Les ravages du nouveau libre-échange

Crédit Photo :
Le libre-échangisme va-t-il couler?

LVSL publie un extrait du dernier livre de Simon-Pierre Savard-Tremblay, Despotisme sans frontières. Les ravages du nouveau libre-échange (Montréal, VLB Éditeur, 2018). Simon-Pierre Savard-Tremblay est docteur de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) et essayiste québécois.

Le libre-échange est une idéologie qui prétend ne pas en être une, une politique qui se camoufle dans l’apolitisme. On a dit qu’au-delà de l’hégémonie des grandes entreprises, le libre-échange est le règne de l’expert. L’espace de décision politique se retrouve confiné, les gouvernants étant tenus de gérer et d’administrer les choses économiques dans un cadre prédéfini et orienté.

Le recours à l’expertise, à l’argument d’autorité, justifie son congé de participation au débat démocratique. Nous assistons là au divorce consommé entre le savant et le politique. Nos sociétés devraient donc être régies par le calcul rationnel, comme si la gouvernance pouvait être une science exacte, comme si l’avenir des collectivités pouvait être légitimement déterminé par des algorithmes. La culture du secret dans laquelle se déroulent les négociations des traités de libre-échange est un signe éloquent de cette ” expertocratie “. On l’a vu : les discussions sur le libre-échange ne traitent plus du « pourquoi », mais du « comment ». La classe politique est

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter