Vaccins : la faillite des industriels et laboratoires privés

blank
Vaccin contre le COVID-19. © Daniel Schludi – Unsplash

Un mois après les premières vaccinations, l’objectif d’un million de vaccinations (et non de vaccinés puisque la vaccination comporte deux injections) a été atteint. Pourtant, l’ambiance, au gouvernement comme dans la population, n’est pas aux réjouissances. Face à la pénurie et aux risques des variants émergents, les industriels peinent à réaliser leurs promesses. Le moment ne serait-il pas venu pour les gouvernants de privilégier la santé publique au profit privé ?

Inutile de revenir trop longuement sur les échecs successifs qui ont rythmé la gestion de la crise sanitaire en France, concernant les masques, les tests, et le traçage. On peut maintenant y ajouter les vaccins. Certes, et comme aime à le faire Jean Castex, on pourrait se rassurer en rappelant que nous ne sommes pas les mauvais élèves de l’Europe en terme de mortalité. Mais ce serait oublier que l’Europe souffre avant tout de la comparaison avec les pays d’Asie. Au rebours des leaders européens, les dirigeants asiatiques, marqués par l’épidémie de SARS au début des années 2000, ont choisi dès le début de la pandémie une stratégie « zéro covid » agressive. Au 1er février 2021, la France compte plus de 70 000 morts, pour 1424 en Corée du Sud, 909 en Australie, 77 en Thaïlande, 35 au Vietnam. En application de cette stratégie, l’Australie n’a pas peur de déclarer un confinement de trois jours au moindre cas de Covid-19.

Faute de volonté politique, de planification, de moyens techniques et humains, mais aussi par dogmatisme en refusant jusqu’à peu de contrôler les entrées aux frontières, l’Europe a donc échoué depuis le printemps à endiguer la pandémie. Aujourd’hui, en l’absence de traitement, et avec une immunité naturelle comprise entre 10 et 20% en France (que les variants peuvent remettre en cause), la seule porte de sortie pour le vieux continent demeure la vaccination.

Par chance, les premiers vaccins à ARN des laboratoires Pfizer/BioNTech et Moderna se sont révélés remarquablement efficaces et sûrs : ils empêchent 95% des vaccinés de tomber malades et empêchent les 5% restant de contracter une forme grave de la maladie. Malgré les contraintes logistiques réelles liées à ces vaccins (conservation à -80 et -20°C respectivement), ils restent aujourd’hui les meilleurs choix pour se prémunir de l’infection et envisager un hypothétique « retour à la normale » cette année.

Quoi qu’en disent les vaccinosceptiques, prompts à caricaturer les résultats de recherche, les vaccins apportent deux bienfaits essentiels : ils réduisent la prévalence de formes graves chez les personnes infectées et freinent la propagation du virus. Plusieurs études sur des primates ainsi que les premières données en provenance d’Israël, montrent ainsi un effet significatif de réduction de la transmission. Le Royaume-Uni a lancé dernièrement une étude qui tentera de chiffrer précisément dans quelle mesure les différents vaccins empêchent la transmission.

Malheureusement, alors que les nouveaux variants compliquent sérieusement la gestion déjà laborieuse de cette pandémie, les trois laboratoires qui font la course en tête et dont les vaccins ont été approuvés par l’agence Européenne du Médicament, Pfizer/BioNTech, Moderna et Oxford/AstraZeneca, ont chacun annoncés des retards plus ou moins significatifs dans la production de leurs vaccins. Après d’âpres négociations avec la Commission Européenne, AstraZeneca a finalement annoncé une livraison de 40 millions de doses au lieu des 80 millions initialement promises pour le premier trimestre. Soit une perte de plus de 5 millions de doses pour la France. Ce sont donc 2,5 millions de Français qui ne seront pas vaccinés ce trimestre.

Alors que l’objectif de vacciner 70% des adultes d’ici la fin de l’été apparaît déjà difficilement atteignable, les variants plus contagieux, et en partie résistants aux vaccins, véritable « épidémie dans l’épidémie », font craindre de nouvelles vagues plus mortelles. Tout cela alors que la patience des français fond comme neige au soleil.

Face à cette menace, l’heure n’est plus aux atermoiements : la campagne de vaccination doit s’accélérer. À part attendre, bras croisés, les doses que produisent la petite douzaine d’usines européennes, que pouvons-nous faire ?

Bien que les accords de sous-traitance entre laboratoires se multiplient, ils risquent à terme de ne pas suffire pour sortir d’une situation de pénurie durable qui frappe le monde entier. Le vieux – mais riche – continent n’est toutefois pas le plus à plaindre dans cette course effrénée à la vaccination. Sur les 29 pays les plus pauvres, seule la Guinée a reçue des doses de vaccins, qui ont servi à vacciner en priorité… les membres du gouvernement.

Renouer avec la planification

Pourtant, il existe un outil qui permettrait de décupler la production industrielle de ces vaccins, si ce n’est dans les prochains mois, du moins dans la seconde moitié de l’année : la licence obligatoire, ou licence d’office.

Une licence obligatoire, ou licence d’office, permettrait à d’autres laboratoires ou États, qui ne possèdent pas le brevet de fabrication d’un produit sans le consentement du titulaire du brevet, d’en produire en cas d’urgence nationale. Ces deux dispositifs sont reconnus par l’Organisation Mondiale du Commerce. Cette provision a d’ailleurs été créée spécifiquement pour les produits médicamenteux. Ces dispositifs font aussi partie de la loi française, à l’article L.613-16 et L.613-18 du Code de la propriété intellectuelle pour la licence d’office, et à l’article L.613-15 pour la licence obligatoire. Dans les deux cas, des dédommagements financiers sont prévus pour le détenteur du brevet.

Dans un appel à Emmanuel Macron, largement repris à gauche comme à droite, Axel Khan, généticien et président de la ligue contre le cancer, demande au président français d’organiser la production mondiale de vaccins à ARN (donc la formule de Pfizer ou Moderna), sous l’égide de l’ONU et de l’OMS. Selon lui, seule cette ouverture des brevets permettrait de vacciner assez rapidement les pays du Sud, laissés pour compte de la guerre vaccinale. Le septuagénaire fièrement vacciné se fait au passage l’écho des recommandations de l’OMS : les retards de vaccination font courir un risque sanitaire à tous les continents, même ceux ayant complété leurs campagnes de vaccination. Il ne pourra pas y avoir de victoire nationale face à un virus dont les capacités à muter continueront à nous menacer durant plusieurs années. Par ailleurs, les États les plus riches n’ont-t-ils pas l’obligation morale de soutenir les campagnes de vaccination dans les pays qui n’ont pas les même moyens techniques et financiers ?

Comme le rappelle Libération, la licence obligatoire a déjà été utilisée plusieurs fois, notamment pour produire des traitements contre le VIH en Thaïlande. Il est à noter qu’en représailles, le laboratoire Abbot, détenteur du brevet, a cessé de vendre certains médicaments en Thaïlande. Toutefois, l’Europe n’est pas la Thaïlande. Deuxième puissance économique mondiale, forte de ses champions pharmaceutiques et de leurs capacités industrielles, elle a devant elle une occasion unique de s’illustrer, en prenant l’initiative d’ouvrir les brevets, de coordonner la montée en puissance de la production et de soutenir les unités de production dans les pays du Sud.

blank
La pétition, qui a déjà reçu près de 60 000 signatures, est à signer sur le site de la commission européenne.

La campagne européenne « pas de profits sur la pandémie », à laquelle s’associent par exemple le Parti Communiste Français, le Parti Socialiste et la France Insoumise, se fait l’écho de cet impératif d’une production mondiale libérée de l’entrave des brevets. La France Insoumise va même plus loin, puisqu’elle propose depuis plusieurs années la nationalisation de Sanofi et la création d’un pôle public du médicament.

Recevez nos derniers articles

Les usines fantômes de Sanofi

Quoi que l’on en pense, cette proposition radicale a au moins le mérite de pointer du doigt les choix stratégiques douteux du « champion » pharmaceutique français. La multinationale, confrontée à des résultats d’efficacité décevants, a été contrainte d’abandonner l’idée de produire son propre vaccin avant la fin de l’année. Autant dire une éternité. Un échec malheureusement prévisible tant l’entreprise a sacrifié ses effectifs de chercheurs : en dix ans, ces derniers ont diminué de 9 % dans le monde, et de près de 23 % en France. Dernièrement, Sanofi a de nouveau annoncé la suppression de 400 autres emplois de chercheurs. Le groupe a pourtant touché plus d’un milliard d’euros de subventions publiques en 10 ans et a versé des dividendes records de près de 4 milliards d’euros à ses actionnaires l’année dernière.

Sanofi produit habituellement près d’un milliard de doses de vaccins par an à travers le monde, et possède trois sites de production en France, à Val-de-Reuil, Marcy-l’Etoile, et le site flambant neuf de Neuville-sur-Saône. Dès le début de la pandémie, l’entreprise a annoncé le doublement de ses capacités de production en prévision de la production de son vaccin contre le Covid-19. En janvier 2020, les usines sont prêtes à tourner. Des centaines d’embauches ont été réalisées. Cerise sur le gâteau, l’usine de Neuville-sur-Saône, financé en grande partie par le contribuable français, devrait être capable de produire plusieurs types de vaccin.

Les investissements de recherche de Sanofi, comme ceux des autres laboratoires, ont été massivement soutenus par les pouvoirs publics, qu’il s’agisse de l’État français, de la Commission Européenne, ou des États-Unis. Le premier a injecté plus de 200 millions d’euros pour soutenir son champion dès juin dernier. La commission européenne a débloquée 2,7 milliards d’euros pour soutenir les différents projets de vaccins, dont celui de Sanofi. Le contrat passé entre Sanofi et l’UE prévoit le versement d’acomptes qui pourraient être récupérés si le groupe ne parvient pas à remplir ses obligations. Mais les détails des contrats entre l’UE et les laboratoires restent aujourd’hui secrets. Finalement, l’agence américaine DARPA (Agence pour les projets de recherche avancée de défense), a débloqué la modique somme de deux milliards d’euros pour soutenir le vaccin Sanofi/GSK, en échange d’une centaine de million de doses.

Malgré les contraintes industrielles et logistiques, la course à la vaccination est également freinée par une confiance aveugle dans les entreprises privées et le système de brevets.

Sanofi pourrait donc produire 1 milliard de doses de vaccins contre le Covid-19 en 2021. Faute d’avoir trouvé un vaccin qui fonctionne, aucun vaccin contre le COVID-19 ne devrait sortir des chaines de production de Sanofi avant fin 2021 au mieux, l’accord avec Pfizer ne concernant que la mise en bouteille.

Bien sûr, les chaines de production ne sont pas interchangeables, en particulier entre vaccin à ARN et vaccin classique, mais ne peut-on pas imaginer une meilleure solution qu’un milliard de doses perdues ? Quel sera le bénéfice pour la santé publique d’un vaccin Sanofi, disponible en décembre 2021, très probablement moins efficace que les vaccins à ARN messager, et moins facilement « amendable » ? Pour la CGT Sanofi, il est donc aujourd’hui nécessaire de réquisitionner les usines de la multinationale.

Ainsi, malgré les contraintes industrielles et logistiques, la course à la vaccination est également freinée par une confiance aveugle dans les entreprises privées et le système de brevets. Au lieu de se déchirer avec d’autres pays pour obtenir plus de vaccins tout en faisant monter les prix, l’Europe et la France devraient en faire des biens publics mondiaux et aider les pays du Sud à en obtenir. Quant à la réquisition des capacités de production sous-utilisées de Sanofi, elle apparaît simplement comme une mesure de justice, étant donné combien l’entreprise se préoccupe davantage de ses actionnaires que de ses salariés et de la santé publique.