Leur grande trouille : les pulsions protectionnistes de François Ruffin

François Ruffin dans son bureau à l’Assemblée nationale ©Alexis Mangenot

Avant de devenir une personnalité publique d’envergure nationale suite au succès de son film Merci Patron ! et à son élection dans la première circonscription de la Somme, François Ruffin était l’auteur d’un certain nombre d’ouvrages portant sur divers thèmes, souvent à mi-chemin entre l’enquête journalistique et l’essai politique (on peut citer notamment Faut-il faire sauter Bruxelles ? ou encore La guerre des classes.). En 2011, il signe Leur grande trouille. Journal intime de mes pulsions protectionnistes, une lecture particulièrement intéressante pour comprendre le positionnement de François Ruffin au sein de l’espace progressiste.

La thèse développée par François Ruffin est la suivante : il faut comprendre le protectionnisme comme un instrument de politique économique au service des gouvernements, au même titre que n’importe quel autre mode d’action sur l’économie (politique budgétaire, fiscale…). Le protectionnisme consiste à limiter la concurrence des produits étrangers en mettant en place des tarifs douaniers, rendant ces mêmes produits plus chers une fois arrivés sur le marché national, ou des contrôles aux frontières empêchant les produits qui ne respectent pas certaines normes de rentrer sur le territoire.

Pourtant, à un débat d’ordre technique se substitue souvent un jugement moral sans appel les rares fois où

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter