Le Roi du Maroc seul sur l’échiquier politique marocain

©Département d’ETat américain. L’image est dans le domaine public.

Mohammed VI est une figure incontestable en son Royaume, où il jouit d’une grande popularité, au prix d’un règne débuté par un changement d’image de la monarchie, qui veut se montrer plus douce avec son peuple, et plus proche de lui. La « transition démocratique » observée après l’adoption d’une nouvelle constitution en juillet 2011 – à 97,5% – n’est pourtant qu’un simulacre de démocratie.

Les élections législatives organisées dans la foulée, et remportées par le Parti de la Justice et du Développement (PJD), proche des islamistes et des frères musulmans, n’ont pas été la réponse attendue par les observateurs du Maroc. Elles n’ont fait, finalement, qu’asseoir la puissance politique du Roi Mohammed VI dans la continuité de la construction autoritariste de son père. Retour sur le règne de Mohammed VI et l’héritage des « années de plomb » d’Hassan II.

Le Maroc a récemment fait l’objet d’une attention particulière de la part des observateurs internationaux. Non pas à cause de la COP22, organisée à Marrakech – passée sous un relatif silence, la période concordant avec les élections présidentielles américaines – mais à cause d’un mouvement de contestation et d’indignation spontané après le décès d’un poissonnier/grossiste à Al-Hoceïma (petite

Notre contenu est entièrement GRATUIT,
pour continuer à le lire, connectez-vous
S'inscrire Se connecter