https://www.flickr.com/photos/bundesbank/46765743451
Jens Weidmann, Präsident der deutschen Bundesbank, fotografiert in der Zentrale der deutschen Bundesbank in Frankfurt am Main. Foto: ©Deutsche Bundesbank/Frank Rumpenhorst
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Emmanuel Macron serait prêt à permettre l’élection du faucon allemand Jens Weidmann à la tête de la Banque centrale européenne, en échange d’une présidence française de la Commission. Une décision inattendue et potentiellement lourde de conséquences sur la politique monétaire européenne. Le candidat allemand aurait aussi la préférence de Jean-Claude Juncker.


Alors que le successeur de Mario Draghi sera désigné en octobre à la tête de la Banque Centrale Européenne, les tractations vont bon train entre États européens. Le choix du futur gouverneur de la BCE, théoriquement indépendant, est pourtant un enjeu de taille.

Jens Weidmann, à nouveau favori ?

Jens Weidmann, directeur de la Bundesbank depuis 2011, ne faisait jusqu’alors plus figure de favori après l’avoir pourtant longtemps été, et ce pour deux raisons : d’une part la préférence de l’Allemagne pour la présidence de la Commission Européenne, et d’autre part la très forte réticence à l’égard de la candidature de Weidmann venant notamment des pays de l’Europe du sud et de la France. Ainsi, selon Bloomberg, l’allemand n’était plus qu’en 5ème position dans la course à la présidence de la prestigieuse institution européenne début février.

Mais des éléments récents pourraient remettre à l’ordre du jour l’hypothèse Weidmann. Tout d’abord, l’Allemagne n’a émis aucune proposition de candidat pour le remplacement du poste d’économiste en chef de la BCE (c’est l’irlandais Philip Lane qui va remplacer le belge Peter Praet), ce qui laisse la porte ouverte pour une candidature de Jens Weidmann, et ce d’autant plus que ce dernier vient d’être reconduit à la tête de la Bundesbank. Par ailleurs, l’Italie, qui était jusqu’alors farouchement hostile à la candidature de l’allemand, serait désormais plus ouverte. Enfin, un soutien d’Emmanuel Macron à Weidmann, en échange de la présidence de la Commission, pourrait également changer la donne.

Ce soutien est d’autant plus cohérent que les Allemands seraient en train d’abandonner leur soutien à Manfred Weber pour la présidence de la Commission européenne, car celui-ci s’est discrédité par son soutien à Orban et à la non exclusion du Fidesz du Parti populaire européen. En l’absence de figure de candidat crédible, les Allemands seraient prêts à laisser Michel Barnier, lui aussi membre du PPE, prendre la tête de la Commission, en échange de la présence de Jens Weidmann à la tête de la BCE.

Le rêve européen de Macron tourne au cauchemar

Pourquoi Macron accepterait-il un tel deal qui serait une vraie régression politique ? Depuis son discours de la Sorbonne, qui était censé fournir une feuille de route pour la réforme de l’Europe, vers la construction d’une souveraineté européenne, le président de la République a enchainé défaite sur défaite. Quid du budget de la zone euro ? Une goute d’eau qui relève de la farce. Qu’en est-il de l’Europe politique ? Elle reste inexistante. La France est de plus en plus isolée sur le continent, sa parole est discréditée.

À défaut d’obtenir des vrais changements de politique économique en Europe, Macron chercherait désormais une victoire symbolique, en plaçant à tout prix un français à la tête de la Commission européenne. Il est donc prêt à abandonner la BCE alors que celle-ci a un poids économique direct, contrairement à la Commission.

Des conséquences importantes en termes de politique monétaire

Même si l’action de la BCE ne se résume pas aux positions de son Président, l’élection de Jens Weidmann pourrait avoir d’importantes conséquences en termes de politique monétaire, compte tenu du passif de l’intéressé.

Fervent partisan de la doctrine ordolibérale allemande, ce dernier prône l’intervention la plus limitée possible des banques centrales dans l’économie, dont le rôle devrait se cantonner au contrôle de l’inflation et au fait de garantir la stabilité des prix. Pour Weidmann, ce n’est en effet pas à la banque centrale de soutenir artificiellement la croissance économique, laquelle doit au contraire être le fruit de « réformes structurelles  » (marché du travail, transformation du modèle social, etc.) et du « sérieux budgétaire ». À cet égard, l’Allemand fut l’un des seuls à s’opposer au programme d’assouplissement quantitatif et de taux bas de la Banque Centrale Européenne une fois Mario Draghi aux commandes, ce qui lui vaut l’inimitié de nombre de ses pairs. A fortiori, la politique budgétaire, qu’elle vienne de l’échelon supranational ou non, est également vivement condamnée. Par conséquent, l’Allemand n’hésite pas à remettre en cause le principe de souveraineté nationale dans le cas où les règles budgétaires gravées dans le marbre des traités européens ne seraient pas respectées : « Dans le cas où un pays ne respecterait pas les règles budgétaires, un transfert de souveraineté automatique se produirait de l’échelon national vers l’échelon européen (…). Dans une telle configuration, les chemins de la consolidation pourraient être sécurisés par l’échelon européen, même si aucune majorité s’y montrant favorable ne devait se trouver dans le Parlement national concerné. »

Jens Weidmann s’était notamment montré intraitable lors de la crise grecque de 2015 en affirmant que cela n’était pas le rôle de la BCE de « sauver la Grèce » et considérant que l’aide de l’Union devait être conditionnée au sérieux budgétaire et donc à des mesures (drastiques) d’austérité. D’une manière générale, selon ce dernier, la BCE « ne doit pas faire de politique » et ne pas laisser sa politique monétaire être influencée par des crises conjoncturelles.

Malgré la faiblesse de l’activité (notamment en Allemagne), une arrivée de Jens Weidmann à la tête de la BCE pour un mandat de 8 ans devrait conduire à un maintien du calendrier actuel de rehaussement des taux, et à une politique monétaire plus classique, se consacrant notamment au contrôle de l’inflation. Ce serait également la quasi-certitude d’un renoncement à tous les autres instruments de la politique monétaire dite « non-conventionnelle » et l’assurance de l’absence de toute initiative monétaire innovante de type « helicopter money » ou autre financement direct de l’activité par la BCE (« New Deal vert » par exemple). Autrement dit, le risque de voir les intérêts de l’Allemagne ou des Pays-Bas (populations âgées avec fonds de pension qui nécessitent un faible niveau d’inflation) privilégiés par rapport à ceux d’autres pays comme l’Italie, la Grèce, l’Espagne ou la France.

https://www.bloomberg.com/graphics/2018-who-will-be-the-next-ecb-president/

https://www.bloomberg.com/news/articles/2019-02-05/weidmann-comeback-could-yet-jolt-ecb-race-for-draghi-succession

 


  •  
  •  
  •  
  •  
  •