Manolis Glézos, ce « bel enfant souriant au rêve du monde »

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Manolis_Glezos_with_LAE_1.jpg
Manolis Glezos s’exprimant sur la place Omonia à Athènes lors d’un rassemblement électoral du parti Unité populaire ©DTRocks

« Bien sûr, Joliot, tu auras su pour Manolis Glézos -ah, comment te dire, Joliot, quand il passait dans les ruelles de Plaka les mains dans les poches, bel enfant souriant au rêve du monde, du haut de la cordillère du malheur quand il escaladait les rochers de l’Acropole serrant dans ses deux jeunes poings la colère de tous les peuples et leur espoir quand sous les naseaux écartés des mitraillettes affamées il brisait de ses deux poings la croix gammée il brisait de ses deux poings les dents de la mort – Et voilà que, depuis plusieurs années maintenant, Joliot, Manolis Glézos regarde le soleil derrière les barreaux et toujours, de ses deux mains, entaillées par les menottes il essuie les yeux en larmes du monde il essuie le front en sueur de la liberté et la paix. (….) »

Yannis Ritsos, Lettre à Joliot Curie

À 97 ans, lundi 30 mars 2020, le « bel enfant souriant au rêve du monde » s’en est allé. Infatigable malgré les années et les épreuves, Manolis Glézos, homme politique et écrivain grec, incarne la figure du résistant engagé dans les combats de son époque, pour l’indépendance nationale, la démocratie directe, la liberté et

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter