Suppression du service macroéconomie à La Tribune : le pluralisme assassiné

Lien
Images de presse ©Roland Godefroy

Les médias qui diffusent une vision qui tranche avec le consensus néolibéral, on le sait, sont plutôt rares. La Tribune en est un. Tout du moins il le demeurera jusqu’à la suppression de son service macroéconomie pour lequel cinq journalistes écrivaient régulièrement (Romaric Godin, Matthias Thépot, Fabien Piliu, Ivan Best et Jean-Christophe Chanut). Cela a été annoncé il y a peu par la direction de La Tribune. Cette décision imposée par Franck Julien, PDG de la société Atalian et actionnaire dans La Tribune, s’inscrit dans un contexte plus général de plans sociaux dans les médias destinés à normaliser leur ligne économique pour en extraire ses éléments subversifs.

Le service macroéconomie est dans le collimateur de la direction de la Tribune depuis décembre 2015. Mais c’est l’entrée dans le Capital de La Tribune de Franck Julien, président du groupe industriel Atalian, qui a été décisive. Il détient désormais 37% de Hima Groupe, actionnaire principal de La Tribune. L’influence que lui donne cette position lui a permis de réclamer la suppression de son service macroéconomie le 31 janvier dernier. Les salariés de la Tribune ont largement rejeté cette décision et voté une motion de défiance à l’égard de la

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter