L’Union européenne : le faux-semblant climatique

Autoproclamée championne de la lutte contre le réchauffement climatique, l’Union européenne est loin de remettre en cause le système énergétique qui a conduit à une hausse des températures. Vouloir mettre un frein au changement climatique implique de prendre en compte le cadre européen et de penser à le contourner. 

Les relevés météorologiques de l’année passée sont venus valider une fois de plus la véracité du réchauffement climatique : d’après l’Organisation météorologique mondiale (OMM), l’année 2017 compte parmi les plus chaudes jamais enregistrées sur la planète. Selon l’OMM, «il est désormais confirmé que les années 2015, 2016 et 2017, qui s’inscrivent clairement dans la tendance au réchauffement sur le long terme causée par l’augmentation des concentrations atmosphériques de gaz à effet de serre, sont les trois années les plus chaudes jamais enregistrées ».

Mis à part l’administration étasunienne, peu de responsables politiques de premier plan nient l’évidence. Face à ce qui devient une des préoccupations majeures à l’échelle du globe, les déclarations alarmistes sont légions. On se souvient de la célèbre phrase prononcée par Jacques Chirac en 2002 à Johannesburg : « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs ». Plus récemment, en décembre 2017, Emmanuel Macron, déclarait que« nous

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter