Stéphane Rozès : « La présidentielle doit remettre l’État au service de la nation et de sa souveraineté »

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:St%C3%A9phane_Roz%C3%A8s_-_2011.jpg
Stéphane Rozès © François Moura

Stéphane Rozès est conseiller pour les entreprises, territoires et États en matière de stratégie d’opinion. Au cours de sa longue expérience de sondeur et politologue, il a travaillé et conseillé confidentiellement seize candidats lors de quatre présidentielles, puis trois présidents : Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande. Alors que les partis politiques et candidats s’organisent progressivement en vue de 2022, nous avons souhaité l’interroger sur les enjeux de la prochaine élection présidentielle. Entretien retranscrit par Manon Milcent.

LVSL – La situation politique française semble exceptionnelle à bien des égards. Le champ politique n’a jamais été aussi morcelé et les conditions sanitaires actuelles rendent toute proposition politique inaudible. Pourtant, les partis se mettent progressivement en ordre de marche pour préparer le rite républicain-monarchique de l’élection présidentielle. Que signifie cette élection dans le système institutionnel français ?

Stéphane Rozès – La présidentielle est le moment qui cristallise ce qui nous tient ensemble. Nous devons faire un détour historique pour en rendre raison et envisager 2022.

On peut effectivement partir de la notion de « système institutionnel ». Institution au sens de ce qui est institué. D’un processus immanent. Alors que la plupart du temps, surtout en France, l’institution est considérée comme extérieure, comme s’imposant du

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter