• 5.1K
  •  
  •  
  •  
  •  

Jacques Exbalin est l’auteur du livre La guerre au plastique est enfin déclarée ! , une enquête riche en informations sur l’évolution de la production, les dangers, la géopolitique du plastique et les déboires des filières de recyclage. Il consacre également une partie de son livre aux solutions permettant de s’en passer. Dans cet entretien à la fois dense en données et synthétique, nous faisons le point sur les principaux enjeux liés au plastique, en France et dans le monde, ainsi que sur les fausses solutions souvent mises en avant.


Le Vent Se Lève : Dans votre ouvrage, vous dites que la production de déchets plastiques va grandement augmenter dans le futur. Pourquoi ? Comment se répartit géographiquement cette augmentation ? Concerne-t-elle uniquement les pays émergents, ou bien aussi les pays développés ?

Jacques Exbalin : Comme on peut le constater, la production de plastique est en perpétuelle augmentation depuis les années 60. Cela va continuer à cause de la consommation croissante des pays émergents, où la collecte et le recyclage demeurent très faibles. Selon PlasticsEurope, elle est en croissance continue (+3,9 % en 2017, +4 % en 2016, +3,5 % en 2015). Si l’on tient compte uniquement des plastiques les plus courants, à savoir le PET, le polypropylène, le polyéthylène et le PVC, la demande mondiale a augmenté au rythme de 4,7 % par an sur la période 1990-2017. En France aussi, la production de plastique a augmenté de 7,8 % entre 2016 et 2017. Cocorico, de quoi nous plaignons-nous !

Selon un rapport de l’ONU, la production pourrait atteindre 620 millions de tonnes d’ici à 2030. Les tortues se frottent les… nageoires, les baleines éructent de joie, les oiseaux de mer gazouillent de plaisir…  Il faut ajouter aussi qu’il existe une forte demande dans les pays émergents pour l’emballage et le conditionnement, et que la production de nouveaux polymères correspond à des applications récentes dans le secteur automobile et médical. Dans certains cas, on ne peut que s’en réjouir.

Selon le quotidien britannique The Guardian, les groupes qui gèrent les combustibles fossiles, notamment Exxon et Shell, ont investi depuis 2010 186 milliards de dollars dans 318 nouveaux projets qui pourraient contribuer à une augmentation de la production de plastiques de 40 % dans les 10 ans qui viennent. Près de la moitié d’entre eux sont en construction ou terminés, et le reste est prévu. Et la cerise sur le gâteau est dévoilée dans un article du Monde du 10 octobre 2018 intitulé « Pour l’Arabie saoudite, le plastique c’est fantastique ». On y apprend que pour répondre à la demande du marché asiatique en pleine croissance, la compagnie nationale d’hydrocarbures Saudi Aramco et Total (cocorico) va se lancer dans la construction d’un nouveau site pétrochimique nommé Amiral, terminé en 2024 (investissement de 9 milliards d’euros), pour multiplier la production de plastiques.

Par ailleurs, les experts de l’AIE (Agence internationale de l’énergie) dans un communiqué du 5 octobre précisent les données. La croissance de la demande de plastique dans le monde est fulgurante, elle a dépassé ces dernières années celle d’acier, de ciment et d’aluminium et cette hausse devrait se poursuivre. La pétrochimie (pour faire des plastiques) représente déjà 14 % de la production mondiale de pétrole et 8 % de celle de gaz, et devrait absorber plus d’un tiers de la croissance de la demande pétrolière d’ici à 2030, et presque la moitié d’ici à 2050.

le volume des déchets à l’échelle mondiale va augmenter de 70 % d’ici 2050

La Banque mondiale dans un rapport publié le 20 septembre 2018 écrit que si aucune mesure n’est prise urgemment, le volume des déchets à l’échelle mondiale va augmenter de 70 % d’ici 2050 pour représenter 3,4 milliards de tonnes, contre 2,01 milliards en 2016. La Banque mondiale s’inquiète plus particulièrement de la mauvaise gestion du plastique, particulièrement problématique puisque cette matière peut avoir un impact sur les écosystèmes pendant des centaines, voire des milliers d’années .

Pollution plastique à Manille, photo © Jacques Exbalin

LVSL : Sur tout le plastique produit, combien deviennent des déchets ? Pourquoi autant et où finissent-ils ?

8 millions de tonnes de plastiques sont déversées chaque année soit 250 kg par seconde !

J. E. : On connait les chiffres depuis l’étude des Universités de Géorgie et de Californie parue dans la revue américaine Science Advances le 19 juillet 2017. Entre 1950 et 2015, 8,3 milliards de tonnes de plastiques ont été produites dans le monde et sur ce total, 6,3 milliards sont devenues des déchets très peu biodégradables. Sur ces 6,3 milliards de tonnes, seulement 9 % ont été recyclées (dont seulement 10 % plus d’une fois), 12 % incinérées et 79 % se sont accumulées dans la nature, dans les décharges sur terre et dans les océans, où plus de 8 millions de tonnes de plastiques sont déversées chaque année, soit 250 kg par seconde !

LVSL : Vous évoquez aussi le danger des microparticules de plastique, de quoi s’agit-il exactement ? En quoi sont-elles un danger ?

J. E. : Les microparticules sont des morceaux de moins de 5mm de diamètre. Elles représentent entre 15 et 31 % des quelques 8 millions de tonnes déversées chaque année dans les océans. D’où viennent-elles ? Elles proviennent de plusieurs sources : tout d’abord de la fragmentation des macro-déchets de plastique (sacs, bouteilles, emballages divers)  sous l’effet du vent, des vagues, du sable et des UV du soleil, mais aussi du  frottement des pneus sur les routes, du lavage des vêtements synthétiques, des microbilles  ajoutées dans de nombreux cosmétiques, des peintures des navires, des marquages au sol des routes, des rejets industriels lors de la fabrication de plastique et des poussières des villes.

Mer des Caraïbes, photo © Jacques Exbalin

LVSL : Vous dites aussi que seule une petite partie du plastique est recyclée dans notre pays. Pourquoi est-ce si compliqué ? Les industriels nous mentent-ils donc ? Quelles solutions s’offrent à nous pour mieux recycler, sur la voie de l’économie circulaire ?

J. E. : La France est 25e sur 28 pays en Europe pour le recyclage du plastique avec un taux de 22,2 % en 2016 en comptant les exportations en Chine. Comme les exportations en Chine sont maintenant interdites, ce taux doit être encore plus faible et de nombreux pays comme les États-Unis ou l’Australie ne savent plus quoi faire de leurs déchets.

La France est 25e sur 28 pays en Europe pour le recyclage du plastique

Les industriels ne veulent plus que les déchets aillent en décharges. Ils encouragent la récupération de tous les plastiques pour développer l’incinération (6 nouveaux incinérateurs en construction) et la production de CSR (combustibles solides de récupération) pour chauffer les cimenteries et les chaufferies industrielles plutôt que pour développer le recyclage. La majorité des plastiques ne se recyclent pas. A part les bouteilles et les flacons, seulement 3 % des plastiques sont recyclés. D’une part ce n’est pas rentable pour les industriels, et d’autre part à cause de la multitude de variétés et des mélanges c’est souvent très difficile, voire même impossible, de les recycler.

Est-ce souhaitable ? On peut se poser la question, car les plastiques contrairement au verre, à l’aluminium ou à l’acier ne se recyclent pas à l’infini et le plus souvent une seule fois. Il faut donc surtout éviter de l’employer et utiliser d’autres matériaux recyclables. Car quand votre bouteille en plastique a été transformée en pull, en arrosoir, en différents objets, ces derniers ne seront pas recyclables et termineront dans les décharges, les incinérateurs ou dans la nature. Il faut adopter d’autres initiatives comme la consigne des bouteilles en verre et en plastique comme cela fonctionne en Norvège, et surtout produire de moins en moins de plastiques, que les industriels développent sérieusement l’éco-conception afin que leurs produits soient recyclables et réutilisables, et surtout que les consommateurs utilisent de moins en moins de plastiques dans leur vie quotidienne et les réservent pour des usages indispensables comme dans le domaine médical par exemple.

On peut ne plus utiliser des plastiques à usage unique (pailles, cotons-tiges, touilleurs, vaisselle et couverts, ballons de baudruches, sacs en plastique,..), acheter en vrac dans des sacs en tissu ou en papier et penser aux 1 million d’oiseaux et 100 000 mammifères marins et terrestres tués chaque année par les déchets plastiques avant d’utiliser un objet en plastique.

Wings of the Ocean est un projet de dépollution, de pédagogie et de recherche sur le plastique, à bord du navire le Kraken. Chacun peut joindre cette aventure participative.

LVSL : On évoque beaucoup de solutions techniques pour lutter notamment contre le plastique en mer, comme des filtres ou en encore des installations qui seraient capables de retransformer le plastique en hydrocarbure grâce à des bactéries. Or on découvre que le plastique coule en partie dans les abysses ou se transforme en microparticules qui envahissent la chaîne alimentaire. Que pouvons-nous donc faire, sur le plan technique, pour nettoyer nos océans ?

J. E. : Il sera très difficile de nettoyer les océans pour deux raisons principales. Seulement 1 % des déchets flotte, ce qui signifie que l’écrasante partie des déchets se trouvent dans le fond, quelquefois à plusieurs milliers de km de profondeur, ou échoués sur les côtes. Les déchets plastiques se transforment en microparticules de plastique de moins de 5 mm puis en nanoparticules invisibles à l’œil nu.

Les micro et nanoparticules ont envahi toute la planète dans les moindres recoins, des sommets Les plus hauts aux fosses océaniques les plus profondes.

Les micro et nanoparticules ont envahi toute la planète dans les moindres recoins, des sommets les plus hauts aux fosses océaniques les plus profondes. On en mange quotidiennement dans nos aliments, on en boit dans l’eau du robinet ou l’eau en bouteille, il pleut des micro-plastiques et on en rejette dans nos excréments. On ne connait pas exactement les conséquences sur notre santé, mais les études sur différentes espèces animales se révèlent très négatives. Il sera bien sûr impossible de nettoyer les océans, peut-être d’enlever une partie des gros déchets qui flottent. Quant aux bactéries, chenilles, vers , etc. qui décomposent les plastiques, la décomposition est beaucoup trop lente pour attendre un espoir de ce côté-là.

Alors que faire ? Utiliser le moins de plastiques possible, participer à toutes les opérations de nettoyage sur terre et sur mer, adopter une attitude zéro déchet et surtout zéro plastiques, acheter en vrac sans emballage, réutiliser les objets… Ne pas tout attendre des nouvelles technologies souvent décevantes. Le consommateur a les clés de la consommation uniquement. Les plastiques disparaîtront en partie si les consommateurs les utilisent de moins en moins. C’est à nous de changer de façon de vivre, de consommer, de manger, de se déplacer. Certains changements peuvent se faire très rapidement. Nous avons les solutions, il faut les utiliser avant qu’il ne soit vraiment trop tard !

AIDEZ-NOUS À GRANDIR

Le Vent Se Lève n'existe que grâce au soutien de sa communauté de lecteurs.
Si vous aimez notre travail, faites un don à l'association, votre soutien est précieux.

Faire un don

  • 5.1K
  •  
  •  
  •  
  •