Raviver le désir populaire d’une alternative au néolibéralisme

Malgré le relatif consensus autour de la nécessité écologique et l’intérêt de la majorité de la population à la redistribution des richesses, les forces politiques de transformation sociale peinent à susciter l’adhésion populaire au moment des élections. Au-delà de ces constats rationnels, peut-être manque-t-il à la gauche la capacité à faire rêver ceux à qui la mythologie libérale promet le succès et le triomphe. La gauche aurait-elle un intérêt à explorer le champ de l’irrationnel pour élargir son électorat, sans pour autant dénaturer son projet ?

 

Devenir milliardaire ne peut pas être une ambition saine

Une des composantes déterminantes des opinions politiques réside sans doute dans la part de rêve offerte par une vision de l’avenir. Le premier tour de l’élection présidentielle peut être interprété en ce sens, qui a vu la confrontation entre l’idéal libéral et la recherche du bien commun. Là où le programme de Jean-Luc Mélenchon s’est fait balayer par le projet d’Emmanuel Macron, c’est dans sa capacité à atteindre les gens dans leur désir d’un avenir potentiel.

Lorsque Emmanuel Macron parle des jeunes qui veulent être milliardaires, il fait miroiter un fantasme pour jeter des hordes de

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter