Le drone ou l’impérialisme sans pleurs : retour sur l’ouvrage de Grégoire Chamayou

D’après le Bureau of Investigative Journalism, le nombre de frappes de drones de la CIA a considérablement augmenté sous l’administration Trump. En deux ans, celle-ci a donné son feu vert à davantage de tirs (2,243) que l’administration Obama en huit ans (1,878).1 Dans le même temps, Donald Trump multipliait les proclamations isolationnistes. Les drones seraient-ils un moyen pour les États-Unis de maintenir une présence militaire dans des zones stratégiques, tout en proclamant officiellement leur retrait, et de diminuer ainsi le coût politique de leurs interventions ? Dès 2013, Grégoire Chamayou analysait cette conséquence possible de la dronisation de l’armée américaine dans Théorie du drone, publié aux éditions la Fabrique.

Presque tous les conflits armés dans lesquels les États-Unis interviennent aujourd’hui sont de type asymétrique et contre-insurrectionnel, souvent sur fond de contre-terrorisme. Dans ces théâtres d’opération lointains et parfois très étendus, et alors que les gouvernements occidentaux hésitent de plus en plus à y déployer des troupes au sol, les drones aériens (Unmanned Arial Vehicle, UAV), notamment de type MALE (Moyenne Altitude, Longue Étendue) apportent depuis plus de deux décennies un avantage tactique, mais aussi politique, immense. Il n’en fallait pas davantage pour que l’usage de drones se propage de façon

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter