L’Asie centrale, arrière-cour de la stratégie eurasiatique du Kremlin

http://en.kremlin.ru/events/president/news/61584
Sooronbay Jeenbekov, président du Kirghizstan de 2017 à 2020, Sergueï Choïguou, ministre russe de la Défense, et Vladimir Poutine lors d’une visite du centre d’entraînement de Donguz au Kirghizstan en 2019 © Anna Zakharova.

Lorsqu’il s’agit de pourfendre les « ingérences russes » en Occident, la presse française n’est pas en reste – les exagérant considérablement, allant jusqu’à les inventer dans certains cas. De même, depuis la crise ukrainienne de 2014, elle prête à la Russie une influence et des ambitions impériales en Europe de l’Est, en décalage complet avec les moyens réels dont elle dispose. Il est pourtant une zone du monde, chasse gardée du pays, en proie à une ingérence russe de tous les instants : l’Asie centrale. Au fil des années, cette région est devenue une pièce centrale de la stratégie géopolitique du Kremlin.

Kirghizstan, Kazakhstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan : ensemble, ces cinq pays forment la délimitation la plus communément acceptée de l’Asie centrale. Cette région, située entre l’Iran, la Chine et la Russie est loin de faire l’actualité récurrente des médias occidentaux, pour lesquels cette région du monde enclavée n’a que peu d’intérêt. Cependant, à la croisée des mondes perse, russe, chinois ainsi que turc, l’Asie centrale constitue une région stratégique pour les grandes puissances l’entourant. Plus que tout, l’Asie centrale est au cœur du projet poutinien de puissance, au point d’être considérée comme l’arrière-cour du Kremlin. À l’heure de la débâcle américaine en Afghanistan – à la frontière avec le Tadjikistan, le Turkménistan, et l’Ouzbékistan – et de la croissance inexorable de la Chine, il convient de porter un regard sur la position de la Fédération de Russie et de son inoxydable président sur l’Asie centrale.

L’Eurasisme, un concept politique remis au goût du jour

Pour comprendre la place que prennent les cinq républiques d’Asie centrale dans la politique étrangère du Kremlin, il faut d’abord revenir sur le concept d’Eurasisme, notion centrale de la géopolitique poutinienne. Si l’Eurasie est en Occident un concept essentiellement géographique et quelque peu vague, il en est tout autrement de l’autre côté de la Volga. Bien plus que l’union continentale de l’Europe et de l’Asie, l’Eurasie constitue la représentation d’un espace éminemment politique et culturel. Développé dans les années 1920 par des penseurs russes en exil, l’eurasisme est tout d’abord un concept théorique à portée impérialiste, visant à regrouper les territoires du Caucase (Géorgie, Arménie, Azerbaïdjan), d’Europe orientale (Ukraine, Moldavie, Biélorussie) et d’Asie centrale, sans oublier bien sûr la Russie. Cet ensemble territorial, prétendument uni par d’importants liens culturels, correspond de fait plus ou moins à celui de l’empire russe ou de l’Union soviétique.

Au moment de la réémergence du débat national russe à la chute de l’URSS, le concept oublié réapparaît. Sous le nom de néo-eurasisme, celui-ci est brandi par des intellectuels patriotiques de la trempe d’Alexandre Douguine, qui en font un élément-clef de leur programme nationaliste et impérialiste. Cependant, cette réinterprétation de l’eurasisme n’a qu’un intérêt marginal pour le gouvernement de Boris Eltsine, dont les préoccupations géopolitiques sont autres. S’il ne revêt pas une importance directe pour la politique étrangère des années 1990, l’eurasisme est néanmoins vu comme un outil de conception culturelle. Yevgeny Primakov, ministre des Affaires étrangères de 1996 à 1998, « démysticise »[1] cette notion, la réduisant à un terme qui regroupe les populations chrétiennes et musulmanes d’Europe et d’Asie en opposition aux populations protestantes anglo-saxonnes de l’Occident. Le président Eltsine utilise aussi ce concept pour replacer la Russie dans le nouvel ordre mondial, imposer une vision multipolaire des relations avec les anciennes républiques soviétiques sans que la Russie ne devienne à nouveau le centre de commandement du bloc de l’Est. C’est avant tout l’aspect culturel qui est mis en avant : « sans la Russie, l’Europe n’est pas l’Europe, et l’Asie n’est pas l’Asie. Sans notre participation, le reste du monde ne peut gérer aucun problème global. Puisque la Russie est gigantesque, par sa position géographique, sa culture, son histoire, sa contribution à la civilisation mondiale, notre destin est d’être une grande puissance, d’unir les nations et les peuples. »[2]

De 1991 à 1999, l’eurasisme de l’État russe reste une idée politique et une position d’indépendance culturelle qui n’a pas vocation à devenir un projet institutionnalisé de coopération politique ou géopolitique. La Communauté des États indépendants (CEI), fondée en 1991 dès la chute du système soviétique, n’a pas véritablement cette ambition institutionnelle mais permet plutôt aux nouveaux États de conserver un espace de dialogue et de concertation. La proposition d’une Eurasie institutionnelle émerge cependant dès 1994 mais hors de Russie : Noursoultan Nazarbaïev, président du Kazakhstan de 1991 à 2019, propose une union eurasiatique – qui établirait entre autres une monnaie commune et un commandement militaire intégré – à ses homologues mais cette proposition est rapidement rejetée, jugée trop ambitieuse au vu de ses contraintes en terme de souveraineté nationale.

L’Eurasisme de Poutine : ressusciter la superpuissance russe

L’arrivée de Vladimir Poutine à la tête de l’État russe en décembre 1999 augure un changement radical pour la politique étrangère russe. Après une décennie de difficultés économiques et de reconstruction politique après la dislocation de la bureaucratie soviétique, le nouvel occupant du Kremlin s’attelle rapidement à mettre à jour les ambitions géopolitiques russes. Pour ce faire, il s’agit de reconnecter la Russie à un prestige national mythifié et donc, de replacer la Russie en moteur d’un solide projet eurasiatique. Finie la conception culturelle et idéologique d’une Eurasie unifiée vis-à-vis de l’Occident, place à l’Eurasie institutionnelle, unie par des liens forts et juridiques.

Le projet eurasiatique de Vladimir Poutine – président sans interruption de 1999 à ce jour, l’intermède Medvedev (2008-2012) n’étant qu’une façade pour respecter le cadre constitutionnel de l’époque – s’articule en deux phases.

La première phase, que l’on peut estimer aller de son investiture en tant que 2e président de la Fédération de Russie aux évènements de 2014 en Crimée, correspond à une période de préparation et de consolidation de la puissance russe. L’événement phare de cette décennie et demie est bien entendu le lancement de l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) en 2002. Héritière théorique et indirecte des forces armées soviétiques, l’OTSC est issue du traité de Tachkent signé en 1992 entre six États post-soviétiques – Russie, Arménie, Kazakhstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Kirghizstan – afin de garantir la sécurité territoriale de cet espace nouvellement indépendant. À l’instar de la CEI qui relevait alors plus de la plateforme de dialogue que d’institution régionale, le traité de Tachkent ne crée pas une organisation militaire mais sert de base à une coopération plus étroite entre les États-membres dans ce domaine. En revanche, sa transformation en organisation dix ans plus tard modifie profondément son importance et témoigne du changement de leadership à Moscou.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/64534
Vladimir Poutine lors d’une réunion par vidéoconférence de l’OTSC en 2020 © Fiodor Ivanov

Pilotée depuis Moscou, cette organisation militaire pluri-étatique s’efforce d’unir les pays de la zone eurasiatique derrière l’idée de la sécurité collective régionale que seule un hégémon comme la Russie, en coopération étroite avec ses voisins, peut assurer. Si la coopération militaire sous l’égide de l’OTSC est jugée satisfaisante par les autorités russes, il reste indéniable que cette institution n’est pas parvenue à unifier l’Eurasie dans le cadre d’une organisation intergouvernementale. L’Azerbaïdjan, la Géorgie, et l’Ouzbékistan[3], tous signataires du traité initial, quittent le groupe en 1999 alors que l’OTSC est seulement en cours de négociation. Quant à la Moldavie, l’Ukraine et le Turkménistan, ils n’en ont tout simplement jamais fait partie.

la priorité est donnée à « l’établissement d’une Union Économique Eurasiatique […] qui doit devenir un modèle d’association […] et servir de lien effectif entre l’Europe et la région Asie-Pacifique »

Lors du départ de Vladimir Poutine de la présidence en 2008, la première phase de la stratégie eurasiatique n’a obtenu que des résultats mitigés ; l’OTSC qui se voulait le pendant eurasiatique de l’OTAN n’en est que sa très pâle copie. Le retour de l’ancien lieutenant-colonel du KGB en 2012 annonce l’évolution prochaine de la stratégie eurasiatique. Dans le document officiel du Ministère des Affaires étrangères russe de 2013 intitulé « Concept de Politique Etrangère de la Fédération de Russie », la priorité est donnée à « l’établissement d’une union économique eurasiatique […] qui doit devenir un modèle d’association […] et servir de lien effectif entre l’Europe et la région Asie-Pacifique »[4]. La Russie poutinienne se prépare alors à changer la donne géopolitique en Eurasie.

L’annexion-restitution de la péninsule de Crimée en 2014, la guerre dans le Donbass, le refroidissement sans précédent des relations avec l’Union européenne et les États-Unis, l’année 2014 marque un véritable tournant à de nombreux égards en ce qui concerne la géopolitique russe. Mais cette année est aussi celle de la signature d’un traité ô combien important pour que le Kremlin puisse garder la main sur la région, celui d’Astana. Signé par la Russie, le Kazakhstan et la Biélorussie le 29 mai, il institue l’Union économique eurasiatique (UEE). Cette nouvelle institution reflète le pragmatisme russe sur la question de l’intégration régionale puisque celle-ci s’inspire grandement du modèle de la CEE et a vocation à être le pendant économique et commercial de l’OTSC. Mais par-dessus tout, ce projet institutionnel est « l’aboutissement d’une politique de pression sur les pays voisins et de manipulation des “conflits gelés” »[5] qui s’inscrit dans un certain revanchisme propre à la politique poutinienne de puissance. En octobre 2014, l’Arménie quitte subitement le partenariat oriental de l’UE pour rejoindre l’UEE sous la pression de Moscou. En 2015, c’est au tour du Kirghizstan de rejoindre l’union économique. À ce jour, au grand dam des autorités russes, l’adhésion du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan[6] reste prospective.

ce projet institutionnel est « l’aboutissement d’une politique de pressions sur les pays voisins et de manipulation des “conflits gelés” »

La stratégie eurasiatique de Poutine est encore embryonnaire au regard des réticences de certains États de la région – notamment l’Ukraine, la Géorgie ou le Turkménistan – mais dans le cadre de la compétition d’intérêts entre la Russie et ses adversaires européens et américains, l’emprise du Kremlin en Asie centrale est indéniable, à tel point qu’elle est souvent perçue comme son arrière-cour à bien des égards.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/55819
Réunion du Conseil Suprême de l’Union Économique Eurasiatique à Sotchi en 2017 © Alexeï Vladirovitch

L’Asie centrale, chasse gardée russe au cœur de l’Eurasie

Méconnues du grand public et très largement négligées par les politiques étrangères des États européens, les cinq républiques d’Asie centrale tiennent pourtant une place importante dans la stratégie eurasiatique russe expliquée précédemment. Indépendantes depuis 1991, construites sur des frontières instables et altérées par Staline dans les années 1930 à des fins politiques, les nations centrasiatiques essaient depuis maintenant trente ans de s’affirmer et de se démarquer sur la scène internationale… avec plus ou moins de succès.

Malgré la dislocation de l’URSS et l’avènement de politiques d’affirmation nationale, la population centrasiatique est restée relativement proche de la Russie. À l’exception de l’Ouzbékistan d’Islam Karimov – président de 1991 à 2016 – qui entretient une méfiance vis-à-vis de la prépondérance russe dans les affaires centrasiatiques, les gouvernements du Kazakhstan, du Kirghizstan et du Tadjikistan acceptent rapidement le poids économique et politique de Moscou, ainsi que sa qualité d’arbitre en matière de litige interétatique. Le Turkménistan reste cependant fidèle à la dure ligne isolationniste imposée par son premier président, l’autocrate Saparmourat Nyazov, que son successeur, le non moins autocratique et narcissique Gourbangouly Berdymoukhamedov n’a que très légèrement assoupli. À cela, il faut ajouter que la Chine est historiquement vue comme un voisin envahissant dont il faut avoir peur. De son côté, la stratégie étasunienne en Asie centrale s’est limitée au soutien financier pour privatiser l’économie post-soviétique et à utiliser la région comme plateforme pour lutter contre le terrorisme en Afghanistan. Revient alors à la Russie le rôle de grande sœur, puissance régionale majeure dans l’orientation politique et économique de l’espace centrasiatique.

[Par ailleurs, aux yeux de Moscou, deux importantes menaces régionales sont à prendre avec sérieux en plus du projet eurasiste : l’islamisme radical et le trafic de drogues. En tant que premier consommateur mondial d’héroïne venue d’Afghanistan, la Russie considère l’Asie centrale comme un rempart naturel et nécessaire à ces flux illégaux.]

En termes militaires, au-delà de la coopération passant l’OTSC, la Russie possède plusieurs bases militaires au Kirghizstan et au Tadjikistan, maintenant deux unités en permanence au Kirghizstan. Un support matériel conséquent a de plus été envoyé en 2005 et en 2010 pour stabiliser et consolider l’armée kirghize, ainsi qu’un million de dollars d’équipement militaire en 2013.

À travers l’établissement de l’UEE, clé de voûte de la stratégie eurasiatique du Kremlin, Poutine parachève la consolidation des liens économiques entre la Russie et les républiques d’Asie centrale. [Par exemple, en 2011, les échanges commerciaux sont évalués à 23.8 milliards de dollars avec le Kazakhstan et à 7 milliards de dollars avec l’Ouzbékistan.] En 2020, la Russie est le troisième client du Kazakhstan avec 10.4% des exportations du pays. Même rang du côté du Kirghizstan et de l’Ouzbékistan dont respectivement 12.3% et 15.6% des exportations vont vers Moscou. La situation n’est pas la même avec le Tadjikistan avec lequel la Russie ne pointe qu’à la sixième place. En ce qui concerne le Turkménistan, la Russie n’importe que 4.1% des biens et services turkmènes. Cela est notamment dû à l’ouverture du marché des hydrocarbures du pays vers la Chine depuis le décès de Nyazov en 2006 et le renouveau des intérêts chinois dans la région depuis l’avènement de Xi Jinping. Sans surprise, c’est la Chine qui est, avec 78% des exportations, le premier client du Turkménistan.

la Russie reste un partenaire plus que privilégié des économies centrasiatiques qui bénéficient désormais d’un assouplissement considérable des barrières douanières depuis l’introduction de l’UEE

Si la Russie n’est pas le premier récipiendaire des exportations centrasiatiques, cela ne démontre pas l’échec de sa stratégie centrasiatique, bien au contraire. La force de la Russie dans la région est notamment d’être le fournisseur le plus important de la région : 34.9% pour le Kazakhstan, 35.7% pour le Kirghizstan et 30.3% pour le Tadjikistan. L’Ouzbékistan se distingue de ses homologues en important 23.1% depuis la Chine et seulement 18.2% depuis la Russie. Et comme à son habitude, le Turkménistan, qui importe majoritairement des produits de fer et d’acier pour son économie tournant autour des hydrocarbures, voit 21.5% de ses importations venir de Russie (pendant que 26% viennent de Turquie et 14.7% de Chine).[7] Quoique pas systématiquement en première place, la Russie reste un partenaire plus que privilégié des économies centrasiatiques qui bénéficient désormais d’un assouplissement considérable des barrières douanières depuis l’introduction de l’UEE. Malgré la compétition de plus en plus rude avec la Chine, la Russie continue de faire de l’Asie centrale, notamment par le biais économique, son pré carré d’influence.

Les flux migratoires entre l’Asie centrale et la Russie ont eux aussi une importance dans la relation privilégiée entre les deux. 4 000 000 de migrants centrasiatiques se trouvaient en Russie en 2015 (2 2000 000 venaient d’Ouzbékistan, 1 000 000 du Tadjikistan, 600 000 du Kazakhstan et 540 000 du Kirghizstan) alors que la population russe connaît une baisse démographique importante (-12 700 000 entre 1992 et 2010). Cette population centrasiatique en Russie génère aussi d’importants flux de capitaux vers l’Asie centrale : en 2012, l’équivalent de cinq milliards de dollars ont été transférés hors de Russie.[8]

https://globalvoices.org/2016/12/29/the-long-arm-of-the-kremlin-kazakh-man-goes-to-prison-for-insulting-vladimir-putin-on-facebook/
Vladimir Poutine et Noursoultan Nazarbaïev à Astana, Kazakhstan en 2016 © Anna Zakharova

Malgré ces nombreux éléments qui attestent d’une politique peu ambiguë de la Russie envers les anciennes républiques soviétiques, les débats sur l’attitude du Kremlin envers les régimes centrasiatiques ne sont pas clos. Entre ambitions proprement impériales et relations interétatiques normales reflétant simplement un rapport de forces naturel inéluctable, les analyses divergent. Ce qui est sûr en revanche, c’est l’importance du tournant de 2014 pour la région. Les analystes s’accordent pour dire que la politique multi-vectorielle du Kazakhstan – qui avait forgé l’identité du Kazakhstan de Nazarbaïev – est largement mise en danger, et que le Tadjikistan et le Kirghizstan s’enfoncent dans une dépendance croissante. L’Ouzbékistan – nettement moins antirusse sous la férule de Mirziyoyev depuis 2016 – parvient malgré tout à maintenir un cap oscillant entre l’Occident et la Russie pendant que le Turkménistan reste l’inébranlable dictature quasi-autarcique.

Si l’ensemble des gouvernements centrasiatiques sont officiellement favorables à une résolution pacifique et conforme au droit international de la crise en Ukraine, leur position est bien inconfortable pour émettre ne serait-ce qu’une critique du régime russe sur la question.

les attentats terroristes du 11 septembre 2001 vont transformer la région en plateforme militaire aux yeux du gouvernement américain qui n’a d’yeux que pour l’Afghanistan voisin

Avant de conclure l’observation des intérêts de la Russie en Asie centrale, il est important de regarder la compétition de cette puissance avec ses pairs, i.e. la Chine et les États-Unis. Les États-Unis, parmi les premiers États occidentaux à avoir reconnu l’indépendance des cinq républiques, sont pourtant restés longtemps un acteur assez distant de la région. Il faut attendre la Silk Road Law de 1999, visant à soutenir économiquement l’indépendance politique et économique des cinq pays (et du Caucase), pour voir les intérêts américains se concrétiser. Mais les attentats terroristes du 11 septembre 2001 transforment la région en plateforme militaire aux yeux du gouvernement américain qui n’a d’yeux que pour l’Afghanistan voisin. La relation entre les deux va donc s’articuler autour de cet enjeu pendant plus de dix ans, l’hégémon militaire finançant alors l’utilisation des infrastructures militaires en Ouzbékistan, au Tadjikistan et au Kirghizstan. Malgré le soutien au programme de Coopération économique régionale d’Asie centrale (CAREC) qui a permis, par l’intermédiaire de la Banque asiatique de développement (ADB), de financer de nombreux projets d’infrastructure et d’attirer des investisseurs privés, le regard américain en Asie centrale reste continuellement fixé sur l’horizon afghan. Le désengagement des troupes américaines à partir de 2014, jusqu’à la débâcle d’août 2021 qui a vu les talibans reprendre le contrôle du pays, témoigne de l’intérêt relativement limité des États-Unis pour l’Asie centrale, de facto abandonnée à la lutte russo-chinoise.

http://en.kremlin.ru/events/president/news/60669
Xi Jinping et Vladimir Poutine lors d’une visite officielle chinoise au Kremlin en 2019 © Piotr Petrova

La Chine, elle, a longtemps été perçue par les populations centrasiatiques comme un voisin oriental aux ambitions parfois débordantes dont il faut alors se méfier. Cependant, depuis l’intronisation de Xi Jinping à la tête du régime communiste, la relation a fondamentalement changé. En effet, de 2001 à 2013, la stratégie chinoise en Asie centrale se comprend dans les objectifs de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), c’est-à-dire lutter contre les menaces séparatistes (comprendre la « menace » ouïghoure dans le Xinjiang) et le terrorisme. En parallèle des travaux de l’OCS, la Chine investit massivement dans les économies centrasiatiques, notamment dans la construction d’infrastructures énergétiques, tout en exportant massivement des produits chinois vers les marchés locaux. À l’aube de l’ascension de Xi Jinping, les échanges commerciaux entre la Chine et l’Asie centrale représentaient 25% du commerce international centrasiatique, pour seulement 3% au début du siècle.[9] À partir de 2013, lors du lancement du projet pharaonique des nouvelles routes de la soie par le président chinois, la Russie s’est vue menacée et concurrencée et a dû réagir comme nous l’avons vu. Puisque la Chine s’est lentement construite en Asie centrale l’image de la puissance économique prête à investir sans ingérence politique dans les affaires nationales, la Russie a dû rivaliser et jouer une partition plus fine dans la région pour ne pas perdre ses privilèges. Lors d’une visite officielle chinoise à Moscou en 2015, les deux présidents sont parvenus à négocier un accord pour instaurer un mécanisme de dialogue permanent pour l’intégration économique dans la région et discuter de l’imbrication du projet chinois avec l’Union économique eurasiatique. Si sa signature témoigne d’une véritable volonté de coopération russo-chinoise en Asie centrale pour éviter une concurrence déloyale et néfaste, cet accord n’a à ce jour eu aucun véritable impact à cause des divergences qui subsistent entre les deux puissances.

Recevez nos derniers articles

À l’aune de la situation actuelle en Afghanistan, le potentiel stratégique de la zone par les acteurs internationaux est de nouveau réévalué. Cependant, l’historique des relations des cinq pays avec la Russie en fait un partenaire extrêmement lointain et marginal pour les puissances occidentales. L’emprise russe sur la région, bien qu’en déclin relatif à cause de l’imposante politique chinoise, semble solide et difficilement contestable. Les régimes centrasiatiques continuent de se tourner vers Moscou lorsque la situation l’exige. La langue russe, encore très largement parlée partout en Asie centrale, permet notamment de maintenir un lien très fort entre les deux.

Notes :

[1] Cagnat, R. & Massaoulov, S. « De l’Ukraine à l’Asie centrale, l’enjeu eurasien », Revue Défense Nationale 779/4 (2015), p. 104

[2] Entin, M. & Entina, E. “Russia’s role in promoting Great Eurasia geopolitical project”, Rivista di Studi Politici Internazionali 83/3 (2016), p. 331

[3] L’Ouzbékistan finit par intégrer l’OTSC en 2006, avant d’en repartir en 2012 sur fond de désaccord avec la vision russe de l’organisation.

[4] Concept of the Foreign Policy of the Russian Federation (2013) – URL: https://www.mid.ru/en/foreign_policy/official_documents/-/asset_publisher/CptICkB6BZ29/content/id/122186#main-content

[5] Mongrenier, J-S. & Thom, F. Géopolitique de la Russie. (Presses Universitaires de France, 2018)

[6] L’Ouzbékistan devient membre observateur de l’UEE le 11 décembre 2020.

[7] Données économiques issues de la Direction Générale du Trésor – https://www.tresor.economie.gouv.fr/tresor-international

[8] Rakhimov, M. “Central Asia in the context of Western and Russian Interests”, L’Europe en Formation 375/1 (2015), pp. 143

[9] Alexeeva, O. & Lasserre, F. “L’Asie centrale au cœur des rivalités impériales russes et chinoises”, Diplomatie 90/1 (2018), p. 44.