Comment le PS s’est technocratisé pour conquérir le pouvoir

http://www.pressesdesciencespo.fr/fr/livre/?GCOI=27246100656020
Jacques Attali, Pierre Mauroy, Michel Rocard, Jean-Pierre Cot et Jacques Delors autour de François Mitterrand. Photo prise par Alain Longeaud pour le magazine l’Expansion, 1976. Capture d’écran : http://www.pressesdesciencespo.fr/fr/livre/?GCOI=27246100656020

La peur du saut dans l’inconnu. Cette appréhension a longtemps barré la route du pouvoir à la gauche. Dans les années 1970, le Parti Socialiste s’est engagé de manière résolue dans une stratégie de conquête du pouvoir. Mais sa réputation d’incompétence économique continuait de lui coller à la peau. Pour corriger cette image et apparaître légitime à gouverner, François Mitterrand a su mettre en place une stratégie de respectabilisation en recrutant des experts économiques capables de contester au camp giscardien le monopole de la compétence économique. Un moment historique dont toute force politique qui prétend à l’exercice de la responsabilité suprême se doit aujourd’hui de tirer des leçons.

“Nous sommes passés, comme vous le savez, pour le Deutsche Mark… pouvez vous me dire les chiffres ?” bafouille Valéry Giscard d’Estaing dans le débat qui l’oppose, le 5 mai 1981, à François Mitterrand lorsqu’il lui demande le taux de conversion du Mark. Celui-ci lui rétorque, froidement, “je ne suis pas votre élève”. Le président sortant, lunettes carrées sévèrement vissées sur le visage et le nez dans ses notes, peine cependant à convaincre lorsqu’il essaie de coincer son adversaire sur sa méconnaissance des dossiers. Mitterrand

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter