Salon de l’agriculture : le bal des hypocrites !

Lien
©jean-michel gobet

Rideaux. La comédie vient de se terminer. Les bonimenteurs en costard vont rentrer dans leurs QG satisfaits d’avoir pu parler “terroir” au salon de l’agriculture. Les paysans, eux, vont retrouver leurs fermes, les journées interminables, les salaires de misère, et les pesticides qui ruinent leur santé. Leurs questions seront laissées sans réponse par ces responsables politiques (pas tous) qui, quelques temps avant de venir parader au salon de l’agriculture, ont levé la main en cadence pour voter le CETA qui finira de ruiner les espérances de l’agriculture française. 

Les grandes surfaces et les industriels font les poches des paysans !

Au terme de ce quinquennat, la situation est catastrophique. Un paysan se suicide tous les deux jours dans ce pays. Selon les décomptes de la confédération paysanne, 92 000 fermes ont disparu entre 2000 et 2015. En 2016, plus de la moitié des agriculteurs ont touché moins de 354 euros par mois. Et on n’en entend jamais parler.

Alors que se passe-t-il ?  L’agriculture est malade de crises à répétitions depuis la transformation de la PAC dans les années 1990 au point que parler de crise est abusif. L’agriculture vit un plan

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter