet 2018, le Premier ministre reprenait à son compte ce raisonnement si surprenant. Ouvrant à l’Assemblée nationale la discussion générale sur le projet de réforme constitutionnelle, entretemps baptisé projet « pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace », Édouard Philippe réaffirmait la nécessité de réformer le Parlement au nom d’une « exigence d’efficacité » ressentie par « des millions de Français » (on ne sait trop par qui comptés). Il poursuivait par une analyse dont la logique rappelait Monsieur Jourdain dans Le Bourgeois gentilhomme : « Être efficace, ce n’est pas faire les choses uniquement plus vite. La vitesse n’est pas un objectif en soi. Le véritable objectif, c’est de ne pas perdre de temps. » Rousseauiste à cette heure, il concédait bien volontiers qu’une démocratie « plus efficace », c’est une démocratie qui « certes fait vivre le débat ». Mais il ajoutait : « Qu’on le regrette ou qu’on s’en réjouisse, nos sociétés sont devenues plus compliquées, plus techniques, et plus rapides aussi et l’évolution continue à aller dans le sens d’une accélération. À nous donc de trouver le bon équilibre entre qualité du débat d’un côté et célérité et efficacité de l’autre. » Et de conclure à son tour : « En commençant par réduire le nombre des parlementaires. » L’efficacité, invoquée dans un contexte où sa signification paraissait pour le moins indéterminée, conduisait donc en ligne droite, sans autre justification, à exiger qu’on diminue le nombre de parlementaires pour « ne pas perdre de temps ».

L’idéologie de la technique

La référence à l’efficacité n’est certes pas nouvelle dans le discours politique, ni à première vue surprenante. Mais elle a pris, avec l’actuelle majorité, une ampleur inédite, jusqu’à intervenir à tout bout de champ dans des contextes où le terme semble pourtant ne rien signifier de précis. Telle que le macronisme l’emploie depuis son origine, l’efficacité est en effet une notion sans véritable contenu, à peu près vide de sens, dont l’effet immanquable est d’appauvrir l’espace public, de le priver de toute délibération authentique, sinon même de tout discours véritablement signifiant.

Non seulement l’invocation de l’efficacité supplante le plus souvent, dans le discours technique des gouvernants, tout argument proprement politique, c’est-à-dire toute référence à un projet de société, mais elle vise même à faire paraître cette discussion de fond pour inutile – à l’évacuer purement et simplement. L’invocation constante de cet impératif de l’efficacité a ainsi pour effet principal, et sciemment recherché, d’engloutir la question des fins de la politique menée au profit de la glorification d’une apparente et illusoire maîtrise technique. Probablement l’histoire même du macronisme comme idéologie technocratique de « dépassement des clivages » encourage-t-elle d’ailleurs ce recours permanent à un mot d’ordre technicien et, par sa conception même, profondément antiparlementaire. Ce lien étroit entre l’efficacité et la méfiance pour les assemblées populaires, le Premier ministre l’exprimait d’ailleurs avec la plus grande clarté, devant l’Assemblée nationale, lorsqu’il justifiait au nom de l’efficacité, et par aucun autre motif, la nécessité de restreindre le droit d’amendement des députés et sénateurs : « Deuxième manière d’être plus efficace : permettre au Gouvernement de mener rapidement les réformes qu’il juge prioritaires dans les domaines économiques, sociaux et environnementaux. »

Au moment même où le sentiment d’une confiscation de la démocratie apparaissait déjà profond, à la veille comme au lendemain de son élection, l’actuel gouvernement n’a donc pas trouvé meilleure solution que celle de s’appuyer sur un mot d’ordre technicien. Le sentiment d’un mépris exercé à l’encontre des classes populaires est d’autant plus enraciné que ce recours, d’apparence incantatoire et dépourvu de véritable signification, n’en apparaît pas moins porteur d’implications pratiques considérables, souvent inaperçues par ceux qui en deviennent les agents inconscients. Se présentant comme s’il était apolitique, le concept purement abstrait de l’efficacité, tel que le gouvernement ne cesse de l’invoquer, décide ainsi d’orientations fondamentales quant au contenu des politiques menées. Au nom de cette maîtrise technique, c’est un ordre économique marqué par une omniprésence de la précarité que le macronisme entend sans cesse légitimer, peu importent les ravages humains et environnementaux que cet ordre entretient et conforte. Les rapports sociaux existants, bien que considérablement inégalitaires et contestés, y compris de façon violente, par des fractions croissantes de notre société, sont ainsi adoubés en tant qu’ils se présentent comme les formes techniquement nécessaires à l’organisation d’une société dite « plus efficace ».

L’efficacité envolée

Le paradoxe de l’actuel gouvernement est que l’invocation de l’efficacité disparaît entièrement lorsqu’il s’agit de discuter l’effet réel des politiques menées. Ainsi le gouvernement n’accepte-t-il pas que l’on discute des effets de la suppression de l’impôt sur la fortune (ISF), mesure idéologique par excellence, votée tambour battant sans justification sérieuse. Il n’accepte pas non plus de discuter du bien-fondé d’une politique économique, le crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE), qui, selon toutes les études approfondies menées jusqu’à présent, n’a eu qu’un effet modéré sur l’emploi et un très faible effet sur la croissance, pour un coût annuel pourtant équivalent au budget annuel des écoles publiques maternelles et élémentaires réunies. Loin d’être mis en cause, le CICE se trouve ainsi pérennisé, sans là encore qu’aucune délibération n’ait véritablement eu lieu et sans qu’aucune étude ne corrobore les effets qu’on lui prête.

Les privatisations d’Aéroports de Paris et de la Française des Jeux sont tout aussi révélatrices de cet esprit autoritaire, lié comme l’ombre au corps à ce que le Président de la République a lui-même qualifié sans perdre son sérieux, devant le Parlement réuni en Congrès, de « cercle vertueux de l’efficacité ». La majorité présidentielle ne s’intéresse nullement à l’efficacité des privatisations qu’elle s’apprête à conduire tambour battant ; elle n’évoque nulle part leurs effets réels sur les finances publiques, la sécurité ou la souveraineté nationale. Interrogée sur les raisons de la privatisation de monopoles si stratégiques et si rentables, la macronie ne répond plus. Ou, plus exactement, tout son discours technique apparaît émoussé : aucune étude chiffrée, aucun argument financier n’est avancé pour expliquer ce qui apparaît ainsi, à première vue, comme un pur parti pris. Le Ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, chez qui quelques réflexes résistent encore à l’engloutissement par le discours technique, indique sans plus de précision que c’est « l’État stratège » qui justifie ces privatisations. L’efficacité paraît alors s’être envolée. On souhaiterait, comme jadis, que le Président de la République puisse au moins s’expliquer plus régulièrement devant des journalistes. Mais ce serait sans compter sur l’une des principales innovations du présidentialisme de Monsieur Macron : on congédie les journalistes, on ne donne plus de conférences de presse.

La démocratie confisquée

La recherche de l’efficacité cède alors le pas à une constante réaffirmation de la légitimé tirée des élections. Plus un mois ne s’écoule, plus une crise ne survient – et elles se font nombreuses – sans que le gouvernement ne reproche à l’un ou l’autre des partis d’opposition de ne pas accepter « le résultat des urnes ». L’élection du monarque présidentiel et de son parti-relai n’expriment ainsi, aux yeux de la majorité, qu’une volonté populaire aussitôt exprimée, aussitôt aliénée : une fois le plébiscite conclu, toute délibération politique apparaît encombrante. De façon également inquiétante, de nombreux journalistes se font le relai de ce bonapartisme de fortune. Ainsi n’est-il pas rare qu’un chroniqueur demande au nom de quoi tel ou tel opposant ose encore s’opposer, alors que l’élection a déjà eu lieu. Tous les partis et mouvements d’opposition, à compter de ce moment, sont indistinctement les spectateurs du déploiement du résultat des urnes. L’essence plébiscitaire et monarchique de la Cinquième République, sans cesse louée et encensée par la majorité, rencontre sur ce point la rhétorique de l’efficacité, avec laquelle elle fait alliance : il faut, dit le Premier ministre, « permettre au gouvernement de mener rapidement les réformes qu’il juge prioritaires ».

Le pratique actuelle des institutions de la Cinquième République se présente ainsi comme l’attelage de deux phénomènes entre lesquels la contradiction n’est qu’apparente. Ex ante, l’efficacité est le mot d’ordre qui permet de court-circuiter la délibération proprement politique pour s’en remettre à la technique. Ex post, l’efficacité a simplement disparu, puisqu’on ne mesure pas sérieusement les résultats des politiques menées et évacue toute mise en cause démocratique en rappelant sans cesse le « résultat des urnes ».

Face à un discours si profondément confiscatoire, la survenance de la crise actuelle était une question de semaines ou de mois. Le refus exprimé par les Gilets jaunes de rencontrer le Premier ministre à Matignon, ce mardi 4 décembre, signale ainsi une nouvelle fois combien le sentiment d’une confiscation de la démocratie est aujourd’hui enraciné. Les médiations traditionnelles ne fonctionnent plus, la décision revenant de toute façon au seul Emmanuel Macron, monarque autoritaire, qui a vidé le Parlement de sa capacité de représentation et qui, à force d’hyper-concentration, ne parvient plus à jouer le rôle d’arbitre que la Constitution lui reconnaît. La crise sociale rencontre ici la crise démocratique et institutionnelle : elle l’alimente et s’en nourrit. Aucun ajustement d’ordre technique ne permettra d’en sortir.


  • 212
  •  
  •  
  •  
  •