« Les mobilisations antiracistes récentes révèlent une conscience politique ancrée dans les quartiers » – Entretien avec Ulysse Rabaté

Les élections municipales ont donné lieu à très peu de commentaires en ce qui concerne les quartiers populaires et les banlieues, au profit d’une vague verte célébrée dans les métropoles. Nous avons voulu aborder ces enjeux électoraux et politiques avec Ulysse Rabaté, président de l’association Quidam, Enseignant-Chercheur à L’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis et ancien élu à Corbeil-Essonnes.

LVSL – Les élections municipales ont débouché sur des victoires importantes des listes de gauche et des écologistes dans les grandes métropoles. L’attention médiatique a été focalisée sur la « vague verte ». Cependant, de nombreux territoires ont été occultés du bilan médiatique et politique, en particulier dans les périphéries des villes. Quel bilan dressez-vous de ces municipales dans la petite et la grande couronne ?

Ulysse Rabaté – Le traitement médiatique et politique des résultats du scrutin municipal est à l’image du cheminement exceptionnel de ces élections si étrangement historiques.  Après un premier tour en forme de péché originel pour le pouvoir, le deuxième s’est transformé dans de très nombreux cas en caricature. Dans le contexte de crise sanitaire que le champ politique s’est vite approprié, le débat s’est assez violemment recentré sur ses ressorts traditionnels, organisés et routiniers – mettant de côté délibérément une partie de

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter